Coup d’Etat au Mali: Alassane Ouattara veut créer le chaos, le terreau favori des djihadistes et autres terroristes (Théophile Kouamouo)

Coup d’Etat au Mali: Alassane Ouattara veut créer le chaos, le terreau favori des djihadistes et autres terroristes (Théophile Kouamouo)

Dans un article réservé à ses abonnés, Jeune Afrique dit en substance deux choses.

Premièrement, Emmanuel Macron s’est fait une raison et a progressivement pris acte du renversement d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) par l’armée, soutenue par la rue. Désormais, son objectif est de pousser à une “transition civile”.

Deuxièmement, Alassane Ouattara est le chef d’Etat ouest-africain qui incarne la ligne dure contre la nouvelle donne à Bamako. Selon Jeune Afrique, l’objectif du chef d’Etat ivoirien est, tout simplement, le retour aux affaires d’IBK. C’est pour cette raison qu’il a l’intention d’asphyxier “les putschistes” en coupant le Mali de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Ce qui revient à paralyser le système bancaire, à empêcher les transactions financières et les retraits d’argent, y compris de fonds envoyés par la diaspora via des sociétés spécialisées. Par ailleurs, un tel dispositif empêcherait les importations, y compris les importations de produits de première nécessité comme les médicaments. De plus, il pousserait les pays de la CEDEAO à empêcher toute circulation de biens et de personnes à destination et en provenance du Mali. Les contrebandiers et les mafias transfrontalières se frottent déjà les mains…

Lire aussi:  Une Cni à 27.000Fcfa inaccessible aux populations rurales/Assalé Tiémoko (maire de Tiassalé) interpelle le régime Ouattara et demande les «états généraux de l'état civil en Côte d'Ivoire»

En gros, Alassane Ouattara veut rééditer son “exploit”, qui l’a aidé à prendre le dessus sur son rival Laurent Gbagbo en 2011, au prix d’une crise humanitaire d’ampleur en Côte d’Ivoire. Il a déjà pris les devants en bloquant toutes les transactions entre la Côte d’Ivoire et le Mali. Ce qui signifie notamment que les marchandises destinées au Mali sont bloquées au port d’Abidjan, et que les fonds engagés par les commerçants maliens dans le cadre de transactions avec la Côte d’Ivoire sont de facto gelés.

De fait, cette méthode consiste principalement à punir le peuple malien, pour le pousser à la faim et à la révolte contre les autorités militaires. C’est d’un cynisme absolu. Et ce qui est étonnant, est qu’aucun autre chef d’Etat ouest-africain ne s’y oppose. En tout cas, ouvertement. Au contraire. Selon Jeune Afrique, Ouattara est soutenu par les autorités du Niger, du Sénégal, de la Guinée, du Liberia et du Nigeria. Affamer les Maliens pour sauver IBK, en quelque sorte. Mais un tel choix accroîtrait le chaos, qui a toujours été le terreau favori des djihadistes et autres terroristes.

Théophile Kouamouo

Laisser un commentaire