Inondations meurtrières en Côte d’Ivoire: «Le Gouvernement n’assume pas ses responsabilités»… on laisse mourir pour profiter du malheur des gens

Inondations meurtrières en Côte d’Ivoire: «Le Gouvernement n’assume pas ses responsabilités»… on laisse mourir pour profiter du malheur des gens

Les responsabilités dans les inondations-Après le drame d’Anyama, le ballet de solidarité du gouvernement continue. Et pourtant, ces événements étaient prévisibles et on pouvait les éviter. Mais ce gouvernement, RHDP d’Alassane Ouattara, est plus préoccupé par les élections à venir que de faire son travail de protection des populations. On laisse mourir pour faire des semblants de compassion et de soutien aux familles endeuillées par leur faute. C’est cynique.

Pulchérie Edith Gbalet, la présidente de l’ONG Alternance citoyenne ivoirienne (ACI), organise régulièrement des vidéos sur sa page facebook intitulées ‘’Les 10 minutes de Gbalet Pulchérie’’ pour dénoncer et faire des propositions aux différentes situations que vivent les populations ivoiriennes. Ce vendredi 19 juin, elle s’est penchée sur les responsabilités dans les inondations.

LES 10 MINUTES DE GBALET PULCHERIE DU VENDREDI 19 JUIN 2020

Aujourd’hui nous allons exposer sur les responsabilités dans les inondations.

Chaque année nous sommes confrontés au problème des inondations avec leur lot de perte en vies humaines et en dégâts matériels.

Nous avons déjà abordé cette question le lundi 15 juin dernier, mais les derniers évènements nous amènent à revenir sur la question parce que le Gouvernement n’assume pas ses responsabilités qui pourtant sont essentielles pour en finir avec les inondations. Hier jeudi 18 juin, il y a eu plusieurs catastrophes dont ce glissement de terrain à Anyama qui a fait au moins 13 morts (Ndlr, 17 morts au final) et des blessés. Et tout ce que le Gouvernement a trouvé à dire à la télé aux populations installées dans les zones à risque, c’est de partir de là.

Nous allons donc revenir sur les responsabilités du Gouvernement en abordant d’autres aspects, et ensuite nous allons présenter la part de responsabilité des populations et faire nos recommandations.

LES RESPONSABILITES DU GOUVERNEMENT

Les responsabilités du Gouvernement sont les suivantes :

  1. Du point de vue politique, le manque d’anticipation qui caractérise le Gouvernement actuel se manifeste encore. La Gestion des Risques de Catastrophes n’est pas une priorité nationale en Côte d’Ivoire, cependant, face aux risques croissants, une approche préventive s’impose au lieu de l’approche réactive pour laquelle le Gouvernement a opté. En effet ce problème d’inondation n’étant pas nouveau, le Gouvernement devrait tout simplement élaborer un plan d’intervention contre les causes de ces inondations et l’exécuter en saison sèche. Ces causes sont connues : ce sont les installations anarchiques sur le passage de l’eau, l’obstruction des canaux d’évacuation des eaux pluviales et bien d’autres. En octobre 2011, sur une initiative de l’ONU, un document de Stratégie Nationale de Gestion des Risques de Catastrophes a été élaboré avec un plan d’action. Il est resté dans les tiroirs. Un Plan d’organisation des Secours (ORSEC) pour une bonne gestion des catastrophes a été élaboré par l’ONPC. IL était mis en œuvre et supervisé par le préfet au niveau départemental et par le ministre en charge de la Sécurité au plan national. On n’en entend plus parler.
  2. Toujours du point de vue politique, nous avons la concentration de toutes les activités économiques à Abidjan : toutes les activités, usines, entreprises et toutes les administrations du pays sont concentrées à Abidjan à 95%. Cela oblige la majorité des travailleurs et les personnes en quête d’emploi à vivre à Abidjan. Cela provoque également une surpopulation de la ville d’Abidjan qui pour une superficie de 2 119 km² sur les 322 462 km2, soit 0,65% du territoire national abrite 20% de la population avec une population de plus de 5 millions d’habitants. En face, il n’y a aucune politique de logement viable donc les gens se logent comme ils peuvent et selon leurs moyens. Du coup quelqu’un qui a un salaire en dessous du SMIG cherche un logement d’un loyer mensuel entre 5 et 15 000 F, et se retrouve dans des quartiers à risques sur tous les plans : risques de catastrophes, mais sanitaires et sécuritaires. Nous y reviendrons dans la part de responsabilité des populations.
  3. L’approbation des lotissements ne respecte pas toujours les normes. Cela est inacceptable car les lotissements devraient respecter le plan d’urbanisme. Par ailleurs, certains n’attendent pas l’approbation du lotissement avant de commencer à construire ;
  4. Ensuite plusieurs promoteurs immobiliers construisent dans des zones non viabilisées, de même que certains particuliers. Cela entraine les constructions de manière anarchique sans respecter un minimum de sécurité. Comment cela serait-il possible si le ministère en charge de la construction et de l’urbanisme faisait son travail ? Le Ministère de la construction est devenu un centre des affaires où les agents sont dans des arrangements au lieu de faire respecter le schéma directeur de la ville ;
  5. Un autre problème réside dans la délivrance des permis de construire et le respect des normes de construction. Le sous bassement d’un bâtiment dépend du type de bâtiment. Une maison basse n’a pas la même fondation qu’un R+1 et plus. Au lieu de travailler avec des spécialistes dont des architectes et des techniciens ou des ingénieurs en bâtiments, certains pour économiser travaillent directement avec des maçons. C’est qui donne après des immeubles qui s’écroulent ;
  6. Le dernier problème est celui du suivi sur le terrain : les maisons ne se construisent pas en seul jour, si le ministère de la construction ou la mairie faisaient leur travail, on ne laisserait pas s’achever des travaux dans des zones inconstructibles. Les zones inconstructibles sont des zones exposées à des catastrophes : séisme, inondations, avalanches, glissement de terrain, etc.
Lire aussi:  Soro Guillaume, désabusé, charge Ouattara et le Rhdp unifié: «Mais pourquoi cette méchanceté? Pourquoi vous voulez me rendre pauvre… Arrêtez de mentir et de vous moquer de nos parents»

