Autoroute Yakro-Bouaké: Les travaux avancent bien, Amedé Kouakou renforce la mission de contrôle

Les entrepreneurs rassurent sur le respect des délais de livraison, le ministre Amedé Kouakou, après vérification sur le terrain annonce: ‘’Nous allons renforcer la mission de contrôle’’.

Les travaux de l’autoroute Yamoussoukro-Bouaké battent leur plein, selon notre confrère ‘’Le Matin’’ après une visite sur le terrain avec le ministre Amedé Kouakou. Les tracés des voies sont perceptibles. Les machines sont en pleine action. Chaque jour qui passe, le rêve prend corps. Le bitume, les échangeurs sont perceptibles au fur et à mesure que les travaux avancent. Yamoussoukro et Bouaké seront bientôt reliés par une autoroute.

Pour s’en convaincre et ce, malgré les assurances données fournies par les entreprises en charges des travaux, le ministre  Amedé Koffi Kouakou, accompagné d’une forte délégation composée entre autres des autorités administratives et des élus locaux des localités traversées par ces chantiers, a parcouru ces deux chantiers, le jeudi 17 juin dernier.

AMEDE KOUAKOU SUR LE TRONÇON YAMOUSSOUKRO-TIEBISSOU

Au niveau du Tronçon Yamoussoukro-Tiébissou, le ministre et sa délégation ont pu se rendre compte de la tracée des voies et du début de pose de bitume. Abou Yapi Charles, coordonnateur du projet/Ageroute a expliqué qu’à la date du 15 juin 2021, après 44,5 mois d’exécution des travaux, le taux d’avancement est de 76% pour un délai consommé à 92%, en tenant compte de la 3e prorogation de délai de cinq mois.

Au cours du parcours du cortège, le ministre a pu découvrir des kilomètres de voies bitumées dans les deux sens avec des ouvrages de conduite d’eau et des échangeurs sortis de terre. Des concassés sont posés sur les tracés laissant entrevoir une autoroute qui fera le bonheur des usagers.

A chaque escale, le ministre a insisté sur le respect des détails techniques du cahier de charges. Faisant le point à mis parcours, Amedé Koffi Kouakou a indiqué que le taux d’avancement est  correcte. ‘’ Le lancement des travaux a eu lieu en octobre 2017. Ça devait terminer 24 mois plus tard. Mais on a eu beaucoup de contraintes. Beaucoup de difficultés dues à la capacité de l’entreprise à exécuter les travaux dans les délais.  Nous avons eu plusieurs prorogations de délai avec également la covid-19. Nous sommes donc arrivés à 48 mois. Vous avez noté qu’on a 70% des travaux qui ont été réalisés. Les phases qui restent sont les phases de revêtement. C’est-à-dire mettre le bitume. Ce sont des phases qui ne sont pas difficiles à faire. Et comme le Président de la république et le premier ministre insistent pour que les travaux soient livrés dans les délais, nous sommes donc venus dire à l’entreprise que la date de septembre 2021, date limite des 48 mois doit être tenue’’ a-t-il déclaré.

Lire aussi:  N’guessan N’goran Maurice, membre du BP du Pdci-Rda: «Il faut une cohésion forte de l’opposition pour gagner ces élections»

Pour lui, tout sera fait pour que les consignes soient respectées grâce au suivi régulier que son équipe va entreprendre sur ce chantier. ‘’Nous allons mettre un point d’honneur à suivre ces entreprises là. Nous sommes rassurés quant à la qualité des travaux. Il y a eu un très bon dimensionnement de la couche de chaussée qui a été faite. Si tout se déroule bien, cette chaussée est faite pour durer assez longtemps’’, s’est satisfait le ministre.

Aifa Taufik, responsable de l’entreprise en charge des travaux s’est voulu rassurant. ‘’Selon les derniers plannings remis à la mission de contrôle et à l’Ageroute, nous avons vraiment mis les moyens humains et logistiques, augmentation des heures de travail, le renforcement de l’atelier de la mise en œuvre pour respecter les rendements journaliers afin que les délais de septembre 2021 soit respectés. Le délai de septembre est donc tenable surtout avec les renforcements qu’on va faire’’, a-t-il promis.

AMEDE KOUAKOU SUR LE TRONÇON TIEBISSOU-BOUAKE

Après le tronçon Yamoussoukro-Tiébissou, le cap été ensuite mis sur le tronçon Tiebissou-Bouaké long de 96 km. Ici, N’Dia Paul Stéphane, chef du projet/Ageroute, a expliqué à la délégation du ministre qu’à la date du 14 juin, après 26 mois d’exécution des travaux sur 36 mois prévus initialement, le taux d’avancement global est de 46,16% pour un délai consommé de 72,42%. Et qu’il n’y a pas de problème majeur de paiement des décomptes de l’entreprise.

