Front social en ébulition/Marche contre la modification de la Constitution: Des jeunes maintiennent la pression et déclare ce jeudi ville morte à Daoukro

Front social en ébulition/Marche contre la modification de la Constitution: Des jeunes maintiennent la pression et déclare ce jeudi ville morte à Daoukro

Des jeunes des partis de l’opposition : RACI (Rassemblement pour la Côte d’Ivoire), FPI (Front populaire ivoirien), PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire) et LIDER (Liberté et démocratie pour la République) ont maintenu, comme prévu, la pression de la marche ce mercredi 18 mars 2020, deuxième jour de protestation contre la révision de la constitution, l’obtention de la gratuité de la carte nationale d’identité, la libération des prisonniers politiques. Mieux, ils ont demandé l’arrêt de tous les magasins, super marchés, boutiques et de toutes autres activités lucratives ce jeudi 19 mars à Daoukro.

Kouassi Koffi Anderson, président de la jeunesse du PDCI de la coordination de Daoukro 1  et porte parole des jeunes de l’opposition a rappelé que: “La lutte qu’ils mènent est pour l’obtention de la gratuité de la carte nationale d’identité, le refus de la révision de la constitution, la libération des prisonniers politiques”. Mieux, au troisième jour de protestation, ils ont demandé la fermeture de toutes les activités lucratives du département de Daoukro et de toutes les institutions. c’est à dire “nous déclarons Daoukro ville morte”. Expliquant cette nouvelle décision, le porte parole a rappelé que “c’est pour éviter des casses parce que dans toutes les marches, il y a toujours des individus incontrôlés. Cette marche n’a pas pour but de ralentir l’économie”.

Lire aussi:  Depuis Oumé, Maurice Kakou Guikahué (PDCI) reprécise sa position dans l’Affaire ‘’30 milliards de la Banque mondiale et la gratuité des CNI’’

En ce qui concerne les mesures contre le COVID-19, Kouassi Koffi Anderson a préconisé des décisions globales qui prendront en compte tout le monde, pas des décisions sectaires. ” Lorsqu’on nous demande d’observer ces mesures, nous constatons que des marchés sont ouverts, il y a des compagnies de transport qui sont ouvertes. Ceux-là ne peuvent-ils pas contracter le COVID-19?”, s’est-il demandé.

Le capitaine compagnie de Daoukro Madi Olivier s’est réjoui du caractère pacifiste de cette marche. Mais a rappelé qu’il a pour mission lui et ses hommes de sécuriser cette marche.

Source: Côte d’Ivoire-AIP/

Laisser un commentaire