Incroyable/Kouassi Yao, ex-SG de la Présidence: «Ouattara est en conflit avec la loi, la morale, l’éthique… et c’est l’illustration de son mépris envers le Peuple ivoirien»

Incroyable/Kouassi Yao, ex-SG de la Présidence: «Ouattara est en conflit avec la loi, la morale, l’éthique… et c’est l’illustration de son mépris envers le Peuple ivoirien»

Kouassi Yao a été Secrétaire Général de la présidence sous les Présidents Félix Houphouët Boigny et Henri Konan Bédié. Dans cet entretien qu’il a bien voulu accorder à Africanewsquick, il nous parle de sa collaboration avec le Président Henri Konan Bédié, de la candidature du Président Alassane Ouattara et ce qu’il pense de la Fondation Internationale Henri Konan Bédié créée par Dr Arsène Ouattara et dont il est l’un des membres d’honneur.

Monsieur Kouassi Yao, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Il est particulièrement difficile de parler de sois.  Je vais tout de même m’efforcer de le faire en quelques mots. Je suis M. Kouassi Yao, originaire de la région du N’ZI, plus précisément du département de Dimbokro.

J’ai débuté ma carrière professionnelle comme enseignant,  professeur de philosophie à l’université d’Abidjan de 1976 à 1978. J’ai trahi «la chouette de minerve» pour me refugier à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), où de 1978 à 1988, j’ai exercé comme professeur permanent, chargé des cours d’économie du développement, de conférence de méthode sur les grands problèmes économiques, politique et sociaux contemporains.

Cumulativement, avec ces charges d’enseignement, j’ai été nommé Directeur des stages en 1979, Directeur du Centre de Formation Continue des Cadres (CFCC) en 1980.

D’octobre 1988 à octobre 1989, j’ai occupé les fonctions de Directeur de cabinet du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

En janvier 1990, j’ai été appelé à la Présidence de la République pour occuper les fonctions de Secrétaire Général-Adjoint du Gouvernement puis de la Présidence aux côtés de Messieurs Alain Belkiri et Coffi Gervais, ce jusqu’à la date funeste du mardi 07 décembre 1993, date du décès  du père fondateur de la Nation ivoirienne, le Président Félix Houphouët Boigny.

Dès le mercredi, 08 décembre 1993, j’ai été nommé secrétaire Général de la présidence par le Président Henri Konan Bédié qui venait d’accéder à la magistrature suprême en vertu de l’article 11 de la Constitution dans ces circonstances douloureuses et dans les conditions que l’on sait.

Cette fonction, je l’ai assumée jusqu’au 24 décembre 1999 dans les conditions que les ivoiriens et surtout les militants  du PDCI-RDA, ne sont pas prêts d’oublier.

Lire aussi:  Déjeuner institutionnel avec la presse à Daoukro/ ZONGO Djénébou (Dircom Pdci): «La presse est reléguée au second plan des priorités du développement du continent»

Votre parti le PDCI RDA vient de désigner le Président Henri Konan Bédié, comme son candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020. Qu’est-ce que vous en pensez ?

En 2001, j’étais allé rendre visite au Président Bédié qui était alors en exile à Paris. Au cours de l’audience qu’il m’a accordée, je lui avais fait comprendre qu’il était impérieux, voire obligatoire, pour lui de ramener le PDCI-RDA au pouvoir. Et cela, pour honorer la mémoire du Président Félix Houphouët Boigny qui, lors du dernier Conseil des ministres qu’il avait présidé, avait demandé à ses collaborateurs, de rester unis pour qu’ils puissent faire en sorte que le PDCI-RDA, deuxième parti politique africain le plus ancien après l’ANC conserve le pouvoir pendant 50 ans.

Le PDCI-RDA ayant perdu le pouvoir tout juste six ans après le décès du Président Houphouët-Boigny, c’était donc pour lui, un devoir moral de mettre tout en œuvre, pour que le PDCI-RDA reconquière le pouvoir. Tout ceci pour vous dire que je suis heureux, que toutes les instances du PDCI-RDA, ainsi que les militants du parti, aient porté leur choix sur le Président Henri Konan Bédié à travers un plébiscite, lors des conventions éclatées du 26 juillet 2020.

Pensez-vous qu’à 86 ans, le Président Bédié est l’homme de la situation ?

C’est vraiment désolant qu’en Afrique, on évoque l’âge avancé comme en handicap pour bien diriger un pays. En effet pour diriger un pays comme la Côte d’Ivoire, il faut quelqu’un qui a de l’expérience, de la sagesse et qui a un grand amour pour son pays. Le Président Bédié réunit tous ces critères. Diriger un pays, ce n’est pas courir un marathon encore moins un sprint de 400 mètres pour exiger qu’on soit suffisamment jeune. Aujourd’hui, le Président Bédié qui a un profond amour pour son pays, jouit pleinement de toutes ses facultés physiques et intellectuelles pour diriger ce pays eu égard à son expérience dans la conduite des affaires de l’Etat. Donc pour moi, le Président Bédié est l’homme de la situation.

Utilisation des microbes pour attaquer des manifestants pacifiques par le régime dictatorial de Ouattara (gbaka vert rempli de microbes accompagne la police)

Pour vous qui avez été un très proche collaborateur du Président Bédié, pouvez-vous nous parler de lui en quelques mots ?