Lire aussi:  Alliance Pdci-Fpi/Le Zanzan bouge déjà…Sekré Richard (Fpi): «Nous sommes déjà disposés, au Fpi, puisque le président (Gbagbo) l’a décidée. Le reste, c’est des détails»

Ici encore, pour toucher du doigt la réalité des faits, le ministre a parcouru le chantier. A des endroits sur une bonne distance, l’on  a pu constater du bitume posé sur la voie. Des échangeurs en plein chantier.

Après la réunion de débriefing, le ministre Amedé Koffi Kouakou a affirmé que ses impressions sont bonnes. ‘’Nous avons une avancée des travaux de 46%. Mais ce sont les phases les plus difficiles. C’est-à-dire qu’aujourd’hui nous sommes dans une phase de production. On pense que d’ici un an, ce projet sera terminé (…) Les travaux avancent bien. Nous avons donc demandé à l’entreprise d’accélérer un peu plus. De prendre grand soin de la qualité des travaux. Nous allons donc également renforcer la mission de contrôle. Vous savez que cette route est extrêmement importante. Actuellement on a fini le renforcement de la route Bouaké jusqu’à Ouangolodougou. Avec cette autoroute, cela va permettre à nos frères du Burkina et du Mali de pouvoir arriver très rapidement à Abidjan sur des routes très confortables’’, a déclaré le ministre de l’entretien routier et de l’équipement.

Et de révéler que le gouvernement a en projet avec le port sec de Ferkessédougou de réhabiliter les 30 km de Ouangolodougou-Burkina et les 100 km qui vont vers le Mali de sorte à permettre au port sec de Ferké de fonctionner dans de bonnes conditions.’’

Enfin, le ministre Amedé Koffi Kouakou a tenu à faire cette précision : ‘’Nous avons dit aux entrepreneurs que tant que toutes les exigences techniques inscrites dans le cahier de charges ne seront pas respectées, nous n’allons pas réceptionner cette route. Ils le savent bien. C’est beaucoup d’argent que  l’Etat injecte dans ces projets. Tiebissou-Bouaké, c’est environ 186 milliards FCFA. Si l’État met autant d’argent, si le Président de la République fait autant d’efforts, c’est pour que les Ivoiriens aient des routes de qualités irréprochables’’.

Lire aussi:  Côte d’Ivoire- Augmentation des tarifs: Orange-Money accusé d’escroquerie…le gouvernement et l’ARTCI interpellés

POURQUOI LE TRONÇON YAMOUSSOUKRO-BOUAKE A ETE SCINDE EN DEUX

Ce jeudi 17 juin dernier, à l’issue de la vite de terrain qu’il a effectué sur le chantier, le ministre de l’équipement et l’entretien routier a eu la certitude de l’entreprise qui exécute les travaux, que ce tronçon sera effectivement livrés le 30 septembre 2021.

Pour une efficacité, ce tronçon a été scindé en deux. Et les travaux confiés à deux entreprises. Ainsi, pour l’axe Yamoussoukro-Tiébissou, Il s’agit d’une voie qui s’étend sur 36,5 km. Les travaux sont confiés au groupement Sintram Maroc/Houar. D’un coût de 80.911.480.302FCfa, le financement a été mobilisé par l’État de Côte d’Ivoire (15%) et la Banque islamique de développement (Bid). Les travaux démarrés le 03 octobre 2017 pour durer 24 mois ont été revus à 48 mois.

Pour la seconde section, Tiébissou-Bouaké, le lancement des travaux a eu lieu le jeudi 29 novembre 2018 à Bouaké. Cette voie longue de 96 Km va nécessiter la mobilisation d’une enveloppe de 186 milliards de FCfa. L’exécution est confiée à l’entreprise chinoise China Road Bridge corporation (Crbc). Le financement comprend une contribution d’Eximbank Chine. Sur ce chantier, il a été promis la mise à disponibilité du projet dans le délai normal. C’est-à-dire en Avril 2022. Les responsables ont également rassuré d’un respect du délai de livraison.

Ces deux tronçons permettront donc, une fois achevés, de relier par une autoroute de 362 km Abidjan et Bouaké, les deux principales villes du pays qui sont également ses deux premiers pôles économiques et industriels.

GRO avec Le Matin

🔥1 Vues | Lectures

Laisser un commentaire