Fake News en Côte d’Ivoire: Légré Philippe (RHDP) doit subir la rigueur de la loi comme le député Alain Lobognon (opposition) l’a subi en 2018-2019… Adou Richard interpellé

Fake News en Côte d’Ivoire: Légré Philippe (RHDP) doit subir la rigueur de la loi comme le député Alain Lobognon (opposition) l’a subi en 2018-2019… Adou Richard interpellé

 

Le Secrétaire d’Etat, Philippe Légré, a fait une déclaration publique qui s’est avérée être un fake news. Il devrait donc subir la rigueur de la loi. Les articles 62, 65, 179 et 392 du Code Pénal punissent les fake news et toutes les publications ou informations mettant en danger la vie d’autres personnes ou de nature à troubler l’ordre public.

Imaginons un instant que les populations de Sassandra se soient révoltées et lyncher les touristes légalement arrivés sur le sol ivoirien et que des troubles étaient survenus. Philippe Légré en serait responsable.

On se souvient encore qu’un fake news du député Alain Lobognon l’avait conduit à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) en 2018, a l’issue des élections municipales au Plateau.

D’abord, c’est l’Union européenne qui a recadré le membre du gouvernement Amadou Gon Coulibaly en ces termes : « Il y a plusieurs semaines qu’ils sont arrivés en toute tranquillité avant les mesures de confinement. Le ministre de l’Intérieur, Sidiki Diakité, connaît parfaitement le dossier. On est en train d’organiser, avec le ministère de l’Intérieur, leur arrivée sur Abidjan », a clarifié l’ambassadeur Jobst Von Kirchman, préoccupé par l’allure que prennent les débats sur la présence de ces ressortissants européens et brésiliens sur le sol ivoirien.

Lire aussi:  Ouganda-Côte d’Ivoire: Ces bêtes noires des régimes frileux… Adou Richard interpellé

Puis le CICG d’enfoncer le clou : « Des rumeurs font état de l’entrée frauduleuse de dix-sept (17) Italiens en Côte d’Ivoire, pour propager la pandémie du Coronavirus (COVID-19). Le Centre d’Information et de Communication Gouvernementale (CICG) dément ces allégations. Selon des sources policières et administratives de la région, il ressort qu’il s’agit de dix-sept (17) touristes de diverses nationalités, à savoir 6 Britanniques, 4 Brésiliens, 1 Français, 1 Espagnol, 4 Allemands et 1 Néerlandais. Parmi eux ne figure donc aucun Italien, comme le fait croire la rumeur et certains écrits sur les réseaux sociaux », dénonce le CICG dirigé par Bakary Sanogo, par ailleurs directeur de la communication du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

En effet, jeudi 26 mars, Philippe Légré avait annoncé publiquement, au cours d’une cérémonie officielle aux Deux-Plateaux : « Chers frères, chères sœurs, chers collaborateurs, en venant ici, les agents des affaires maritimes de Sassandra ont dans leur patrouille découvert dix-huit (18) Italiens et d’autres nationalités, qui ont transité par le Maroc, l’Espagne, l’Italie. On dirait même qu’ils suivaient la trace du coronavirus et ils sont arrivés à Sassandra (…) au bord de la mer, ils ont fait un camp. Nous les avons été donc saisis. La police des affaires maritimes est donc allée les chasser de là-bas. Ils sont en route pour Abidjan. Nous venons de saisir le ministre de la Santé, le ministre de la Sécurité pour qu’à leur niveau, ils s’apprêtent à les recevoir et puis les mettre en quarantaine. Parce que qui part de l’Italie, de l’Espagne, du Maroc, de l’Algérie, c’est le chemin du coronavirus qu’ils ont parcouru pour arriver ici ».

Lire aussi:  Côte d’Ivoire-Ouverture du dialogue politique: L’opposition s’adosse aux préalables de Bédié

Les Ivoiriens attendent la décision du procureur Adou Richard si prompt à s’autosaisir pour convoquer et mettre en prison des opposants au régime Ouattara-RHDP pour des fake news.

G.R. OMAEL

Laisser un commentaire