Pulchérie Edith Gbalet, présidente de l'Ong ACI

Covid-19: Or donc c’est pour se confiner à Assinie que Ouattara a fait un nouveau découpage du grand Abidjan (Pulchérie Gbalet, ACI, dénonce)

Covid-19: Or donc c’est pour se confiner à Assinie que Ouattara a fait un nouveau découpage du grand Abidjan (Pulchérie Gbalet, ACI, dénonce)

Pulchérie Gbalet (ACI) dénonce ‘’l’incohérence du découpage et l’inefficacité du confinement du Grand Abidjan’’ et propose…

Dr Pulchérie Edith Gbalet, la présidente de l’ONG Alternance citoyenne ivoirienne (ACI), organise régulièrement des vidéos sur sa page facebook intitulées ‘’Les 10 minutes de Gbalet Pulchérie’’ pour dénoncer et faire des propositions aux différentes situations que vivent les populations ivoiriennes. Dimanche 31 mai, elle a traité de l’inefficacité du confinement du Grand Abidjan.

LES 10 MINUTES DE GBALET PULCHERIE DU DIMANCHE 31 MAI 2020

Aujourd’hui nous allons exposer sur l’inefficacité du confinement du Grand Abidjan en trois (3) points : l’incohérence du nouveau découpage du grand Abidjan, l’inefficacité du confinement du Grand Abidjan et nos recommandations.

  1. L’incohérence du nouveau découpage

Le Grand Abidjan comprenait, le District d’Abidjan (les 10 communes d’Abidjan plus Bingerville, Songon et Anyama) dans un rayon de 30 Km. De ces 13 communes, le Grand Abidjan est passé à 19 communes après l’approbation d’un nouveau schéma directeur le 9 mars 2016, en ajoutant les six (6) communes de Grand-Bassam, Bonoua, Alépé, Azaguié, Dabou et Jacqueville. Toutes ces villes sont dans un rayon de 60 km de la ville d’Abidjan.

Pour se donner la possibilité de se confiner à Assinie, cette commune a été incluse dans le grand Abidjan depuis mars 2020. Cela devrait donc être le cas d’Agboville, d’Adzopé et de Sikensi qui sont plus proches d’Abidjan qu’Assinie.

Lire aussi:  Situation en Côte d’Ivoire: La France n’a pas d’autres choix, le peuple souverain doit prendre ses responsabilités

A quoi donc répond ce nouveau découpage qui accroit les problèmes des populations par rapport au confinement d’Abidjan ?

  • L’inefficacité du confinement du Grand Abidjan

Le confinement du Grand Abidjan est inefficace au plan sanitaire pour plusieurs raisons:

Du point de vue général, nous déplorons :

  • Problèmes de déplacement et de contournement du dispositif sécuritaire qui ont engendré la création de circuits parallèles couteux et dangereux à cause des coupeurs de routes ; non subvention du retour des élèves et enseignants, fonctionnaires et autres personnes en difficultés, donc voyages clandestins sources de contamination. La RTI s’en plaignait hier mais c’est la faute du Gouvernement qui ne pensent pas à toutes les implications de ses décisions. Actuellement plusieurs élèves à Agboville ou Adzopé n’ont pas pu regagner leurs écoles alors qu’ils sont en classe d’examen. Abidjan-Agboville est passé de 1000 F à 10 000 F. Ce n’est donc pas en vain que nous nous plaignions du découpage tout à l’heure. Assinie qui est loin d’Abidjan est dans le grand Abidjan et Agboville et Adzopé plus proches n’y sont pas. 
  • L’indisponibilité des masques pour les démunis, puisque la gratuité n’est pas générale, certains ont été servis et d’autres non ;
  • Le non-respect des mesures barrières est généralisé dans plusieurs communes : promiscuité, jeux collectifs.

Par rapport à l’école qui draine du monde :

  • La majorité des écoles n’ont pas été désinfectées avant la reprise ;
  • Certaines écoles ne disposent pas de dispositif de lavage des mains ;
  • L’incapacité de faire de la gratuité du masque une réalité donc plusieurs n’en portent pas. On a commencé à pourvoir les écoles en donnant 10 masques à chaque enseignant et chaque élève pour 2 semaines, mais ce n’est pas dans toutes les écoles.
  • Recommandations
  • Nous insistons aussi sur la nécessité de laisser les élèves des classes intermédiaires attendre la rentrée prochaine, non seulement pour limiter les contaminations, mais garantir la disponibilité de salles pour les élèves en classes d’examen.
  • Nous pensons aussi qu’il faut dé-confiner Abidjan pour faciliter les déplacements et éliminer ces circuits clandestins couteux et dangereux.
  • Enfin, par rapport au non-respect des mesures barrières, on avait proposé le renforcement de la sensibilisation de proximité mais rien ne se fait dans ce sens, et rien ne se fait réellement pour freiner la propagation du virus. Puisque toutes les décisions du Gouvernement favorisent les contaminations et que les mesures barrières qui sont impossibles à respecter dans plusieurs quartiers et à l’intérieur du pays, la solution serait donc pour nous de nous en remettre à l’immunité collective et mettre l’accent sur le dépistage massif. L’immunité collective est l’idée selon laquelle lorsque 50 à 60% de la population est contaminée, elle développe suffisamment d’anticorps pour freiner le développement de l’épidémie. Le Royaume uni, la Suède et les Pays Bas ont opté pour cela et les deux derniers pays font partie des moins touchés d’Europe. Le choix de la Suède est culturel parce que là-bas les populations sont très responsables. Ils ont confiance en leur Gouvernement et en leurs institutions et les gouvernants ont confiance au sens de la responsabilité des populations.
Lire aussi:  Confinement d’Abidjan reporté: Vers 3.800 personnes contaminées… L’autre erreur du gouvernement qui expose les villes de l’intérieur

Le problème avec le confinement, c’est sa durabilité. Nous le constatons tous, il est insupportable parce qu’il a un impact négatif sur l’économie et sur les libertés. Finalement, tous les pays ayant pratiqué un confinement strict n’en peuvent plus et sont obligés de pratiquer un déconfinement progressif. Aux états unis, il y a des manifestations contre l’application des mesures et au nom des libertés constitutionnelles. Plusieurs plaintes sont déposées malgré la barre des 100 000 morts franchie. Même le port de masque est contesté et les citoyens veulent avoir le choix de le porter ou pas.

  • Tout ce que nous avons évoqué nous ramène à la nécessité de réfléchir avec toutes les intelligences du pouvoir, de l’opposition et de la société civile pour trouver des solutions adaptées à nos réalités, au lieu de faire du suivisme.

Si nous appliquons des décisions en contradiction avec nos réalités, nous n’arriverons à aucun résultat tout en gaspillant des moyens.

Excellente journée dominicale à vous, bonne fête de la pentecôte aux chrétiens et à demain 12h30 pour un autre sujet.

Laisser un commentaire