Côte d’Ivoire : Aujourd’hui 6 mars, allons aux urnes et protégeons nos votes !

Ce samedi 06 Mars 2020, notre pays, après la présidentielle controversée d’Octobre 2020 boudée royalement par l’opposition, aura grâce à ce scrutin législatif, l’occasion de vérifier si sa vie politique tient les promesses d’une République dite démocratique. Une démocratie qui se fait dans le respect du poids de chaque parti, sans heurts et sans contestations inutiles ! Une expression démocratique au mérite et à la reconnaissance politique de l’adversaire, tel est notre souhait ! Comme tout le monde le sait, ces élections dans un contexte : « je vais-je ne vais pas », visent à désigner 255 personnes qui auront l’insigne honneur de porter le titre honorifique de Député de la Nation. Le rôle du député, en plus de gagner accidentellement de l’argent chaque fin de mois, consiste à proposer des projets de lois, qui une fois votés, vont influencer positivement et durablement la vie des habitants de la circonscription qui l’a voté ! C’est dire combien de fois leur fonction peut et doit être bénéfique pour les communautés qui portent leur voix sur ces fils et filles de la région.  Ces législatives ont quelque chose que les autres n’ont pas eu ! En effet, vu que notre loi fondamentale ne prend pas en compte un quelconque 3ème mandat, la vie politique avait été mise à rude épreuve. Il s’en est suivi ce que vous et moi savons ! Notamment le boycott de l’opposition à aller à cette pseudo-élection ! Ainsi, avec la présence quasi-totale de toute l’opposition à l’exception officielle du parti de Soro Guillaume, il n’est pas exagéré de dire que ces élections, comme une serpillière, vont nettoyer le « plancher politique national » de ses souillures, et lui offrir un aspect neuf et brillant au soleil ! Si on part du principe qu’un parti politique qui se tient loin de la vie politique nationale se condamne à mourir, on est alors tenté de se demander, pouvait-on faire autrement ?

Lire aussi:  Côte d’Ivoire 2018: L’année de libération de Simone Gbagbo, du bras droit de Guillaume Soro et de dissolution du Rhdp et la formation du Rhdp unifié sous fond de crise entre houphouétistes…

La politique de la chaise vide est à la politique, ce qu’est la guillotine pour l’application de la peine de mort par décapitation ! Après la période incertaine et mouvementée comprise entre le 06 Août et le 03 Novembre 2020, j’ai eu à déplorer autour de moi des personnes pourtant très engagées, prostrées dans les mains moites du découragement ! Peut-être qu’elles ont raison, mais peut-être qu’elles ont tort aussi ? Qu’est-ce qui, dans cette période, s’est passé et qui a échappé aux Ivoiriens ? Je voudrais, avant de répondre à ma propre question, rappeler ceci : Que durant cette période tragique pour la vie de notre pays, l’opposition nationale n’a pas manqué d’initiatives, d’ambitions, encore moins d’objectifs ! Que l’opposition politique nationale n’a pas manqué de soutien populaire. Que l’opposition unifiée n’a pas manqué de ferveur patriotique. Que l’opposition, dans une unité d’action jamais égalée, n’a pas manqué de consentir un certain nombre de sacrifices. A la question qu’est-ce qui s’est passé, nous répondons : il s’est passé que malgré la justesse du combat mené par l’opposition, appuyée par le peuple entier de Côte d’Ivoire, nos « astres » n’étaient pas alignés sur ceux de Dieu ! En d’autres termes, le calendrier ou l’agenda des hommes n’était pas synchrone avec celui plus structuré et complet de la Divinité ! Je comprends ceux et celles qui sont découragés, mais je les invite à suivre le déroulement séquentiel du programme de Dieu.

Lire aussi:  Limitation des mandats présidentiels: Des ex-chefs d’Etat prennent 3 engagements importants… avis aux tripatouilleurs de constitution (déclaration intégrale)

Il est sous nos yeux. Il est à l’œuvre. Y a qu’à ouvrir les yeux pour ne rien rater sur les subtilités du scénario ! Comme disent les Ivoiriens, « c’est Dieu qui est fort » ! Quant au rendez-vous de ce 6 Mars, la meilleure façon de protéger son vote, c’est de se rendre détendu et sans histoires, à son bureau de vote ! Et comme cet acte est dit citoyen, il ne doit pas être consenti et comparé à une course facultative du Samedi ! Les décomptes finaux ont le devoir arithmétique de prendre en compte chaque vote. C’est là que notre exigence doit être manifeste ! La démocratie, parfois elle est comme une cotisation nationale, chaque citoyen/contribuable doit mettre dans la tirelire, la part de démocratie qu’il doit fournir pour que le compte soit bon ! La démocratie, c’est d’abord une affaire du peuple avant d’être celle de l’Etat ! Alors sachons voter et protégeons nos intentions de vote !!!

Par KONE KOBALI, Libre auteur, créateur

In le nouveau réveil / Samedi 06 & dimanche 07 mars 2021 – N°5705 // www.lereveil.net

Laisser un commentaire