COCAN/Remplacé par François Amichia: Les conseils de Kessé Feh à tous les membres sortants

Suite à la nomination d’Albert François Amichia à la tête du Comité d’organisation de la coupe d’Afrique des nations (COCAN) 2023 en Côte d’Ivoire et ce, en remplacement de Kessé Feh, la cérémonie de passation de charges a eu lieu le lundi 21 Juin 2021.

Au cours de cette rencontre, le président sortant du COCAN dans son intervention, a prodigué des conseils à tous ses collaborateurs qui sortent également du comité d’organisation.

« J’ai passé 4 ans à la tête du COCAN. J’y ai mis ma foi, ma rigueur et ma discrétion. Les belles œuvres se construisent dans l’humilité, la discrétion, sans tapage. C’est ce que j’ai essayé de faire.
A moins de deux ans de la compétition, je dois quitter le navire. Je voudrais adresser à tous, aux Vice-Présidents, aux conseillers, aux Présidents de commission, aux directeurs, à tous les membres de cette belle équipe, ma profonde gratitude pour m’avoir accompagné. Il y a eu certes des moments d’incertitude que nous avons ensemble su vite lever. Il y a eu des moments d’incompréhension »
, a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter ceci : « ceux qui se sont sentis blessés, qu’ils m’accordent leur indulgence. Ces frictions sont dues à ma passion au travail, aucune grande œuvre ne peut en effet se réaliser sans passion. Ceux qui pourront continuer avec le nouveau Président, je leur souhaite une bonne route, qu’ils continuent de travailler avec la même ardeur et la même loyauté. Au final, l’équipe actuelle sera associée, de toute façon, au résultat, négatif ou positif. »

Lire aussi:  Couvre-feu à Daloa: le préfet de la région du Haut-Sassandra infiltre la patrouille de nuit et fait des constats

Puis de conseiller : « Aux autres, qui, comme moi, quitteront le navire en pleine mer et qui n’atteindront donc pas les côtes déjà en vue, qu’ils partent le cœur léger, sans amertume et avec dignité. Dieu saura récompenser les efforts qu’ils ont accomplis au service de la CAN 2023. »

Kessé Feh a précisé qu’il part avec l’agréable sentiment du devoir accompli, vis-à-vis de l’État, qui a toujours été pour lui, une valeur suprême, la référence absolue, l’étoile à laquelle il attache son cheval pour ne jamais s’égarer. Il estime qu’en partant de cette maison, c’est ce sentiment de fierté qui l’habite, d’avoir mis tout son cœur, toute son intelligence, toute son énergie dans l’exécution de cette tâche exaltante qui lui a été confiée par le Chef de l’Etat.
Nathanael Yao

🔥0 Vues | Lectures

Laisser un commentaire