Collectif des DAAF de Côte d’Ivoire, sans gant, révèle et accuse le régime Ouattara : «Nous affirmons ici que le régime de Gbagbo n’a pas été autant corrompu»

Collectif des DAAF de Côte d’Ivoire, sans gant, révèle et accuse le régime Ouattara : «Nous affirmons ici que le régime de Gbagbo n’a pas été autant corrompu»

Collectif des DAAF de Côte d’Ivoire
COMMUNIQUE DE PRESSE
POUR DIFFUSION IMMEDIATE
DECLARATION N•01-092018
Nous, collectif des DAAF de Côte d’Ivoire, apprenons que pour des raisons politiques le Président
Alassane Ouattara à décider de nous traduire devant des tribunaux « aux ordres » et soumis.
Nous tenons à informer l’opinion nationale et internationale que nous ne sommes que le maillon
faible d’une chaine de corruption dont l’origine est la présidence de la république.
Nous DAAF, refusons d’être les moutons de sacrifice. Si tant il est vrai que la corruption a triplé sous
le régime du Président Alassane et n’a nulle comparaison possible.
Pour certains d’entre nous qui cumulons 20 à 30 ans d’exercice dans les ministères jamais nous
n’avons été confrontés à autant de cupidité et de boulimie de la part des membres d’un
gouvernement.
Nous affirmons ici que le régime de Gbagbo n’a pas été autant corrompu.
Ainsi est-il curieux que le Président Ouattara s’attaque à des DAAF en lieu et place de son écurie qui
baigne dans la plus grande corruption de l’histoire de notre pays.
Notre présente déclaration sera transmise aux médias et aux chancelleries afin que nul n’en n’ignore.
Ceci est notre première déclaration. Dans la seconde nous donnerons les noms des ministres qui ne
cessent de nous harceler et contraindre aux détournements de deniers publiques. Certains ministres
ont clairement prétendu que l’argent ainsi détourné servait à financer les activités du chef de l’Etat
et sa famille, les activités du RDR et enfin la charité bien ordonnée commençant par soi-même ils
estimaient légitimes de se servir eux-mêmes.
Nous les dénoncerons un à un.
Pour le collectif des DAAF,
Abdoulaye Koné

Lire aussi:  Enrôlement bâclé par la CEI/Pulchérie Gbalet (ACI), en colère, aux jeunes: «Nous devons obliger le Président Alassane Ouattara à considérer nos revendications»

Laisser un commentaire