Côte d’Ivoire: Corruption et tricheries à grande échelle au BTS, le ministre Mabri Toikeusse complice?

Côte d’Ivoire: Corruption et tricheries à grande échelle au BTS, le ministre Mabri Toikeusse complice?

Les épreuves écrites du Brevet de Technicien Supérieur (BTS), se sont déroulées du lundi 03 septembre au samedi 08 septembre 2018 sur l’étendue du territoire national de la Côte d’Ivoire. Corruption et tricherie au BTS et impuissance du ministère de tutelle à proposer des réformes pour mettre un terme à une pratique qui dure depuis des années et qui s’aggrave.
Les épreuves orales se sont déroulées du lundi 27 août au samedi 1er septembre 2018. Les épreuves pratiques sont prévues du lundi 10 septembre au samedi 28 septembre et la proclamation des résultats le jeudi 25 octobre 2018. Mais le BTS, pour ne pas dire les examens de fin d’année sont devenus un véritable business la corruption et tricheries au BTS. Des étudiants qui trichent au nez et à la barbe de certains surveillants cupides et corrompus.
A peine de retour au gouvernement le mardi 10 Juillet 2018, Albert Toikeusse Mabri le nouveau ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avait reporté l’examen du Brevet de Technicien Supérieur (BTS) session 2018. Un communiqué émanant de son ministère, publié sur son portail indiquait: « le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique porte à la connaissance des candidats à l’examen du Brevet de technicien supérieur (BTS) session 2018, que les épreuves dudit examen, initialement prévues du 16 juillet au 04 août 2018 sont reportées à des dates qui seront communiquées ultérieurement. » « Les nouvelles dates seront communiquées ultérieurement », ajoutait le communiqué.
« C’EST VRAIMENT TRISTE, CAR CERTAINS ÉTUDIANTS SURPRIS EN TRAIN DE RECEVOIR LES CORRIGÉS DES ÉPREUVES À TRAVERS LEURS TÉLÉPHONES PORTABLES »
Selon une source proche dudit ministère, le report des examens du BTS était lié aux rumeurs circulant sur l’existence d’un vaste réseau de fraudeurs à cet examen. Une décision selon la même source motivée par la volonté du nouveau ministre de contrer les fossoyeurs. Mais la réalité serait toute autre à cette session 2018 du BTS car le ‘’pétrole’’ aurait coulé dans certains centres de composition selon nos sources.
Des membres d’un secrétariat du BTS 2018 qui auraient demandé aux candidats de s’organiser financièrement pour payer le silence des surveillants. « C’est vraiment triste, car certains étudiants surpris en train de recevoir les corrigés des épreuves à travers leurs téléphones portables trouvent anormale qu’on les mette dehors. J’étais membre d’un secrétariat pendant ces écrits et pour dire la vérité certains enseignants ne nous ont pas facilités là tâche. Car eux même encourageaient les étudiants à la tricherie », fait savoir un membre d’un secrétariat sous le couvert de l’anonymat.
« MOI JE NE SUIS PAS SURPRIS. ALLEZ-Y PARTICIPER AUX EXAMENS DU CEPE OU DU BEPC OU MÊME DU BAC. VOUS SEREZ PLUS QUE DÉCOURAGÉ DU SYSTÈME ÉDUCATIF IVOIRIEN »
L’usage du téléphone portable dans les centres d’examens pourtant interdit est une véritable plaie qui entache la crédibilité de nos examens. « Moi je ne suis pas surpris. Allez-y participer aux examens du CEPE ou du BEPC ou même du bac. Vous serez plus que découragé du système éducatif ivoirien », explique un enseignant d’un ton amer. Certains pays africains en période d’examen n’hésitent pas à couper Watsapp, le système des messages en période des examens scolaires.
L’un des maux du BTS réside dans le fait que la particularité de certains membres des secrétariats ne formé en la matière. L’excellence que prônent nos autorités passe d’abord l’assainissement du milieu en y extirpant les brebis galeuses qui aboutira nécessairement à la crédibilité de nos examens.
L’on comprend aisément qu’un étudiant qui a obtenu son diplôme du BTS dans de telles conditions ne servira qu’à grossir les rangs des chômeurs parce que l’étudiant a passé sont temps à tricher. Les employeurs quant à eux, s’intéressent peu au détenteurs du BTS parce qu’ils savent comment ce diplôme est obtenu. Les conditions d’organisation des examens de fin d’année et particulièrement du BTS doivent êtres revues. Sinon quelle crédibilité doit-on accorder encore à ce diplôme ?

Lire aussi:  GNAMIEN KONAN À ALASSANE OUATTARA: VOICI LES PROBLÈMES DE LA CÔTE D'IVOIRE À RÉSOUDRE…NOUS N’AVONS PAS DE PROBLEME DE XENOPHOBIE, MAIS DE CORRUPTION A 2 CHIFFRES

Karina Fofana, ivoiresoir.net

Laisser un commentaire