LA PART DE RESPONSABILITE DES POPULATIONS

La part de responsabilité des populations réside dans les risques qu’elles prennent elles-mêmes liés à leur incivisme et leur mauvaise appréciation de leurs avantages :

  1. L’incivisme réside dans le fait de construire sans respecter les normes : les populations se permettent beaucoup de comportement à risque :
  2. Elles construisent volontairement dans des zones déclarées inconstructibles dont les lignes haute tension ;
  3. Elles construisent sur les canalisations et certains ont des poteaux électriques dans leur cour ;
  4. Elles jettent des ordures dans les canalisations ;

Tous ces comportements inciviques obstruent le passage de l’eau et quand l’eau vient en force, elle balaie tout sur son passage.

  • Par rapport à la mauvaise appréciation de leurs avantages, certains se croient malins en logeant dans des quartiers précaires croyant économiser : En réalité, on perd plus qu’on ne gagne, car ce sont des quartiers insalubres qui exposent la famille aux maladies et donc à des dépenses régulières pour la santé ; ce sont des quartiers où l’environnement sécuritaire est très dangereux donc la famille est à priori exposée à toute sorte d’agression et les enfants à de mauvaises fréquentations.

En somme la responsabilité de ces catastrophes incombe à la fois au Gouvernement et aux populations. Les recommandations que nous faisons sont les suivantes :

Lire aussi:  Gagnoa/‘’MKG, Noel pour tous’’: Le député Maurice Kakou Guikahué comble de joie 2175 enfants du canton Zabia

NOS RECOMMANDATIONS

Pulchérie Edith Gbalet, présidente de l’Ong ACI
  • Décentraliser les pôles économiques en fonction des potentialités des régions du pays, pour développer l’intérieur du pays et régler les problèmes de la surpopulation d’Abidjan et les problèmes de logements qui vont avec ;
  • Elaborer un plan de gestion des risques de catastrophes et le mettre en œuvre avant la saison pluvieuse ;
  • Concevoir un programme de restructuration de tous les quartiers qui ne respectent pas les normes d’urbanisme ;
  • Assainir le milieu de la construction afin de combattre la corruption et le non-respect des normes dans la délivrance des différents actes fonciers ;
  • Sensibiliser les populations sur l’importance du respect des normes et sur leur auto sécurité ;
  • Renforcer le suivi du respect des normes sur le terrain par la Mairie et le Ministère en charge de la construction pour éviter que les populations continuent dans les mauvaises pratiquent. Excellent début de week-end à vous et à demain 12h30 pour un autre sujet.

Laisser un commentaire