J’ai rencontré le Président Bédié pour la première fois dans sa chambre d’Hôtel à Paris en 1969. Il y était en transit pour Washington, où il se rendait aux assemblées annuelles des Institutions de Breton Woods. J’ai été frappé par sa simplicité et par son humilité. Depuis ce jour, il m’a adopté comme son petit frère. De notre collaboration professionnelle, j’ai gardé de merveilleux souvenirs. Le Président Henri Konan Bédié a ses vertus qu’il cultive à la perfection. Le Président Bédié est un Chef qui fait une entière confiance à ses collaborateurs; il est méthodique, pointilleux et méticuleux. En somme je vous dirai que le Président Henri Konan Bédié est un travailleur acharné, perfectionniste ; un intellectuel de haut vol (cf. témoignage du Ministre Zadi Zaourou parlant de l’homme). Le Président Bédié est un chef qui a fait de la tolérance, le socle de ses relations avec ses collaborateurs, ses amis, et tous ceux qui l’ont côtoyé.

Lire aussi:  Amadou Soumahoro confirme sa mission de mise en place de la dictature d’Alassane Ouattara: «Les députés dépendent du pouvoir exécutif… il n’y aura plus de divergences entre l’Assemblée Nationale et les pouvoirs exécutif et judiciaire»

Ceci étant, que pensez-vous de la décision du Président Alassane pour un 3e mandat?

La décision de M. Ouattara de briguer un troisième mandat est l’illustration éloquente de sa foutaise et de son mépris envers le peuple de Côte d’Ivoire. Cette candidature est la consécration du mensonge que M. Ouattara a érigé en système respiratoire expert, qu’il est dans l’art de mentir lui qui de tout temps a réussi l’exploit, le tour de force de mentir aux ivoiriens, à la communauté internationale et plus grave à lui-même.

Au delà des spéculations et supputations juridiques, il est à se demander si Monsieur Ouattara n’est pas un homme en conflit avec la loi (constitutionnelle) la morale, l’éthique, fondements de la démocratie telle qu’inventée par les Athéniens.

Quelles sont, selon vous, les valeurs du Président Bédié qui vous ont beaucoup marquées et qui fondent votre loyauté et votre fidélité à son égard ?

répressions policières du régime

Les détracteurs du Président Bédié, se plaisent souvent à le brocarder en se référant toujours à Houphouët Boigny. Comme ils aiment à le dire, le Président Bédié n’a pas fait ceci ou cela comme Houphouët. Permettez-moi de paraphraser le Ministre Laurent Dona Fologo  qui, alors Secrétaire Général du PDCI-RDA, disait à la clôture d’un colloque à l’Esplanade de la SITARAIL de Dimbokro en 1996, et je le cite: «Pour avoir dit que de tous les disciples d’Houphouët-Boigny, Bédié est celui qui lui ressemble le plus. Pour avoir dit cela, d’anciens collaborateurs du Président Houphouët-Boigny et non des moindres m’en ont voulu à vie.»  Si le Ministre Fologo a parlé en ces termes, c’est pour nous faire observer qu’en Bédié, on retrouve  l’essentiel des qualités d’Houphouët-Boigny à savoir, l’amour du prochain, l’amour pour son pays et la tolérance. J’ajouterai qu’il est extrêmement généreux et très humaniste.

Lire aussi:  Après plusieurs songes, un citoyen écrit une lettre ouverte à Dieu Le Père et à Houphouët-Boigny : Ouattara et vos ‘’enfants adultérins’’ veulent brûler la Côte d’Ivoire…

M. Kouassi Yao, que pensez-vous de la Fondation Internationale Henri Konan Bédié créée par un groupe de jeunes ivoiriens avec à leur tête le Docteur Arsène Ouattara ?

 Monsieur Henri Konan Bédié a consacré la quasi totalité de sa vie à la Côte d’Ivoire. Je ne vais pas retracer son C.V que vous connaissez déjà. De 1961 jusqu’à ce jour, il s’est mis au service de la Côte d’Ivoire. Il a fait de grandes choses pour la Côte d’Ivoire. Il est l’artisan de l’architecture de l’économie de notre pays. Toute sa vie entière, il l’a mise au service de la Côte d’Ivoire en dépit de toutes les méchancetés qu’il a subies et de toutes les vilénies qui ont été racontées sur lui. Je dirai qu’il est insubmersible. Pour un homme qui a fait tout cela, je pense qu’une fondation pour l’honorer, pour lui rendre hommage et pour l’immortaliser, est la chose la plus légitime.

Avez-vous un message ou un conseil à leur donner ?                       

Je me réjouis de votre initiative. Je ne peux que vous encourager et vous demander d’être abnégant et de ne jamais céder face aux difficultés que vous pourriez rencontrer.  Je félicite le Docteur Arsène Ouattara et je lui réitère mes amitiés et ma disponibilité à les accompagner et à les soutenir dans la limite de mes possibilités.

Un mot à l’endroit des militants du PDCI RDA de votre région le N’ZI ?

 La région du N’ZI a toujours été une région fidèle au PDCI RDA, parce qu’elle a payé le prix du sang. Et aujourd’hui, elle fait l’objet de la convoitise et de tirs groupés de la part de nos adversaires politiques, plus précisément le RHDP pour qui Dimbokro est devenue une citadelle à prendre. Si j’ai un message à lancer à l’endroit de nos parents, c’est de rester fidèles au pacte de fidélité qu’ils ont signé avec le PDCI RDA, le Parti du Président Félix Houphouët Boigny et de le renforcer au partid’Houphouët Boigny avec le Président Bédié.

Entretien réalisé par CPK

Laisser un commentaire