Côte d’Ivoire: Voici pourquoi «OUATTARA ne doit pas s’en aller sans avoir subi les affres morales de la contestation populaire» (Opinion)

Côte d’Ivoire: Voici pourquoi «OUATTARA  ne  doit  pas  s’en  aller  sans  avoir  subi  les  affres  morales  de  la  contestation  populaire» (Opinion)

Je  me  souviens  à  présent  que  lors  d’une rencontre  amicale  il  y  a  lurette  et  analysant  l’environnement  et  les  faits  politiques  dans  notre  pays, un  ami  nous  confiait  son  vœu  ardent  de  voir  le  Président  OUATTARA  se  présenter  pour  un  3ème  mandat  illégal  à  la  tête  de  notre  pays.

Devant  la  réprobation  collective, notre  ami  a  justifié  son  souhait  par  les  innombrables  faits  de  nuisances  perpétrés  par  ce  politicien  de  mauvais  acabit  contre  notre  pays  naguère  havre  de  paix  et  de  développement.

Dans  l’imaginaire  de  celui-ci, Alassane Dramane OUATTARA  ne  doit  pas  s’en  aller  sans  avoir  subi  les  affres  morales  de  la  contestation  populaire  pour  son  ingratitude  politique  qui  effacera  à  jamais (comme  son  frère  COMPAORE  du  Burkina)  la  petite  côte  d’estime  dont  il  jouit  encore ; d’autant  qu’il  se  flatte  d’illusion  grotesque  et  insensé  d’une  gouvernance  inductrice  de  développement  sans  précédent  de  notre  pays  tout  en  usant  de  mauvaise  foi  pour  ignorer  la  contribution  du  PDCI  qui  s’est  fortement  évertué  à  aseptiser  durant  son  règne, l’environnement  sociopolitique  aux  fins  du  progrès  pour  tous  et  du  bonheur  pour  chacun.

Il  est  en  effet  notoire  que, ce  que  OUATTARA a réussi  en  terme  de  construction  du  pays, il  le  doit  à  la  bienveillance  du  Président  BEDIE, puisque  dans  le  cadre  de  la  plateforme  RHDP, ce  dernier l’a  conseillé  et  protégé  au  mieux  dans  un  contexte  d’après-guerre  civile  extrêmement  sensible.

Alassane OUATTARA  a  construit  des  routes  et  des  ponts, il  a  électrifié  des  villages  et  servi  de  l’eau  potable  à  ses  concitoyens  grâce  à  l’engagement  sans  faille  du  PDCI. Il  n’en  demeure  pas  moins  cependant qu’il  reste  l’homme  politique  aux  actes  les  plus  malfaisants  au  détriment  de  la  Côte  d’Ivoire  et  des  ivoiriens  dès  lors  qu’il  a  fortement  œuvré  à  rompre  le  pacte  de  convivialité  et  d’harmonie  de  vie  entre  les  peuples  de  Côte  d’Ivoire  et  d’ailleurs, pour  ainsi  dire, effacer la  marque  distinctive  de  notre  nation  dans  le  concert  des  pays  de  la  sous-région.

En  1993  déjà, ce « hors  la  loi »  a  manœuvré  dur  sans  succès, pour  mettre  sous  le  boisseau, la  disposition  de  la  constitution  de  la  1ère  République, relative  à  la  succession  par  décès  du  président.

Lire aussi:  CESEC-Côte d’Ivoire, encore du rattrapage ethnique: Voici les nouveaux et anciens membres du Conseil économique et social nommés par Alassane Ouattara… des départs et des entrants

En  1995, il  a  agi  pour  dévoyer  le  sens  originel  de  l’«ivoirité», ce  noble  concept, politiquement  modifié  par  ses  soins  pour  servir  la  cause  d’ambitions  viles  et  puériles. OUATTARA  a  été  au  centre  du  boycott  actif  qui  a  marqué  le  début  de  la  violence  politique  dans  notre  pays.

En  1999, en  nous  remémorant  sa  fameuse  déclaration, « ce  pouvoir  moribond, je le  frapperai  et  il  tombera  comme  un  fruit  pourri », il  nous  est  permis  de  le  citer  parmi  les  concepteurs  du  coup  de  force  qu’il  a  qualifié  par  ailleurs  de  révolution  des  œillets  et  qui  a  marqué  le  début  de  la  série  des  instabilités  dans  notre  pays.

