Côte d’Ivoire: Guillaume Soro a perdu son “statut de rebelle” et son ‘’âme de rebelle’’ (Opinion)

Après son héroïque « accident » dans le ciel de Bouaké intervenu le 29 juin 2007, duquel il sortit plus qu’indemne et renforcé dans sa capacité à diriger, je me souviens, grâce à la fraicheur des faits dans ma mémoire, comme si cela s’était produit hier. Ici hier, c’était son adresse du dimanche 23 Août 2020 qui a été abondamment reprise par les organes de l’opposition et stratégiquement commentée par la presse de l’autre côté. A l’époque de cet attentat qui n’a pas encore de commanditaire (…) officiel (…), j’avais eu à l’époque le nez creux d’expliquer dans la presse séquentiellement son fabuleux prénom KIGBAFORI ! Pour les besoins de la cause, je vais me faire le plaisir de remettre au goût du jour le même exercice en espérant avoir comme hier, l’assentiment de son Père. Celui-là même qui, à la naissance de ce fils, lui a comme tatoué ce prénom aussi bien dans le bas du dos que sur le haut du front ! En réalité à propos de ce prénom, tous les futurs Papas en rêvent mais très peu s’y hasardent au risque de se faire ridiculiser par celui auquel s’adresse en réalité, l’affront ! En d’autres termes, ne donne pas ce prénom à son rejeton qui veut. Il faut être sûr de soi.

Car dès lors que vous donnez à votre enfant ce prénom mythique qui détient une forte charge de défi, pour ne pas être la risée de sa communauté, le Père /donateur et l’ensemble de sa famille doivent se donner les moyens de le protéger afin d’étendre chaque jour un peu plus, le spectre de l’entreprise qui n’est autre que de narguer, précisément, certains acteurs de son entourage immédiat et/ou lointain ! Là, je parle, figurez-vous, de tous les moyens. « Kigba » : traduit la négation « ne peut ». Quand « ForI » signifie : « aboutir » en Niarafolo ; la langue historico-pionnière et peut-être dominante dans la région du Tchologo. C’est au Nord du pays à quelque 700 kilomètres d’Abidjan. Au final pour ceux qui comprennent français, on aura : « ne peut aboutir ».

Lire aussi:  Indépendance 2019 : 9.450 personnes vulnérables soulagées par le District d’Abidjan

Lorsque Papa Soro a décidé, en connaissance de cause de prénommer son fils, je ne connais pas son rang dans la lignée de ce prénom avec le soutien populaire de ses aïeuls, le message, à l’endroit de ceux qui s’étaient constitués depuis leurs confréries comme des ennemis, le défi leur était lancé et renouvelé surtout, sous cette forme. Si bien que toutes les entreprises, toutes les initiatives dont l’objectif vise à nuire aux intérêts matériels et humains de Papa Soro, sont vouées à jamais à un échec patent. Ce prénom-là, comme bien d’autres au pays Sénoufo, se donnent seulement quand le baptiseur et les siens se font confiance. Avant de changer de marches d’escalier dans le sens qui se situe vers le haut, je voudrais faire observer pour ceux qui en doutent, que la confiance du donneur réside prioritairement dans leur croyance (lui et les siens) en Dieu. Le Créateur de toutes choses. Dans cette ascension, je voudrais préciser que ma démarche ici vise à faire juste un commentaire et non à m’inscrire dans une polémique qui serait indiquée en période pré-électorale.

Le fait est que sa note datée du dimanche 23 Août 2020 adressée triplement au gouvernement, à l’opposition et enfin et surtout, au PEUPLE de Côte d’Ivoire, a subi une titrologie à la fois positive et une autre moins positive. Selon qu’on soit de l’opposition ou du parti au pouvoir en fin de mandat ! D’après la presse qui a soudainement une autre lecture de notre constitution : « Soro aurait abandonné les immenses chances qu’offre la pratique de la DEMOCRATIE, pour les armes ». C’est à peu de choses près ce que j’ai lu ce mardi matin dans certains journaux de la place. Notamment la Une de « L’EXPRESSION » ! Mesdames et messieurs très chers lecteurs, mettons-nous dans l’hypothèse que Soro, le héros d’hier, soit effectivement dans les dispositions d’esprit décrites par la presse du pouvoir, qu’est-ce cela aurait d’extraordinaire, de surprenant, voire de provocateur ? ! Je rappelle que ce monsieur qui a été de tous les combats à l’origine de la restauration de la dignité de l’homme ivoirien, est obligé d’accepter l’exil depuis qu’il a eu l’outrecuidance de se porter candidat à la présidentielle de son pays.

