Attaques terroristes en Côte d’Ivoire: Le ministère de la Défense propose des solutions

L’Afrique de l’Ouest vit un véritable drame terroriste depuis quelques années. Des attaques meurtrières au Burkina Faso et au Mali se sont étendues à la Côte d’Ivoire qui fait frontière avec ces deux voisins du Nord. Le pays d’Alassane Ouattara a essuyé une attaque à Grand-Bassam en 2016. Cette année, c’est le nord du pays qui est devenu la cible des djihadistes avec les attaques de Kofolo et autres. Pour en savoir davantage, l’Union des Patrons de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (UPLCI) a invité le Ministère de la Défense pour instruire les hommes des médias.

Le Ministère d’Etat Ministère de la défense était donc l’invité de la tribune « FACE A LA PRESSE » initiée par l’Union des Patrons de la presse en ligne de Côte d’Ivoire(UPLCI), ce jeudi 8 juillet 2021, à la Maison de la presse d’Abidjan. Le thème de la rencontre était « la sécurité nationale face au terrorisme transfrontalier». C’est le Lieutenant-Colonel Mory Sanganoko, officier adjoint chargé du suivi-évaluation au cabinet du commandant supérieur de la gendarmerie qui a animé la conférence devant un parterre de journalistes et de professionnels des médias nationaux et internationaux.

Dans son propos et sa présentation  liminaires, l’invité de l’UPLCI a planté le décor en faisant le constat selon lequel le terrorisme transfrontalier n’est plus une simple vue de l’esprit mais une réalité. La Côte d’Ivoire, dira-t-il, a été attaquée dans ses frontières du Mali et du Burkina Faso. Pour le conférencier, la solution à ce phénomène n’est pas seulement militaire mais plutôt une action concertée et  de solidarité de toutes les forces-vives.

Lire aussi:  «Nomination de ministres-gouverneurs: Halte à la politique politicienne et pensons à nos populations!» (KOUAME Yao Séraphin, Député)

Tout commence, selon lui, par la volonté politique. A cet effet, il n’a de cesse félicité le Président de la République, chef suprême des armées dont  le programme de gouvernement porte essentiellement sur la solidarité.

En effet, « la solidarité est le premier pilier dans la lutte contre le phénomène du terrorisme », a insisté le Colonel Mory. Le deuxième pilier, a-t-il poursuivi, est le développement. Cela permet, soutient-il,  de réduire les couches vulnérables qui constituent un facteur favorisant le phénomène. La primauté du droit telle qu’inscrit dans le programme de société du Président de la République est aussi l’une des réponses au terrorisme, selon l’officier.

La coopération internationale à travers les renseignements, la formation et les alertes sont au nombre des mécanismes de riposte face au fléau. Car pour l’envoyé du Ministère d’Etat Ministère de la défense, le terrorisme est une guerre insidieuse, c’est pourquoi il faut faire preuve d’imagination et d’innovation technologique.

A en croire le conférencier,  la méthodologie consiste à l’anticipation, la réaction et la résilience qui sont au cœur de la stratégie nationale. Dans cette option, l’Orateur a mis l’accent sur la digitalisation et la numérisation. Révélant que « le terrorisme a commencé avec l’internet et  les nouvelles technologies de l’information et de la communication».

Pour conclure son propos, l’officier adjoint chargé du suivi-évaluation au cabinet du commandant supérieur de la gendarmerie a rappelé que « pour préserver son unité nationale, la Côte d’Ivoire pourra s’appuyer sur la solidarité, le développement, la primauté du droit, la digitalisation et la numérisation tous azimuts ».

Lire aussi:  Après les législatives et projet ‘’PDCI 2046’’: L’interview-vérité de Guikahué qui va tout changer

Le Président de l’Union des patrons de la presse en ligne de Côte d’Ivoire, Nando Dapa Kobenan Paul Arnaud, a félicité le conférencier pour sa maîtrise du sujet et pour les échanges aussi édifiants que fructueux. Pour lui, cette tribune a permis aux journalistes d’avoir plus d’éléments de langage pour mieux informer et rassurer les populations en ce qui concerne le phénomène de terrorisme transfrontalier. C’est pourquoi, il n’a pas tari d’éloges à l’endroit du Ministre d’Etat ministre de la défense, Téné Birahima Ouattara, pour avoir autorisé la ténue de cette rencontre à travers le commandement supérieur de la gendarmerie ténu par le général Alexandre Apalo Touré.

GRO avec Sercom UPLCI 

🔥4 Vues | Lectures

Laisser un commentaire