Que vaut Amadou Gon Coulibaly face à l'union Bédié-Gbagbo-Soro-Blé Goudé?

Jean-Yves ESSO ESSIS à Amadou Gon Coulibaly (PM) : «Nous souffrons en silence… Ne cherchez plus à tirer un quelconque profit politique de cette pandémie»

Jean-Yves ESSO ESSIS à Amadou Gon Coulibaly (PM) : «Nous souffrons en silence… Ne cherchez plus à tirer un quelconque profit politique de cette pandémie»

 

La Côte d’Ivoire a enregistré 53 nouveaux cas portant le total à 533 malades, dont 58 guéris et 4 décès, ce samedi 11 avril 2020, selon le Ministère de la santé. Mais, le régime Ouattara-RHDP et les membres du gouvernement Amadou Gon Coulibaly, tous membres du RHDP, font des dons de façon sélective à leurs militants politiques. Plusieurs intellectuels ont dénoncé ces agissements des dirigeants qui divisent la population ivoirienne. Cette lettre ouverte de Jean-Yves ESSO ESSIS adressée au Premier ministre dévoile la souffrance des Ivoiriens face à ces agissements de leurs dirigeants. Lettre ouverte.

Lettre Ouverte à monsieur Amadou GON COULIBALY, Premier Ministre de Cote d’Ivoire et candidat déclaré du RHDP aux présidentielles d’octobre 2020.

Abidjan, le 11 avril 2020

19h30

Par JYEE

Objet : Campagne présidentielle COVID19

 

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

La maladie à Coronavirus, Covid-19, est désormais entrée de plein fouet dans tous nos ménages. Elle n’épargne personne et se multiplie de façon exponentielle sans distinction de classe sociale, d’obédience politique, d’origine ni de religion.

Nous souffrons en silence…

Le peuple ivoirien souffre en silence. Il ne souffre pas tant de cette pandémie, du moins pas pour l’instant car elle n’a fait, aujourd’hui, que 533 victimes infestées dont 4 victimes décédées sur les 26 millions d’habitants que nous sommes…Nous devons sûrement avoir des anticorps naturels qui nous protègent sans relâche contre ce virus car avec les approximations du début de cette crise sanitaire (affaire des 61 chinois, épisode INJS, etc.), les décalages intempestifs et dangereux d’application des mesures (fermeture des frontières aériennes, fermeture d’Abidjan, etc.) et le manque de réaction manifeste face aux situations imprévues (affaire Playce Marcory entre autres…), nous aurions dû en être à beaucoup plus de cas testés positifs et donc à beaucoup plus de pertes en vies humaines. Le peuple ivoirien souffre plutôt, pour le moment, des mesures draconiennes mises en place par ses autorités pour endiguer cette épidémie.

Lire aussi:  Abel Doualy démonte les propos d’Alassone Ouattara portés par Sidi Touré contre Bédié: «Le gouvernement se comporte en juge et partie avec des chiffres qui ne sont nullement référencés»

Nous souffrons en silence conscients qu’aucun pays ne s’est jamais élevé sans s’être purifié au feu de la souffrance.

 

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Nos restaurants où nous avions plaisir à déjeuner ou diner entre amis sont fermés, nos maquis et nos boites de nuits qui rythmaient avec une cadence effrénée les nuits abidjanaises de nos quartiers populaires sont tous fermés, nos bars climatisés et autres lounges où nous nous plaisions à débattre de la santé sociale, économique, culturelle et politique de notre pays sont également fermés.

Que dire des propriétaires de ces lieux de détente et de loisirs ? Que dire des gérants de maquis, managers de boites de nuits et autres maitres d’hôtels qui financièrement en payent le prix fort?

Ce qui nous est le moins supportable, Excellence Monsieur le Premier Ministre, ce n’est pas tant cette récession économique que nous subissons et que les mesures d’accompagnement, si et seulement si elles sont bien appliquées, ne feront qu’atténuer…Ce qui nous est quasiment insupportable, c’est la récupération politique que votre parti et vous-même en faites.

La quasi totalité des dons qui sont fait aux populations est faite à votre effigie. Force est de constater que vous êtes entré en quasi campagne électorale, très probablement avec les moyens de l’Etat, pendant que la société civile, les ONG et autres associations, vos différents et nombreux adversaires politiques luttent tant bien que mal à leur niveau pour venir en aide aux plus défavorisés.

Lire aussi:  La diaspora ivoirienne en colère/L’Udci à Alassane Ouattara : «Dans aucun Etat de droit, on ne change pas les règles du jeu à onze mois de la date d’un scrutin»

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Ne cherchez plus à tirer un quelconque profit politique de cette pandémie.

Ne distribuez plus vos vivres et vos kits anti-coronavirus au nom du RHDP mais faites le au nom de l’Etat de Côte d’Ivoire. Et surtout évitez de remettre ces sacs de dons à votre effigie, probablement “contaminés”, dans les domiciles des gens, ainsi que nous pouvons l’observer dans la vidéo jointe, car comme vous le dites si bien, le virus ne se déplace pas mais c’est nous qui le déplaçons.

Je peux comprendre que vous puissiez bien vous douter que votre image se soit évanouie de l’esprit des ivoiriens après votre absence de deux semaines du fait d’un confinement personnel préventif disiez-vous, mais de là à voir votre visage figurer sur tous les dons…c’est un peu fort de café. Cela, je peux vous l’assurer, n’enlèvera certainement pas de la tête des ivoiriens cette image permanente, qui restera gravée dans leur mémoire, de celui qui a fait étalage d’une gestion approximative, poussive et archaïque du début de cette crise sanitaire.

Aussi, vous demanderais-je, s’il vous plait, de nous montrer qu’il vous reste quand même une once d’honnêteté intellectuelle en arrêtant immédiatement l’enrôlement pour les cartes nationales d’identité (CNI) le temps de la bataille contre ce Covid-19.

Lire aussi:  Présidentielle/Marcel Amon-Tanoh, ‘’droit dans les yeux’’, annonce les couleurs à Alassane Ouattara: «L’émergence selon la BM et le FMI, ce n’est pas ça l’Emergence»

Montrez nous également votre courage politique à affronter de face vos adversaires en arrêtant immédiatement de faire passer en cachette et entre amis des textes du code électoral qui engagent le peuple ivoirien, sans qu’aucun consensus, ni avec la société civile, ni avec les opposants n’ait été trouvé, pendant qu’il est sagement confiné pour se protéger contre ce Covid-19.

 

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Tous ces actes antidémocratiques pour certains et socialement inadmissibles pour d’autres tracent le chemin, que dis-je une belle route goudronnée vers une explosion sociale car il n’y a rien de plus fort pour nous unir que la souffrance et l’indignation partagée…

En vous conseillant tout le temps ainsi, certains militants de mon parti, le PDCI-RDA, pourraient penser à juste titre que je suis un de vos conseillers caché, étant entendu que je vous permet ainsi de mieux vendre votre offre politique…Mais voyez-vous, la honte internationale que subit mon pays avec la diffusion de ces actes risibles sur les réseaux sociaux me fait considérer l’intérêt national plutôt que l’intérêt partisan.

Recevez, Excellence Monsieur le Premier Ministre, mes salutations respectueuses.

 

Jean-Yves ESSO ESSIS

Inspecteur du PDCI-RDA

Membre du BP du PDCI-RDA

Président des Cadres Dynamiques du PDCI

Laisser un commentaire