Indigné, Jean Yves Esso ESSIS à Aka Aouélé : «Comment voulez vous que vos concitoyens prennent au sérieux cette épidémie de coronavirus?»

Indigné, Jean Yves Esso ESSIS à Aka Aouélé : «Comment voulez vous que vos concitoyens prennent au sérieux cette épidémie de coronavirus?»

 

Lettre Ouverte à Monsieur Eugène AKA AOUELE, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique de Côte d’Ivoire.

Abidjan le jeudi 19 mars 2020

12h50

Par JYEE

Objet : Lutte contre le Covid-19

Monsieur le Ministre,

J’ai écouté avec beaucoup d’attention votre sortie médiatique d’hier à l’INJS et j’ai eu peur…vraiment très peur pour mon pays.

Le non respect, par l’Etat lui-même, des mesures de lutte contre le coronavirus fait craindre le pire pour la Côte d’Ivoire, qui se situe parmi les derniers élèves de la classe en matière de sécurité sanitaire face à cette pandémie.

Comment voulez vous que vos concitoyens prennent au sérieux cette épidémie de coronavirus tant qu’ils ne verront pas de morts (et ce sera trop tard) quand vous même, le premier responsable de la santé en Cote d’ivoire, vous vous présentez dans un centre de quarantaine pour y faire une interview, sans aucune protection sanitaire ? Pas même un simple masque…

Qui êtes-vous ?

A qui a-t-on confié la sécurité sanitaire de tous les ivoiriens ?

Comment pouvez vous venir nous dire que sur proposition du Premier Ministre et sur décision du Président de la République, il est mis fin à la quarantaine obligatoire pour faire une faveur aux ivoiriens qui sont rentrés ?

Mon Dieu quelle légèreté ! Quelle inconscience ! Quelle irresponsabilité !

Après cette démonstration de légèreté, comment voulez vous espérer que les ivoiriens respectent les consignes du CNS ?

Monsieur le Ministre,

Après avoir fait l’amer constat de votre incompétence caractérisée et de votre pilotage à vue, j’ai le regret de vous annoncer que vous n’apparaissez pas être à la hauteur de la situation de la crise sanitaire du coronavirus qui sévit en Côte d’Ivoire.

Je vous saurai gré de bien vouloir en tirer les conséquences et vous faire immédiatement remplacer par des spécialistes. Ce n’est pas du jeu…

Si j’étais à votre place j’aurais tout de suite mis en place un Plan Marshal de lutte contre la propagation de ce coronavirus en commençant par faire des choses simples et essentielles.

Si j’étais à votre place, j’aurais pesé de tout mon poids de ministre de la Santé et de l’Hygienne Publique, si tant est que j’ai pu en avoir un (je parle du poids biensur) dans ce gouvernement autocratique, pour FAIRE FERMER LES FRONTIERES HERMETIQUEMENT.

Si j’étais à votre place j’aurais exigé du Chef du gouvernement et du Président de la République que je sois le seul décisionnaire et responsable sanitaire dans la lutte contre cette épidémie.

Ni le Premier Ministre ni même le Président de la République ne devraient avoir d’instructions à me donner dans cette histoire qui n’est pas de leur compétence.

Si j’étais à votre place, j’aurais fait immédiatement une estimation budgétaire sérieuse du coût minimum pour lutter efficacement contre la propagation du virus pendant une période déterminée et je me serais assuré de disposer de ces moyens rapidement.

Si j’étais à votre place, j’aurais fait monter une armée de professionnels de la santé spécialement affectés à la lutte contre le corona virus composée essentiellement d’étudiants en médecine déployés dans toutes les régions de Côte d’ivoire avec des kits de tests et de survie.

Si j’étais à votre place, j’aurais demandé la réquisition d’un certain nombre de bâtiments existants et offrant des conditions minimales d’hygiène et de sécurité pour le confinement des personnes identifiées à risque.

Si j’étais à votre place, j’aurais fait mettre en place un numéro Vert et des Unités Mobiles de Lutte contre le Corona (UMLC) qui se rendraient aux domiciles des appelants pour effectuer les premiers tests et prodiguer les premiers soins.

Mais malheureusement, je ne suis pas à votre place, Monsieur le Ministre.

Non, je ne suis pas à votre place…

Mais malheureusement, ma vie et celle de millions d’ivoiriens est entre vos mains.

Ne jouez pas avec ça…

Meilleurs salutations.

Jean-Yves Esso Essis

Jean-Yves ESSO ESSIS

Citoyen Ivoirien

Laisser un commentaire