Côte d’Ivoire: «La CDRP exige la libération immédiate de toutes les personnalités politiques et les militants arrêtés…»

Côte d’Ivoire: «La CDRP exige la libération immédiate de toutes les personnalités politiques et les militants arrêtés…»

 La Coalition pour la démocrati, la réconciliation et la paix (CDRP) a animé une conférence de presse, ce vendredi 27 décembre 2019, au siège du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA) à Cocody. Ci-dessous la déclaration liminaire.

Mesdames et Messieurs les journalistes ;

Honorables invités ;

Mesdames et Messieurs.

 

La conférence des présidents de la Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP) vous remercie d’avoir répondu nombreux à son invitation, à la présente conférence de presse, relativement à l’évolution de la situation socio politique nationale.

 

Faut-il le rappeler, la conférence de presse de ce jour se tient dans cette même salle à moins d’une semaine de celle co-animée par les plateformes CDRP et EDS, le samedi 21 décembre 2019, suite au report du meeting de l’opposition qui devait se tenir à Port-Bouët.

 

Mesdames et Messieurs les journalistes.

 

Il convient de rappeler que le meeting du 21 décembre 2019, avait été autorisé par le Maire de Yopougon pour se tenir à la place FIGAYO. Mais comme vous le savez, le pouvoir RHDP Unifié a usé de manœuvres en prenant un arrêté municipal signé du Maire Gilbert KAFANA KONE pour interdire toutes manifestations dans la commune de Yopougon, du 16 décembre 2019 au 05 janvier 2020.

Lire aussi:  Sylvain Takoué, Président du R.F.I, crache ses vérités: «Le régime Ouattara s’est définitivement donné le peuple pour adversaire…»

  

En dépit de l’autorisation obtenue du Maire de la Commune de Port-Bouët, les autorités de la sécurité sollicitées pour assurer la sécurisation de ce rassemblement, ont refusé d’assumer cette responsabilité que la loi leur impose pourtant.

 

Refusant de tomber dans le piège, nous avons décidé de reporter le meeting de Port-Bouët à une date ultérieure.

 

Nous n’avions pas eu tort de refuser de céder à cette énième provocation du pouvoir.

 

Nous rappelons que ces pratiques antidémoratiques du pouvoir RHDP Unifié visent à museler l’opposition en interdisant les meetings qui font pourtant partie des moyens d’expression démocratique prévus par la constitution.

Les évènements du lundi 23 décembre 2019 liés au retour au pays du candidat SORO KIBAFORI Guillaume par un vol privé attendu à 13H25, à la base militaire du GATL donnent également dans la confusion avec des accusations graves portées contre lui :

 

– de détournement de deniers publics et de blanchiment de capitaux ;

– d’attentat à l’autorité de l’Etat et à l’intégrité du territoire national.

 

Ces éléments ont conduit à l’émission d’un mandat d’arrêt international contre SORO KIGBAFORI Guillaume.

 

Au cours de la même journée, plusieurs collaborateurs du candidat SORO KIGBAFORI Guillaume dont cinq (05) députés, un maire, un ancien ministre et deux (02) présidents de Partis politiques membres de notre coalition ont été interpellés dans l’enceinte de leur mouvement politique par des éléments encagoulés et conduits à la DST. Déférés au parquet le mardi 24 décembre 2019, ils ont été inculpés puis placés sous mandat de dépôt à la MACA pour troubles à l’ordre public, diffusion de nouvelles fausses et atteinte à l’autorité de l’Etat.

Lire aussi:  Evacué d’urgence en France: 72 heures après, les dernières nouvelles de Maurice Kakou Guikahué…

 

Par ailleurs, dans la journée du 26 décembre 2019, le Procureur de la République nous a appris que des armes et des munitions auraient été opportunément découvertes, sans autres précisions, rappelant ainsi la prétendue découverte d’armes et de munitions au domicile de Monsieur KONE KAMARATE SOULEYMANE dit Soul To Soûl Soul ou de Monsieur MANGOUA Jacques, Président du Conseil Régional du GBEKE.

 

De même, les écoutes téléphoniques brandies par le Procureur de la République ont été qualifiées par ce même Procureur, d’écoutes de mauvaise qualité, à la surprise générale des téléspectateurs et des journalistes restés dubitatifs.

 

Ces activités ressemblent à s’y méprendre, à des manœuvres pour faire régner une chape de plomb sur le pays afin d’étouffer toute critiques de l’opposition, en cette période où le gouvernement devrait s’atteler à préparer des élections justes, crédibles et transparentes en 2020 par la mise en place de structures et d’instruments non confligènes.

 

C’est pourquoi, nous marquons notre surprise et notre indignation devant l’ensemble de ces évènements et les dérives dictatoriales répétées du régime RHDP-Unifié qui viole constamment la constitution et les principes élémentaires de la démocratie et de l’Etat de droit.

 

Aussi nous attendons du gouvernement qu’il renonce à ces pratiques d’un autre âge, pour un climat social paisible.

Lire aussi:  Présidentielle 2020/Le peuple Agba (parents de KKB) soutient le candidat du PDCI: «Aucune autre candidature ne peut nous distraire de l’idéal conduit par Henri Konan Bédié»

Car les ivoiriens rejettent le climat de terreur instauré par le pouvoir actuel.

 

C’est pourquoi, la CDRP exige la libération immédiate de toutes les personnalités politiques et les militants arrêtés et le retour sans condition de toutes celles qui sont contraintes à l’exil.

 

Tout en étant à votre disposition pour répondre aux questions que vous voudriez bien nous poser, nous vous remercions pour votre aimable attention.

 

Fait à Abidjan, le 27 décembre 2019

P. La Conférence des Présidents

M OUATTARA GNONZIE

Président du RPP

 

 

Laisser un commentaire