Lire aussi:  Modification de la Constitution ivoirienne: 3 groupes ''parlementaires de l’opposition se retirent des travaux'' (déclaration)

Si ceux qui insinuent avec photo à l’appui que Bogota (de son nom de code) veut passer à une autre phase de sa lutte pour les vertus que méritent aujourd’hui notre pays et son peuple, peut-être que ceux-ci, dans leur ensemble, lui donnent raison ! Car s’il l’a fait avec brio hier en s’appuyant sur un groupe de jeunes tous déterminés et mobilisés pour le succès de cette cause, il pourrait bien le rééditer surtout que tous les motifs d’hier et ceux d’aujourd’hui sont dans un alignement parfait.  Au surplus, Soro, sans le vouloir, peut se targuer d’avoir une expertise avérée dans ce domaine duquel il est peu fier d’ailleurs ! Ne soyons  pas amnésiques.

S’il l’a fait, hier, il peut le refaire aujourd’hui. Doit-il s’y aventurer aujourd’hui pour l’urgence  de la cause et pour sa noblesse ? Non, en fin politicien depuis Paris où il gère tout, je pense que sa position hyper panoramique lui a permis de prendre la mesure de la situation et d’en avoir la parfaite maitrise ! Du coup en posant le problème à ma manière, je n’insinue et n’encourage rien du tout. Je m’adresse seulement à ceux qui voient le loup partout. Au moindre louvoiement et au moindre aboiement de chien ! A l’endroit des plus jeunes, pour le loup, ce sont les hurlements ! Je voudrais leur rappeler que notre pays, à l’instar de ceux qui nous ont devancés dans ce dédale particulièrement obscur, n’est pas la terre promise des coups d’Etat et des bruits de bottes ! La Côte d’Ivoire est une terre bénie de Dieu, car terre promise de la démocratie depuis 1990 avec une référence démocratique qui date de 1980 ! Grâce au combat personnel des Laurent Gbagbo et tous ceux et celles qui ont épousé cette cause.

A propos de Laurent GBAGBO, c’est cet Homme-là, aujourd’hui, qui ne peut pas rentrer chez lui avec « le premier passeport venu » ! Que le monde est plein de surprises ! A propos, comment pensez-vous, même si son ombre peut faire peur à ceux qui savent la reconnaitre, qu’il puisse conduire une rébellion depuis l’Hexagone ? Ce pays de nos Amis !? Sauf si certains pensent que cette destination peut encore lui porter chance !?! Encore une fois, je m’adresse à ceux qui écrivent qu’il a abandonné les urnes pour le raccourci des armes de guerre ! Aux dernières nouvelles, si on s’en tient aux termes du communiqué qui date du 28 Août 2020 et signé de son service de communication, son dossier de candidature à la « capricieuse » présidentielle de son PAYS sera déposé aujourd’hui (31 Août) même par les rescapés de ses GPS ! Ce qui relevait de l’impossible, hier, vient de prendre, à la surprise générale, la fameuse route du possible !

Lire aussi:  Côte d'Ivoire: Alassane Ouattara a contraint, ce lundi 23 décembre, Guillaume Soro à l'exil forcé au Ghana

Pour Soro, il y a plusieurs façons de prétendre aimer son PAYS ! Comme Dieu son Créateur, ce monde est bon car il ne cesse de soumettre aux soubresauts les plus incroyables et les plus inattendus ! C’est pourquoi je ne crois pas en l’étoile soudaine de ceux et celles qui se prennent pour Dieu, dès lors que la machine à solutions vient à s’emballer et à se gripper ! A ce sujet, la leçon est implacable, on ne devient pas, on nait Dieu. Sinon après, c’est tout une liste de précisions qu’il faudra nous fournir. Du genre : de qui sommes-nous Dieu ? Qui sont nos prophètes et nos apôtres ? Quelle est la particularité de nos cultes et nos lieux de cultes ? Combien  de fidèles revendiquons-nous et quelles sont les grandes célébrations annuelles ? (Aïd El Kébir et l’ascension de Jésus) Y a-t-il à disposition un livre comme la Bible ou le Coran pour marcher selon sa parole ?! ? Une destination pour le pèlerinage annuel ? Etc… Non, SORO a perdu non seulement son « statut de rebelle » pour les raisons que nous connaissons tous, mais il a surtout perdu et c’est le plus important, son âme de rebelle. Avec lui, son pays doit vivre désormais de démocratie et de rien d’autre ! Amicalement vôtre !

KONE KOBALI

Libre auteur, créateur

Laisser un commentaire