La presse africaine en deuil: Béchir Ben Yahmed (JA) est décédé à 93 ans de COVID-19

Béchir Ben Yahmed, Journaliste franco-tunisien, fondateur de Jeune Afrique il y a une soixantaine d’années, est décédé ce lundi 03 Mai 2021 à 93 ans.

Il est mort à Paris, où il était hospitalisé depuis la fin du mois de Mars après avoir été contaminé par la Coronavirus, précise le mensuel dans un communiqué.

Né en avril 1928 en Tunisie, alors protectorat français, ce fils de commerçant, diplômé de HEC, avait œuvré pour l’indépendance et fait partie du gouvernement de Habib Bourguiba en tant que Secrétaire d’Etat à l’Information en 1956-57.

Après avoir créé un premier magazine, L’action, en 1956, il lance en 1960, Tunis Afrique Action, rebaptisé l’année suivante Jeune Afrique.

“Après avoir mené de front ses carrières ministérielle et journalistique, il avait finalement opté pour la seconde et, pour se donner les moyens de son indépendance, avait décidé en 1962 de quitter Tunis pour Rome”, puis deux ans plus tard, “pour Paris où le groupe est toujours installé”, rappelle Jeune Afrique.

C’est donc depuis la capitale française qu’il a développé le magazine, devenu au fil des ans un média de référence sur l’Afrique francophone, parfois surnommé le “55e Etat d’Afrique“.

“Fondé pour accompagner le mouvement d’émancipation des peuples qui, à l’orée des années 1960, accèdent à l’indépendance, Jeune Afrique a pris une part active dans tous les combats qui ont depuis rythmé l’Histoire du continent”, rappelle le média qu’il avait longtemps dirigé.

Lire aussi:  Pdci-Rda : Les délégués «rejettent l’idée de la création de tout courant au sein du PDCI RDA»

Sous son égide, le magazine a donné naissance à un groupe, Jeune Afrique Media Group, qui édite aussi la revue anglophone The Africa Report, et la lettre d’information Jeune Afrique Business+. Il a également créé La Revue, magazine dédié à l’actualité internationale.

A la fin de la décennie 2000, il avait transmis les rênes de Jeune Afrique à ses fils et au directeur de la rédaction François Soudan. Son épouse Danielle a également œuvré à ses côtés et fondé la maison d’édition du groupe.

Le groupe Jeune Afrique est en pleine mutation numérique, accélérée par la crise deCOVID-19. Le magazine, longtemps hebdomadaire, est devenu mensuel et le groupe a lancé fin 2020 un plan de restructuration prévoyant la suppression de 21 postes sur un total de 134, tout en espérant redresser ses effectifs d’ici à 2022 en étoffant ses équipes dans le numérique.

Malheureusement, Béchir Ben Yahmed n’assistera pas à ce redressement. Il est tombé la plume à la main.

Rappelons que plusieurs journalistes et auteurs de renom ont démarré leur carrière ou ont longtemps collaboré à Jeune Afrique : Frantz Fanon, l’écrivain Kateb Yacine, le futur académicien Amin Maalouf (Prix Goncourt 1993 pour Le Rocher de Tanios), Josette Alia, Guy Sitbon, Leïla Slimani (Goncourt 2016 pour Chanson douce)… Et surtout Jean Daniel, qui raconte dans ses mémoires combien il doit la vie à Béchir Ben Yahmed, venu à sa rescousse alors qu’il était gravement blessé lors d’affrontements entre soldats tunisiens et français en juillet 1961 à Bizerte. Il s’en est suivi une longue amitié entre les deux patrons de presse jusqu’à la disparition du fondateur du Nouvel Observateur, en février 2020.

Lire aussi:  Salon des innovations technologiques de l’imprimerie/Tréta Zoumana (FENAPROCOM-CI): «Nous allons montrer que nous sommes au cœur de l’imprimerie»

Nathanaël Yao

Avec AFP

Laisser un commentaire