En  2002, il  est  soupçonné  d’être  au  centre  du  coup  de  force  qui  s’est  commué  en  rébellion  pour  aboutir  à  une  guerre  civile.

Qui  est  cet  homme  se  réclamant  de  la  philosophie  politique  d’HOUPHOUET  qui  peut  se  rendre  coupable  ou  complice  d’autant  d’actes  de  violence ; quelles qu’en  soient  les  raisons ?

Ce  sont  en  réalité, des  faits  majeures  qui  le  tourmentent  jusqu’aux tréfonds  de  sa  conscience  positive  pour  le  soumettre  à  redouter  inlassablement  la  loi  du karma ; d’où, sa  propension  à  conserver par  n’importe  quel  moyen  et  à  n’importe  quel  prix, le  pouvoir  d’Etat  en  vue  de  se  préserver des  intrigues  liées  à  la  fin  inéluctable  des  grands  bandits  d’Etat  de  son  espèce.

OUATTARA  reconnait  ces  faits-là  en  toute  conscience. Il  suffit  pour  cela, de  se  rappeler  entre-autre  les  propos  tenus  lors  de  l’interview  qu’il  a  accordée  aux  journalistes  Agnès  KRAIDY  et  Pascal  BROU  AKA  sur  les  antennes  de  la  télévision  ivoirienne  première  chaine  au  lendemain  de  son  accession  au  pouvoir  d’Etat  pour  son  1er  mandat  présidentiel  et  à  la  veille  de  la  fête  d’indépendance  de  notre  pays. A  l’invitation  de  la  journaliste  KRAIDY  à  lui  faite, d’observer  de l’introspection  pour  dire  sa  part  de  responsabilité  dans  la  déchirure  du  tissu  social  dans  notre  pays en  guise  de  conclusion  à  l’interview, OUATTARA  a  répondu  non  sans  les  contorsions  politico-langagières  dont  il  a  le  secret,  qu’il  se  reprochait  son  impatience  qui  a  suscité  des  débordements   de  la  part  de  ses  partisans.

Cet  aveu  implicite  en  dit  long.

Lire aussi:  ‘’Bilan inattaquable’’ de Ouattara: «Et si on exigeait un audit de gestion économique et financière de l’Etat ivoirien» (Sylvain Takoué)

A  la  vérité, le  parti  d’Alassane  Dramane  Ouattara  souffre de  l’image  que  lui  confère  l’appellation  RDR ; d’où  la  précipitation  observée  dans  l’érection  de  la  plateforme  RHDP  en  parti  politique, au  mépris  du  chronogramme  édicté  ainsi  que  des  actions  majeures  à  conduire  pour  la  bonne  fin  du  projet.

Au  fond, pour  OUATTARA  et  ses  suiveurs, iI  faut  se  débarrasser  au  plus  vite  de  l’image  ethnocentrique  et  violent  projetée  par  le  RDR  sans  pour  autant  renoncer  à  la  ligne  politique  qui  consiste  à  organiser  sans  faiblir  le « rattrapage  ethnique ». Le  dernier  opus  des  artistes  YODE & SIRO  sonne  bien  à  propos  et  les  faits  l’attestent  subséquemment.

Le  débauchage  systématique  et  éhonté  des  cadres  de  l’opposition(ces  cadres  valeureux  qui  sont  réduits  à  un  rôle  d’accompagnateur  dans  ce  projet  macabre) , la  libération  par  contrainte,  sous  chantages  odieux  des « tabourets » de  l’administration  et  l’instrumentalisation  de  l’appareil  judiciaire  à  l’encontre  des  résistants, le  vol  sans  vergogne  de  logo  des  partis  signataires  de  la  plateforme  politique  RHDP, l’organisation  approximative  du  recensement  pour  la  confection  de  la  liste  électorale, la  caporalisation  des  structures  impliquées  dans  l’organisation  des  élections  présidentielles, les  résultats  controversés  des  dernières  élections  régionales, etc.. sont  des  signes  tangibles  d’un  pouvoir  aux  abois  qui  prend  l’eau  de  toutes  parts  et  dont  le  naufrage  inéluctable  est  clairement  perceptible  pourvu  que  l’opposition  politique  sache  mutualiser  ses  stratégies  dans  une  logique  de  communion  dans  l’action.

En  tout  cas, OUATTARA  donne  une  image  bananière  de  notre  république  au  travers  de  ses  actes  de  mal gouvernance.

