Législatives à Saïoua: Djédjé Mady (PDCI) fait des révélations sur liens ‘’parentaux’’ avec la communauté Baoulé

L’ancien Secrétaire général du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), le professeur Alphonse Djédjé Mady, actuel vice-président et candidat du Pdci-Rda aux législatives dans la circonscription de Saioua-Nahio, a confié sa candidature à la population du canton Yocolo. Mais aussi à la communauté Baoulé dont il est également issu. « Nous n’avons pas le droit de nous renier, faire la politique comme étant de ceux qui trompent les autres. La politique, ce n’est pas l’art de tromper les autres. Comme souvent, les gens disent, il parle en politicien, la vraie politique doit être fondée sur des conditions, sur des faits vécus, sur ce qu’on croit », a indiqué Djédjé Mady lors de la présentation de sa candidature à la population.

Pour lui, on peut naître Bété et devenir un inconditionnel militant du Pdci-Rda. «A Saïoua, je dois considérer qu’en principe je devrais pouvoir marcher sur les deux pieds, sur le pied que constitue le peuple Bété de par ma naissance. Parce que, je suis né Bété. Ce que j’ai reçu avec mes parents Bété, je ne dois pas l’ignorer. Ils sont beaucoup qui m’ont soutenu et ils sont aussi nombreux qui ne m’ont pas soutenu. Je le sais et vous le savez. Certains se sont posés la question pourquoi et pourquoi, je ne suis pas allé voir Laurent Gbagbo. C’est parce que je ne suis pas Fpi, c’est la question que vous vous posiez. C’est le langage de plusieurs frères Bété », a-t-il ajouté avant de poursuivre en ces termes: «Mon rôle est de leur faire prendre patience que ce n’est pas cela la politique, mon rôle, ce n’est pas non plus de négliger ou de laisser les malentendus avec ce que je devrais appeler la famille politique fondée sur le peuple Baoulé. Je suis né d’un père Bété et tous ceux qui sont Bété se reconnaissent. C’est tant mieux. Mais j’ai été élevé par un père Baoulé».

Lire aussi:  Urgent-Accusations contre Guillaume Soro: Me Affoussiata BAMBA-LAMINE fait des révélations et rejette tout en bloc sauf celle de la déstabilisation du pays en 2002 pour le compte d’Alassane Ouattara

Le candidat de Saioua-Nahio, Djédjé Mady, a expliqué à ses parents qu’il se reconnait également comme fils baoulé. Mais mieux, il a révélé qu’il a presque tout reçu d’un de leur digne fils, le président Félix Houphouët-Boigny.  «Je sais ce que Félix Houphouët-Boigny a bien voulu faire chez moi. C’est un fait objectif. Je ne pourrai jamais rendre au peuple Baoulé, ce que j’ai reçu d’Houphouët-Boigny. Même des Baoulé n’ont pas reçu le 10ème de ce que j’ai reçu d’Houphouët», a affirmé Mady Zimin.

Et de poursuivre : «Voyez-vous, entre celui qui a mis l’enfant au monde et celui qui l’a élevé, qui doit poser la question de savoir qui est le vrai père de l’enfant? Est-ce celui qui l’a mis au monde ou celui qui l’a élevé? Je crois qu’il ne faut pas créer de problème où il n’y en a pas. Je l’ai dit en d’autres campagnes que je ne pourrai jamais rendre au peuple Baoulé, ce qu’ils m’ont donné. Et, je ne pourrai jamais quitter Houphouët-Boigny», a-t-il confié.

Puis, de faire d’autres révélations: «Je connais des gens qui sont aujourd’hui de hauts responsables au plan national mais ils ont combattu Houphouët-Boigny, quand ils étaient étudiants. Je ne dirai pas de noms. Si vous le savez, tant mieux ».

Lire aussi:  Situation sociopolitique en Côte d’Ivoire/Maurice Kakou Guikahué fait des révélations depuis Gagnoa: «Amon Tanoh a fait une mauvaise lecture de la Constitution, c’est grave…»

Pour Alphonse Djédjé Mady, il y a un contrat de confiance et de fidélité entre lui et les Baoulé. Et qu’il peut aveuglement compter sur eux pour sa victoire aux législatives du 06 mars.

«Yocolo, c’est mon territoire de naissance. Je compte principalement et essentiellement sur le groupe du peuple Baoulé. Quel que soit ce que je vais entendre à gauche ou à droite. Nous avons un chemin à parcourir malgré les difficultés (…) Alors  habitants du canton Yocolo, quelles que soient nos ethnies et  nos origines, je voudrais déjà vous remercier pour tout ce que vous ferez avec ma Direction de campagne, pour que nous puissions gagner ces élections législatives», a conclu le professeur Alphonse Djédjé Mady.

Ange Nicaelle LYRANE avec Le Nouveau Réveil

Laisser un commentaire