Désobéissance civile/Bédié en parle et s’engage fermement: «Nous ne nous arrêterons pas jusqu’à la chute du dictateur»

Hors de question pour le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, de reculer face à la forfaiture du pouvoir en place. Il a réaffirmé sa ferme volonté de continuer ce combat pour la restauration de l’état de droit.

«Quand nous allons commencer, nous ne nous arrêterons pas jusqu’à la chute du dictateur. Nous irons jusqu’au bout », a indiqué le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié. Et ce, à la faveur d’une rencontre avec la plateforme des jeunes de la société civile (Pec-CI), le jeudi 08 octobre à sa résidence à Cocody ‘’Les Ambassades’’.

Actualité oblige, le président du Pdci-Rda, a invité les membres de cette plateforme composée de plus d’une quarantaine d’associations et mouvements de la société civile à se mobiliser pour le combat de la démocratie et de la sauvegarde de la Côte d’Ivoire. Toute chose qui, à l’en croire, passe par l’exécution du mot d’ordre de  désobéissance civile.

«Le mot d’ordre, c’est la désobéissance civile. L’arme que nous vous remettons pour vaincre, c’est la désobéissance civile.  La désobéissance civile n’est pas l’affrontement armé. C’est l’arme des forts. La désobéissance civile rime avec la non-violence. C’est avec la désobéissance civile que le président Houphouët-Boigny a conduit l’indépendance de la Côte d’Ivoire en refusant de se soumettre à l’ordre coloniale. Et il l’a fait de façon pacifique. Face à l’adversaire, nous avons les mains nues. Eux, ils ont les microbes, même si nous avons des antibiotiques. Nous devons nous protéger contre les chars, les machettes, les fusils, contre tout ce qui signifie les armes de la mort.  Il faut d’abord vivre pour combattre. C’est la désobéissance civile  qui a permis à Nelson Mandela de libérer son peuple. A Gandhi d’obtenir l’indépendance de la grande nation de l’Inde. A Martin Luther King d’obtenir la reconnaissance des droits des noirs aux Etats-Unis. Cette arme est redoutable et irrépressible », a expliqué le président Henri Konan Bédié.

Lire aussi:  Pdci/Guikahué depuis Dimbokro: «Toutes ces menaces ne nous font pas peur… Le Pdci n’est pas un parti importé»-Bobi Assa Emilienne : «Les gens gâtent mon nom…»

Mais avant, le Secrétaire exécutif en chef du Pdci-Rda, Maurice Kakou Guikahué, a exhorté les membres de ladite plateforme se mobiliser massivement pour le meeting du 10 octobre au stade Félix Houphouët-Boigny. «Vous êtes plus de 40.000. Vous avez le droit de dire non. Votre premier acte, c’est le meeting du 10 octobre au Félicia. Vous seuls, vous pouvez remplir le stade qui 35000 places. Vous avez des jeunes de qualité sur lesquels, le président Bédié peut compter», a-t-il lancé.

Le président du PEC-CI, Ebrin Yao Rémi et sa plateforme ont marqué leur adhésion à la CDRP. Au nom de ses membres, il a dit se mettre aux côtés de l’opposition pour le combat de la restauration de l’état de droit en Côte d’Ivoire. « Nous sommes là pour joindre l’acte à la parole, pour signer l’acte manifeste de la CDRP. Vous êtes une chance pour la Côte d’Ivoire », a indiqué Ebri Yao.

Dircom PDCI-RDA

Laisser un commentaire