Mais  enfin !!, les  crimes  contre  l’humanité  observés  à  l’issue  de  la  guerre  qui  l’a  opposé  à  GBAGBO  a  enregistré  3 000  morts  officiels. GBAGBO  vient  d’être  acquitté  par  la  CPI  qui  au  demeurant, ne  saurait  émettre  un  jugement  partiel. Il  va  sans  dire  que  OUATTARA  et  ses  partisans  doivent  comparaitre  au  nom  de  la  justice  et  de  l’équité. Il  ne  tient  qu’aux  ivoiriens  de  mener  les  actions  idoines  pour  que  la  justice  internationale  se  fasse  au  mieux. Le  repos  de  l’âme  de  nos  morts  est  à  ce  prix  et  la  réconciliation  nationale  en  dépend  indubitablement.

En  1999, sous  la  gouvernance  de  BEDIE, un  rapport  suspectant  le  détournement  de  18  milliards  de  l’Union  Européenne (UE)  a  justifié  la  démission  du  Ministre  de  la  santé  pour  favoriser  l’avènement  de  la  vérité.

Lire aussi:  Obsèques de Assandé Kouakou Appia Jean-Paul: Mme Bédié et le PDCI compatissent à la douleur de la belle-famille du S.E Guikahué

En  2020, sous  la  gouvernance  de  OUATTARA, un  rapport  d’enquête  d’un  média  incrimine  son  Ministre  d’Etat, Ministre  de  la  Défense  de  trafic  de  drogue. Quelques  semaines  plus  tard, ce  dernier  est  bombardé  Premier  Ministre  pour  se  voir  couvrir  davantage  d’immunité  sous  le  regard  impuissant  de  notre  opposition.

Avec  autant  d’indécences, on  veut  qu’on  nous  respecte. Mon  œil !!!

Le  coup  d’Etat  civil  auquel  nous  assistons (3ème  mandat, candidature  sur  mesure)  nous  donne  de  nous  remémorer  un  certain  meeting  du  RDR  animé  par  Cissé  BACONGO  à  Adjamé   pour  booster  le  plan  de  rupture  d’avec  BEDIE  et  son  PDCI.

Les  propos  tenus  à  l’occasion  ne  peuvent  pas  échapper  à  l’analyse  intellectuelle  en  raison  de  leurs  impacts  psychologiques  potentiels  du  point  de  vue  de  la  compréhension  par  les  populations  de  l’action  politique.

C’est  une  exigence  de  responsabilité  au  regard  de  la  stature  de  l’homme  mise  en  rapport  avec  l’orientation  thématique  de  ce  rassemblement :

« Alors  qu’on  est  assis  ensemble, on  mange  ensemble, (…).Maintenant  toi  tu  dis, alors  qu’on  mange : lève-toi ! Pourquoi  je  vais  me  lever ? (…). Dis-moi, pourquoi  je  vais  me  lever ? Ça  veut  dire  que  tu  veux  manger  seul. Si  tu  veux  manger  seul, comme  moi  je  suis  là  pour  le  moment, je  vais  manger  seul ».

Ses  propos, analysés  dans  le  contexte  géographique (Adjamé) de  leur  tenue,  sont  attentatoires  à  l’éthique  politique  et  justifient  amplement  les  difficultés  de  tous  ordres  auxquelles  les  rebelles  et  démobilisés  du  RDR  ont  soumis  à  date  récente,   le  Président  OUTTARA  et  son  gouvernement  et  qui  les  ont  contraints  à  payer  des  sommes  faramineuses  à  des  bidasses  au  détriment  des  valeureux  contribuables  de  notre  développement.

Pour ces  bidasses, le  désordre  socio-politique  est  une  aubaine  facile  de  promotion  sociale. On  s’en  fout  du  reste  puisqu’il  faut  « manger », quid  des  soucis  de  développement  du  pays.

La  réunion  de  l’opposition  ce  dimanche  20  septembre  2020  doit  faire  date  dans  la  mémoire  collective  des  ivoiriens ; d’autant  qu’elle  doit  marquer  la  fin  des  errements  politiques  des  années  1993  jusqu’à  ce  jour  dans  ce  pays  dont  on  dit  pourtant  béni  de  DIEU.

A  nos marques…, prêts ?…..

Jean  De  Klêm.

Laisser un commentaire