Difficultés du dialogue politique en Côte d’Ivoire: Pulchérie Gbalet (ACI) prévient et met Alassane Ouattara au pied du mur

Difficultés du dialogue politique en Côte d’Ivoire: Pulchérie Gbalet (ACI) prévient et met Alassane Ouattara au pied du mur

La nécessité de la réconciliation, les difficultés dans le dialogue politique-Dr Pulchérie Edith Gbalet, la présidente de l’ONG Alternance citoyenne ivoirienne (ACI), organise régulièrement des vidéos sur sa page facebook intitulées ‘’Les 10 minutes de Gbalet Pulchérie’’ pour dénoncer et faire des propositions aux différentes situations que vivent les populations ivoiriennes. Ce jeudi 4 juin, elle s’est penchée sur la nécessité de la réconciliation, les difficultés dans le dialogue politique.

LES 10 MINUTES DE GBALET PULCHERIE DU JEUDI 04 JUIN 2020

Chers compatriotes, vous êtes à la 42ème séance des 10 minutes de Pulchérie Gbalet.

Aujourd’hui nous allons exposer sur la nécessité du dialogue inclusif à travers trois (3) points : la nécessité de la réconciliation, les difficultés dans le dialogue politique et nos recommandations.

  1. La nécessité de la réconciliation

Depuis 2017, nous avons été les premiers a appelé à la réconciliation de tous les ivoiriens avant les élections, car pour nous, il ne pouvait y avoir d’élections apaisées sans véritable réconciliation. A cet effet, nous avons mené auprès des populations ivoiriennes des consultations à Abidjan, dans plusieurs villes de l’intérieur, et aussi au Ghana où se trouvaient des exilés pour avoir leur avis sur la nécessité de la réconciliation.

Nous avons été heureux de voir que la plupart des partis politiques de l’opposition nous aient emboîté le pas. Mais jusqu’aujourd’hui, cette réconciliation n’est pas encore effective et nous sommes à 4 mois des élections présidentielles. Il faut craindre que les mêmes causes produisent les effets, c’est pour cela qu’aujourd’hui encore, nous voulons lancer un appel républicain et solennel à nos gouvernants car ce qui manque à cette effectivité c’est la Volonté Politique.

  1. Les difficultés dans le dialogue politique
Lire aussi:  Exclusif/PDCI-RDA/Décès de Bernard Binlin Dadié: Voici ce que le président Bédié a écrit dans le livre des condoléances…

Le dialogue politique est en panne et ce n’est pas bon pour la paix. Aujourd’hui, nous assistons plus que jamais à une crispation de la vie sociopolitique ivoirienne. Tandis que le Rhdp s’inscrit dans une logique de justice “vindicative” visant à écarter des leaders d’opposition, l’opposition n’entend pas se laisser faire aux prochaines joutes électorales.

N’oublions pas si tôt l’histoire récente de notre pays. En fait, hier le Président Ouattara s’était vu écarté du jeu politique, c’est pourquoi ses partisans mécontents ont pris les armes. Soro Guillaume lui-même l’a dit et plusieurs des membres des forces nouvelles l’ont révélé. Si pour un seul leader, la Côte d’Ivoire a connu une décennie de troubles qui a causé la mort de plusieurs milliers d’ivoiriens, qu’en sera-t-il du fait que a priori avec les différentes condamnations de 20 ans de prison de trois grands leaders politiques qui sont de par ces condamnations écartés de la course ? Quelle sera la réaction de leurs partisans ? Voilà notre peur et pourquoi nous insistons sur la nécessité d’un dialogue inclusif d’où la nécessité de la RÉCONCILIATION.

Pour les élections de 2010, le président Gbagbo à lui seul a eu 46 % des voix. Comment peut-on négliger une telle personnalité et faire comme si rien n’était ? Ne cachons pas le soleil par la main et arrêtons de mépriser la conscience des ivoiriens. Si nous voulons aller à la paix, écoutons nous les uns, les autres, car à force de foncer la tête baissée on risque d’aller droit vers le Mur.

Lire aussi:  Côte d’Ivoire-Parlement des enfants: Où va le budget de 12 à 24 millions francs Cfa ? Les révélations de L’Eléphant déchainé

C’est pourquoi, avec les derniers rebondissements de l’actualité politique par l’assouplissement des restrictions de liberté du président Gbagbo et du ministre Charles Blé Goudé, Dieu donne une chance à la Paix. C’est une main Divine tendue à nos gouvernants pour qu’ils prennent des décisions courageuses et sages. Les Saintes écritures ne disent telle pas: “Dieu parle tantôt d’une manière ou d’une autre?” Ayons des oreilles pour entendre la voix divine de la réconciliation.

Nous demandons donc au Président Ouattara, car c’est de lui seul que dépend la paix de notre pays, il en est le garant, nous lui demandons de faire ce qui lui revient de droit. La constitution ivoirienne le lui autorise par le pouvoir discrétionnaire de prendre une loi d’amnistie, une grâce présidentielle pour libérer tous les prisonniers politiques et militaires de la crise postélectorale, d’annuler toutes ces condamnations sur les trois grands leaders politiques, de libérer les partisans de Soro et de s’occuper personnellement du retour des présidents Gbagbo, Soro et du ministre Charles Blé Goudé, sur leur terre natale. Il y a un temps pour toute chose dit l’ecclésiaste. Il y a un temps pour faire la guerre et un temps pour faire la Paix. LE TEMPS DE LA PAIX EST ARRIVÉ.

Lire aussi:  Port-Bouet/Désobéissance civile: Ezaley Philippe promet la fin des souffrances… la jeunesse lance un ultimatum à l’opposition

La liberté de mouvement accordée au Président Gbagbo et à Charles Blé Goudé vient de donner une occasion rêvée aux Ivoiriens de se réconcilier et tourner la page. Le pouvoir va-t-il enfin saisir la balle au bond et offrir aux Ivoiriens une nouvelle espérance ? Nous n’en savons rien. Pour l’heure, la réaction du pouvoir reste timide. D’où la nécessité impérieuse d’aller à un Dialogue inclusif à quelques mois des élections présidentielles.

  1. Nos recommandations

Pour nous le processus de la réconciliation passe d’abord par le dialogue INCLUSIF entre tous les acteurs politiques de notre pays à savoir : le président Ouattara, le président Gbagbo, le président Bédié, le Président Soro, le Ministre Charles Blé Goudé, le président Mamadou Coulibaly, Anaky Kobena, Gnamien Konan, et la vraie société civile. Tous ceux qui ont des partisans dans ce pays. Tous ces leaders autour d’une même table pour se parler franchement et sauver la paix en Côte d’Ivoire.

Dans un esprit patriotique, loin des calculs politiques, s’assoir et travailler à se réconcilier entre eux et à la fin de ces échanges lancer tous un appel solennel à leurs partisans que tous sont d’accord sur les clauses de leur échanges et sont prêts à aller à des élections apaisées pour construire une Côte d’Ivoire moderne. Voilà pour nous ce que nous appelons depuis 3 ans le DIALOGUE INCLUSIF

Monsieur le Président, l’histoire vous regarde et la Côte d’Ivoire vous regarde.

Excellente journée à vous chers compatriotes.

Laisser un commentaire