CIV-Foncier rural: Un gendarme à la retraite, spolié de 39ha de ses terres, écrit au Président Ouattara

By: Africa Newsquick

Nouvelle-zone-industrielle-yopougon-sur-l-autoroute-du-nord_1CIV-Foncier rural: Un gendarme à la retraite, spolié de 39ha de ses terres, écrit au Président Ouattara

Lettre ouverte au Président de la République

Monsieur le Président,

Je vous écris afin de porter à votre connaissance un fait qui constitue une spoliation grave du Ministère en charge de la Construction portant sur une superficie d’environ 39 hectares de terre que mes grands parents m’ont légués dans mon village d’Akoupé-Zeudji (Sous-préfecture d’Anyama), précisément au Pk 24. Un site jouxtant, faut-il le préciser, la nouvelle zone industrielle de Yopougon. En se cachant derrière la rhétorique ‘’l’Etat est propriétaire de toutes les parcelles’’, le Ministère de la Construction est entrain de me déposséder de mes terres de la manière la plus inacceptable qui soit. Une forfaiture qui est loin d’honorer la Côte d’Ivoire dont vous présidez les destinées et que vous voulez hisser au rang des pays émergents à l’horizon 2020.

Monsieur le Président de la République, de quoi s’agit-il ? Début 2009, le nommé Zouzouko Iro, Directeur Général de la société Crep-Invest, m’a approché en vue de procéder au lotissement de ma parcelle de terrain de 39 hectares dont mon droit de propriété est consolidé par une attestation de propriété coutumière, délivrée le 3O septembre 2007, par le chef de village d’Akoupé-Zeudji. J’ai  opposé à ce dernier une fin de non recevoir en lui signifiant que cette tâche a été déjà confiée à un premier opérateur. Malgré ce refus, M. Zouzouko s’est entêté à faire ce lotissement. C’est ainsi que je me suis rendu à la Sous-préfecture d’Anyama pour faire une opposition. J’ai alors été conforté dans mes droits à l’issue d’une réunion tenue le 04 mars 2009 avec le Sous-préfet, les propriétaires terriens, et bien entendu, le sieur Zouzouko. Les choses en étaient là quand le 29 avril 2016, j’ai signé par devant notaire un protocole d’accord et un protocole de partenariat avec une entreprise marocaine (SINTRAM) aux fins de l’aménagement, le lotissement et la commercialisation d’une partie des 39 hectares. Mais, c’était sans compter avec la détermination du responsable de l’entreprise Crep-Invest qui est revenue à la charge en s’autorisant des travaux de bornage, de vente illicite de parcelles. Chassé plus d’une fois du site, Zouzouko va s’allier au Ministère de la Construction, du logement, de l’assainissement et l’urbanisme pour donner une ‘’base légale’’ à sa tentative de spoliation de mes terres.

En effet, convoqué le 24 juin 2016 par madame Bamba, Directrice de Cabinet Adjoint du Ministère en charge de la Construction, et par ailleurs Présidente de la Commission des Litiges, je me suis entendu dire que l’Etat de Côte d’Ivoire a réquisitionné mes terres pour cause d’utilité publique : «Mr Achi, désormais, tu n’as plus affaire à Zouzouko, mais au Ministère qui a récupéré tes terres. C’est juste une information qu’on vous donne», a lancé sèchement mon interlocutrice qui a refusé de me donner la parole au cours de cette rencontre qui n’a duré qu’à peine trois (03) minutes. En tant que personne du troisième âge, il a fallu une contraction de tout mon instinct vital pour m’éviter de tomber en syncope face à cette triste réalité. Depuis lors, l’entreprise Crep-Invest agit en toute impunité sur mon site. Le décor est saisissant : Destruction de mon champ d’hévéa, de maïs et de manioc d’une superficie de 5 hectares.

De mon analyse Monsieur le Président de la République, il s’agit-là d’une mise en scène pour me spolier de mes terres et pousser un honnête citoyen comme moi (gendarme à la retraite) au suicide. Pour moi, l’Etat de Côte d’Ivoire n’a pas  réquisitionné mes 39 hectares de terrain parce que la société Crep-Invest et le Ministère ne rapportent pas la preuve que ma parcelle a été réquisitionnée par l’Etat pour cause d’intérêt général. Ensuite, on ne peut pas me parler de réquisition pour cause d’intérêt public alors que ma parcelle fait l’objet de projets lucratifs, car cédée à des tiers. Enfin, je n’ai jamais été approché pour des purges de droits coutumiers.

De ce qui précède, Monsieur le Président de la République, j’en appelle à votre sens élevé de la justice. Je suis un citoyen désabusé, révolté. Mais, je garde ma foi en vous pour réparer un tort. Dans le cadre de leurs attributions,  des personnes de haut rang dans l’administration publique se rendent, hélas, coupables de graves manquements à l’éthique et à la morale. Elles se cachent dernière l’Etat en tant que puissance publique pour faire des victimes. Aujourd’hui je suis un homme ruiné. Mes champs qui s’étendent sur plusieurs hectares sont détruits impunément, et mes bourreaux veulent me mettre à dos mon partenaire marocain qui m’a déjà versé de l’argent pour ce site. Que faire aujourd’hui avec mes vingt (20) enfants dont trois (03) sont dans l’enseignement supérieur et mes nombreux petits enfants ? Mon Président, voila a quoi le Ministère de la Construction veut réduire un pauvre retraité comme moi.

Espérant que cette lettre ouverte retiendra votre attention pour m’établir dans mes droits, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes salutations respectueuses.

Fait à Akoupé-Zeudji, le 21 juillet 2016

M. ACHI Louis

Gendarme à la Retraite

(Résident à Akoupé-Zeudji, Anyama)

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 540 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE