Côte d’Ivoire: Qui ouvre les eaux de la lagune Ebrié aux groupes portugais ? (Révélations de LC)

Côte d’Ivoire: Qui ouvre les eaux de la lagune Ebrié aux groupes portugais ? (Révélations de LC)

De plus en plus florissant à Abidjan, le business des opérateurs lusophones bénéficie de solides relais locaux.
La visite officielle d’Alassane Ouattara à Lisbonne, en septembre 2017, a provoqué un appel d’air pour les entreprises portugaises depuis un an, comme en témoigne l’ouverture vers Abidjan d’une ligne de la TAP, la compagnie nationale aérienne portugaise.
De la politique au privé. Le business discret de ces opérateurs, qui bénéficient de plus en plus de contrats publics, est encouragé par l’intervention de plusieurs lobbyistes, en tête desquels Paulo Portas. Avocat de formation, cet ancien ministre de la défense et vice-premier ministre reconverti dans le privé a profité d’un nouveau séjour à Abidjan, fin juillet, pour négocier avec le DG du Port autonome d’Abidjan (PAA), Hien Sié, un contrat de construction d’une infrastructure de stockage de produits pétroliers dans l’enceinte portuaire. Paulo Portas est bien introduit chez le vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan et le premier ministre Amadou Gon Coulibaly.
Agrobusiness. Son activisme a notamment facilité l’implantation de Mota-Engil. Fin 2017, ce groupe spécialisé dans les services urbains a remporté, pour sept ans, un contrat de 320 millions € concernant la collecte des déchets ménagers de l’agglomération d’Abidjan. D’autres entreprises poursuivent leur prospection à l’instar de Frulact, spécialisé dans la fabrication de produits laitiers.
Présent au Mozambique et en Angola, Sumol+Compal, l’un des premiers groupes agroalimentaire portugais fondé en 1945, cherche également à s’implanter dans le pays. Son vice-président, José Tomaz, était en visite à Abidjan fin 2017.
Ces missions bénéficient localement de l’appui de la Chambre de commerce et d’industrie Portugal-Côte d’Ivoire (CCI-PCI) présidée par Filomena Borges.
Alors que les deux pays ont décidé de renforcer leur coopération militaire – Lisbonne vise la fourniture de navettes pour sécuriser les eaux ivoiriennes -, les relations diplomatiques sont à l’image de ce dynamisme. La Côte d’Ivoire possède désormais une représentation à Lisbonne, dirigée par Koffi Fana. Le Portugal entrait auparavant dans le champ de compétence de l’ambassadeur en France, Charles Providence Gomis. Symbole de ce rapprochement, les autorités portugaises ont fait de Dominique Ouattara la marraine de la première édition de l’Evora Festival Africa organisé, fin juillet, dans la capitale.

Lire aussi:  Côte d’Ivoire : «La manipulation de l'Arrêt de la CADHP par le gouvernement devrait interpeller sur les résultats que la CEI contestée donnera» (Un pro-Soro)

La Lettre du Continent du mercredi 19 septembre 2018 – nº784

Laisser un commentaire