Côte d’Ivoire/A quelques heures du scrutin présidentiel: Abidjan se vide…

Côte d’Ivoire/A quelques heures du scrutin présidentiel: Abidjan se vide…

A quelques heures des élections présidentielles en Côte d’Ivoire, nombreuses sont les populations d’Abidjan qui, apeurées, désertent la ville pour le village et d’autres localités. Certaines personnes avaient pensé qu’elles se déplaçaient pour retrouver leur famille à l’occasion du Maouloud. Mais ces cas semblent bien isolés. Car la majorité des électeurs résident désormais dans la ville où ils se sont fait enrôler sur la liste électorale.

Le mercredi 28 Octobre 2020, de passage à la zone industrielle de Koumassi où quelques gares routières nationales et internationales ont désormais été délocalisées, nous avons été attirés par une affluence inhabituelle au sein de quelques gares. Pour satisfaire notre curiosité, nous avons échangé avec des voyageurs candidats pour les premiers départs.

Pour S.M, commerçant à Marcory habitant la commune de Koumassi que nous avons approché à l’entrée de la gare UTB, il préfère rentrer avec son épouse et ses deux fillettes au village à Djébonoua à cause de la situation délétère du pays. « Le vote pour moi n’est pas une priorité en ce moment de crise pré-électorale au bilan interpellateur, mais la sécurité de ma famille. Ma femme et moi, notre lieu de vote est à Koumassi 05.Mais nous ne n’y prendrons pas part cette année. Nous nous éloignons des bagarres et bruits d’Abidjan. Nous avons souffert de la crise de 2010-2011 et nous craignons encore le pire cette année. Il est vrai que tout le pays est en ébullition. Néanmoins nous préférons être au village auprès de nos parents», a-t-il lancé en substance.

Dans la salle d’attente de l’une des gares, laquelle salle était devenue très exigüe pour le monde qui voyageaient, nous avons sympathisé avec deux étudiants de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, l’un d’entre eux qui a préféré s’exprimer sous le sceau de l’anonymat a qualifié Abidjan de ‘’bombe à retardement’’ avec ce qu’ils ont vécu sur le campus la semaine dernière. Il ne croit pas qu’il y aura des élections en Côte d’Ivoire le samedi 31 Octobre 2020 compte tenu des tensions qui ont provoqué des morts d’hommes, des dégâts matériels, des incendies de CEI locales… « Même s’il y a vote, ce vote ne sera pas crédible à cause des conditions qui ne sont réunis. Nous préférons fuir Abidjan qui est le cœur du pays et qui est généralement très disputé en cas d’affrontements entre politiciens. Si les élections sont reportées, alors nous reviendrons à Cocody pour voter. Dans le cas contraire, nous ne nous sentons pas concerné. On préfère aller se refugier auprès des parents à Katiola et attendre l’accalmie », affirme-t-il.

Avant d’ajouter ceci : « Nous ne nous sentons plus en sécurité à Abidjan. Aux gouvernants de nous prouver le contraire». Etant venu accompagné sa fille qui est élève de terminale à la gare, W.B, enseignant à la retraite dit l’éloigner  du brouhaha d’Abidjan pour quelques jours. « Après la ‘’tempête’’, elle reviendra à Abidjan. Elle fait partir des nouveaux majeurs qui devront prendre part au vote. Mais je préfère la faire sortir d’Abidjan pour le village, une question de sécurité », a fait entendre l’homme.

Même si O.A lui, effectue un voyage pour prendre par au vote à Bouaké. Mais la majorité des voyageurs que nous avons rencontrés fuient Abidjan pour se refugier au village ou dans des petites localités auprès de leurs parents.

Le 29 Octobre 2020, de passage dans la même zone à 10 heures, d’autres voyageurs attendaient leur car pour sortir d’Abidjan. Selon un responsable de gare, en dehors des périodes de fête où il y a affluence, sa structure a fait recette dans cette dernière semaine du mois d’Octobre. « Peut-être les gens voyage pour les congés de Toussaint ou fuient les élections », a-t-il plaisanté avec nous. Logiquement avec ces déplacements en masse, plusieurs absences (abstentions) seront enregistrées dans nombre de bureaux de vote du District autonome d’Abidjan et du pays, discréditant ainsi ces élections présidentielles du 31 Octobre 2020.

Nathanaël Yao

Laisser un commentaire