CNRA-Meilleures conditions salariales et paiement du SMIG: Les agents paralysent les stations de recherche

CNRA-Meilleures conditions salariales et paiement du SMIG: Les agents paralysent les stations de recherche

Depuis quatre ans, le centre national de recherche agronomique (CNRA), est plombé de difficultés financières. Les choses vont de plus en plus mal. Une ‘‘incursion’’ dans le centre de la Mé (19 Km à l’est d’Abidjan) achève de convaincre de la précarité des travailleurs qui sont entrés dans une grève illimitée.
Il règne une ambiance tendue dans le centre de la Mé lorsque notre équipe de reportage y est entrée le lundi 27 août 2018. Bandeaux rouges enfilés sur leur tête et rassemblés en grand nombre sous un crachin matinal. Et apparemment révoltés. Eux, ce sont les agents constituants les syndicats du CNRA. Au centre, quelques leaders de syndicats, haranguant la foultitude. Ils réclament de meilleures conditions de vie et salariales. C’est la même rengaine depuis quatre années.
Plusieurs travailleurs sont payés en dessous du SMIG, alors que président de la République de Côte d’Ivoire avait signé un décret augmentant le SMIG à 60.000 FCfa. Malgré cela, l’administration ignore ce décret. Ces derniers si l’on s’en tient à ce minable salaire, ne sont pas déclarés à la CNPS. Des interrogations se susurrent sur les motivations réelles de l’administration à ramer à contre-courant du décret du chef de l’Etat.
Ce qui est certain, les agents eux, n’entendent plus reprendre « le travail sans la prise en compte de leurs revendications ». Même la médiation qu’a semblé menée M. Ité, directeur général du CNRA a buté sur un niet des agents. Les travailleurs ont entamé depuis le vendredi 24 août, une grève illimitée.
Les agents, affiliés à différents syndicats (SYNA-CNRA, SYNADDT-CNRA, SYNAP-CNRASYNATRA-CNRA et CNEC-CNRA) réclament l’application effective du SMIG; le paiement des salaires des mois de juillet et août 2018; le paiement des primes de recherche du quatrième trimestre 2017, du premier trimestre 2018 et du deuxième trimestre 2018; l’établissement d’un chronogramme pour l’apurement des arriérés des échelons acquis au titre des évaluations de 2014 et de 2015.
Sercom Acepnuci

Lire aussi:  Le député Olivier Akoto dénonce une politisation du prix Félix Houphouët-Boigny-Unesco pour la recherche de la paix… 2e report

Laisser un commentaire