Islam/Cosim: Cheick Aïma Diakité, investi, fait une promesse, Vagondo Diomandé crache des vérités

Le nouveau président, Cheick Aïma Ousmane Diakité, a été installé, samedi 12 juin dernier, en qualité de guide de la communauté musulmane en Côte d’Ivoire. La cérémonie a eu lieu à la grande mosquée de la Riviera Golf, en présence de plusieurs autorités politiques membres de ladite communauté. Cela a mis fin à la vacance de pourvoir au Conseil supérieur des imams, des mosquées et des affaires islamiques en Côte d’Ivoire (Cosim).

Ousmane Diakité, nouveau président du Cosim, est né en 1956, est originaire de Kabala, dans la sous-préfecture de Gbéléban, région du Kabadougou. Titulaire d’une maîtrise en droit publique. Il a intégré l’administration publique en 1986 où il a travaillé en qualité de secrétaire général de mairie jusqu’en 2016. Jusqu’à sa nomination, il était le secrétaire exécutif du Cosim, depuis 2007.

Officiellement investi, le président du Cosim a décliné ses priorités. Selon lui, le Cosim va travailler à la sensibilisation dans la lutte contre le terrorisme qui frappe aux portes de la Côte d’Ivoire.

«(…) Notre seul but, à travers nos enseignements et nos pratiques religieuses, doit être la promotion de l’Islam et la recherche de l’agrément exclusif d’Allah. Cela, loin des conceptions extrémistes attribuées à l’Islam, une religion de juste milieu, de la pondération et de la modération. Le Cosim, aujourd’hui, prendra, à bras le corps, toutes les problématiques de notre contexte social, politique, économique et environnemental», a promis le nouveau guide de la communauté musulmane de  Côte d’Ivoire.

Lire aussi:  Côte d’Ivoire: Jean-Louis Billon dévoile, depuis Korhogo, pourquoi le PDCI-RDA ne peut pas mourir dans le Nord du pays…

Et de poursuivre : «Ainsi, les questions d’éducation, de la formation et de l’insertion socioprofessionnelle de notre jeunesse demeure une priorité pour le Cosim car, une jeunesse non éduquée, mal formée et au chômage peut être source d’insécurité et un terreau fertile au développement de toute sorte d’extrémisme que nous rejetons de toutes nos forces.»

Puis de mettre en confiance les observateurs: «Nous rassurons la communauté nationale et internationale que sur le chemin de la construction de la nouvelle société ivoirienne où l’acceptation de l’Autre, dans le respect de sa différence est au cœur de l’action publique, nous serons toujours là pour jouer notre partition».

Ousmane Diakité a aussi souligné l’unité des religions dans une Côte d’Ivoire rassemblée. «Le dialogue interreligieux continuera d’être une réalité tangible dans notre pays. L’atteinte de nos objectifs n’est possible que dans l’unité et la cohésion. Semons les graines de l’entente et de la réconciliation partout dans notre pays » a-t-il poursuivi.

Le chef de l’Etat était représenté par le ministre d’Etat, ministre de la Défense Téné Birahima Ouattara mais son message a été livré par le général de corps d’armée Vagondo Diomandé, ministre de l’Intérieur et de la sécurité. Qui a abondé dans le sens du Cheick, en relevant l’ampleur de la situation sécuritaire marquée des attaques terroristes.

Lire aussi:  Côte d’Ivoire-Covid-19 : Attention aux excès et aux dérives dans le respect des décisions pour lutter contre le coronavirus

Ainsi, le ministre a-t-il appelé les imams à travailler dans le sens de la sensibilisation de la jeunesse. «(…) Un Islam d’amour, un Islam de tolérance. Malheureusement, votre arrivée à la tête de la communauté intervient dans un contexte national marqué par des attaques répétées de groupes djihadistes contre les positions de nos Forces de défense et de sécurité faisant, souvent, des dégâts humains mettant à mal la quiétude des populations. Ce n’est un secret pour personne que ces terroristes disent agir au nom d’une certaine idéologie soi-disant islamique même si nous savons tous qu’il n’existe aucun fondement coranique à ces idéologies de haine et de mort. Malheureusement, l’ignorance d’une frange de la jeunesse leur offre un terreau fertile. Le chef de l’Etat voudrait pouvoir compter sur vous pour que tous les imams et les prédicateurs, où qu’ils se trouvent, sur l’étendue du territoire national, participent activement à l’éducation et à la sensibilisation pour un Islam de paix en Côte d’Ivoire afin qu’ensemble, avec nos Forces de défense et de sécurité, mobilisées, nous faisions barrage à l’extrémisme violent», a dit Vagondo Diomandé, au nom du chef de l’Etat.

GRO avec Le Nouveau Réveil

🔥0 Vues | Lectures

Laisser un commentaire