Législatives 2021: Gnamien Yao instruit et galvanise les militants du PDCI-RDA

A quelques semaines des législatives, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) par la voix du Docteur Gnamien Yao, vice-président chargé des Grandes Conférences a procédé à la remobilisation des militants, au siège du plus vieux parti à Cocody,lors d’une conférence ayant pour thème :

«Le dialogue politique selon le président Henri Konan Bédié: une chance pour la paix en Côte d’Ivoire»

Cette conférence met en exergue, les questions nationales à débattre, afin de donner aux militants la culture du diagnostic, la culture du débat et surtout la culture de la gestion des risques.

Le conférencier a rappelé l’encrage du président Henri Konan Bédié dans les valeurs du PDCI-RDA depuis 1949, en plein multipartisme jusqu’à ce jour.

Il a salué la constance de son président à la tête du PDCI-RDA et de l’Etat, qui a besoin d’être expliqué et explicité afin de susciter la plus grande adhésion possible.

« Depuis 1949, jusqu’à ce jour du lundi 11 janvier 2021, le président Henri Konan Bédié est resté constant. Et il ne changera jamais cette vision du monde qui est la sienne. Par conviction, par éducation envers le peuple de Côte d’Ivoire, il a toujours cru et assumé sa foi dans le dialogue comme solution à tout différend entre les hommes », a-t-il relevé.

Lire aussi:  Côte d’Ivoire: Gnamien Yao dévoile les carences du ministre Kobenan Adjoumani en matière de gestion démocratique d’un parti et d’un Etat

Avant de soutenir qu’aujourd’hui face aux crises que vit la «Côte d’Ivoire depuis le 6 août 2020, le président Henri Konan Bédié persiste et signe que la paix ne s’obtiendra que par le dialogue et dans le dialogue inclusif et il y croit. Et il s’y engage ».

A la question de savoir la signification de cet énième dialogue et comment savoir si ce dialogue auquel Bédié invite le régime RHDP et la classe politique, peut aboutir à une paix durable, Gnamien Yao a été clair:

«La Côte d’Ivoire d’aujourd’hui dont l’ancêtre a pour nom le coup d’État du 24 décembre 1999 n’est pas loin du désordre ». Il faut éviter qu’elle « sombre dans le chaos à cause des extrémistes vaniteux »

Pour lui, la Côte d’Ivoire est un pays pauvre politiquement parce que sa population « ne peut pas exercer ses droits politiques. La Côte d’Ivoire est pauvre économiquement, quand l’écart entre ses capacités (financières et morales) et les besoins de la population est énorme ; mais aussi quand les ressources sont gaspillées en le consacrant à l’effort de guerre, non pas contre une agression, mais pour s’entretuer ». La Côte d’Ivoire est «dans la pauvreté socio-culturelle quand les populations cessent de croire en une communauté destin, quand les uns ont le sentiment d’être des laissés pour compte, quand la vie cesse d’être sacrée », a-t-il souligné pour inviter les militants du PDCI-RDA à soutenir, le président Henri Konan Bédié dans son dialogue politique, parce qu’il est « héritier de victoires remportées par le dialogue : la paix en Afrique du sud, au Mali, entre le Mali et le Burkina, en Sierra Leone.

Nathanaël Yao

Lire aussi:  1er mai 2020 inhabituel en Côte d’Ivoire: Le président Bédié parle aux travailleurs et aux gouvernants…

Laisser un commentaire