Abidjan-Angré Caféier 3: La Clinique LMER donne de la fièvre à ses voisins

By: Africa Newsquick

Goudou Raymonde_plus santé diabèteAbidjan-Angré Caféier 3: La Clinique LMER donne de la fièvre à ses voisins

Qui critiquerait la présence d’une clinique médicale dans une cité? Personne, à moins que celle-ci ne fasse fi du bon voisinage! Dans la cité Caféier 3 d’Angré se trouve la clinique LMER installée, depuis la fin de l’année 2015. Malgré les importants services qu’offre cette clinique, comme la cancérologie, les maladies infectieuses, les analyses et l’IRM, certains membres du voisinage n’apprécient pas la présence de ce centre.

La clinique LMER accusée de tous les péchés d’Israël

Selon les résidents de la cité, après le départ de l’ancien propriétaire de la villa qui abrite la clinique, et sans savoir qui étaient les nouveaux, à leur grande surprise, la clinique a vu le jour. Une clinique qui propose des diagnostics à l’IRM, un genre d’infrarouge. L’effet de surprise passée, les résidents se rendent compte du genre de malades qui arrivent pour se soigner au sein dudit centre de santé. Ce sont des personnes amaigries, et toussant pour certains. Ce qui va attirer l’attention du voisinage et partant du syndic est que deux mois après leur arrivée en novembre, les résidents et des enfants jouant devant leurs portes voient le corps d’un des premiers patients décédés dans la clinique, que les praticiens faisaient sortir pour le mettre dans un corbillard, le garage était trop petit pour accueillir le véhicule à l’intérieur. Cet évènement a créé la psychose tant chez les enfants que les parents. C’est dans cette ambiance que vivent les résidents. Ils ont donc décidé de prendre le problème à bras le corps, surtout que les ordures médicales de la clinique seraient déposées devant le portail, comme le font les autres habitants du quartier avec les ordures ménagères qu’ils déposent devant leur cour en attendant les pré-collecteurs d’ordures. Alors que ces deux genres d’ordures ne feraient pas bon ménage. Dans le souci de préserver leur santé ainsi que celle de leurs progénitures, les résidents mécontents tentent de faire entendre raison au propriétaire de l’endroit. Leur démarche accouche d’une souris. C’est que cette clinique, avant de s’installer, avait une autorisation en bonne et due forme. Donc circulez, y a rien à voir! Ils se rendent compte alors que l’IRM est utilisée dans la clinique alors que les équipements de cette maison faite pour habitation simple ne peuvent aucunement contenir les radiations des rayons émises par les appareils. Et s’il y a eu une modification avant l’installation de ce centre de santé? Avec la succession de décès sur les lieux et les pleurs incessants des parents, le syndic décide d’informer les autorités afin qu’une solution soit trouvée.

Tout commence par la signature de pétition

Les résidents s’associent pour signer une pétition pour signifier leur ras-le-bol. Le syndic adresse des lettres, le 26/2, à l’Inspecteur général du Ministère de la Santé,et à la Directrice des Etablissements et des professions sanitaires dont l’objet est ainsi libellé: «Plainte contre la clinique LMER». La responsable des établissements sanitaires a demandé que les plaignants fassent parvenir la situation géographique de la clinique pour d’éventuelles enquêtes. Ce qui a été fait dans un autre courrier en date du 7/3. Il paraitrait que des agents de ladite Direction, se               faisant passer pour des patients, ont visité la clinique. Mais depuis lors, rien n’est fait! Y avait rien d’anormal, sans doute? Et lorsque les représentants du syndic s’enquièrent de la situation, on leur répond que la procédure est longue et qu’il faille qu’ils patientent. On ignore pour combien de temps encore, mais il faut qu’ils patientent et assistent impuissants à tout ce qui se passe. Alors que ceux-ci n’arrivent plus à supporter la situation, surtout qu’il y va de leur santé. Et de celle aussi des patients de la clinique, n’est-ce pas! «L’Eléphant», comme toujours, s’est approché de la clinique LMER pour essayer de savoir ce qui n’irait pas entre cette structure et le voisinage immédiat. De l’autre bout du combiné, une voix doucereuse répondra: «Il n’y a aucun problème entre eux et nous. Nous travaillons sans faire de bruits, et nous ne gênons personne. La preuve, les voisins nous associent à toutes leurs manifestations, et viennent même y faire leurs injections lorsqu’ils sont malades. Cela m’étonne donc de vous entendre dire qu’il y aurait un quelconque problème de voisinage entre les habitants du quartier et nous.» Le pachyderme a pu s’aboucher avec la Direction des établissements et des professions sanitaires sise au Ministère de la Santé pour en savoir un peu plus. Réponse: «Nous ne pouvons vous dire davantage. C’est sans doute sous le règne de l’ancienne directrice qui a été débarquée récemment. Nous avons pris bonne note, nous relancerons le dossier, d’ici peu.»

On patiente donc dans la salle de soins?

MIREILLE APPINI, in L’Eléphant déchainé 471

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE