Hommage à ses ‘‘soldats’’ tombés au champ du déshonneur: Quand le RHDP se moque de la mémoire des martyrs de la démocratie!

Suite à la barbarie des forces de l’ordre et des miliciens à la solde du régime sortant, contre les populations lors des manifestations pré et postélectorales, plusieurs Ivoiriens ont perdu la vie. Les blessés graves et les amputés pullulent dans nombre de familles à Abidjan et à l’intérieur du pays.

En outre, les prisonniers politiques tels que Maurice Kakou Guikahué et N’dri Pierre Narcisse du PDCI-RDA, Pascal Affi Nguessan du FPI, Pulchérie Gbalet de la société civile, pour ne citer que ceux-là, continuent d’être martyrisés par le pouvoir.

Pour les populations lâchement assassinées, des inhumations ont récemment eu lieu à Bonoua, Dabou, Daoukro et M’Batto le même jour. Et à cette occasion, Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et chef de file de l’opposition avait demandé d’observer une minute de silence ce jour-là à midi pour rendre hommage aux Ivoiriens tombés. Car opposés au viol de la constitution de leur pays.

Dans les localités concernées, le peuple est sortie nombreux pour accompagner leurs frères jusqu’à leurs dernières demeures.

Une dizaine de jours après ces séparations douloureuses, le RHDP, bien que reconnu coupable, par l’opposition, de ces crimes crapuleux par l’entremise des forces de l’ordre, vient d’annoncer une cérémonie imminente d’hommage aux morts des récents événements. Qui l’eût cru ! Une vraie moquerie vis-à-vis des parents et de la mémoire des citoyens tués.

Lire aussi:  Crises ivoiriennes: Déçu, le coup de gueule de Pr Jean-Baptiste Kouamé

Peut-on assassiner quelqu’un et lui rendre hommage ?

Il est vrai que l’opposition a lancé la désobéissance civile. Mais elle était pacifique jusqu’à ce que des microbes et miliciens armés d’armes blanches, appuyés par des forces de l’ordre, s’attaquent aux jeunes de l’opposition aux mains nues. Le résultat, tout le monde entier le connaît.

Sans doute que le RHDP veut rendre hommage à ses miliciens et microbes tombés au champ du déshonneur. Ce pays ne finira jamais de nous étonner, le régime Ouattara-RHDP aussi.

Plus de 3000 personnes ont été massacrées en 2010-2011 lors de la crise postélectorale, sans qu’on ne nous dise jusqu’à ce jour qui est l’auteur, après l’acquittement de Laurent Gbagbo et Blé Goudé en 2019 dans cette affaire.

Nathanaël Yao

Laisser un commentaire