Côte d’Ivoire: Le regard extérieur sur Abidjan d’une journaliste venue pour «L’Eléphant»

By: Africa Newsquick

abidjanCôte d’Ivoire: Le regard extérieur sur Abidjan d’une journaliste venue pour «L’Eléphant»

Dans la moiteur de la nuit, Abidjan somnole.

Les axes routiers sont déserts, les enseignes éteintes, la circulation s’est volatilisée. A peine aperçoit-on une ombre fluette derrière les tôles ondulées qui servent d’abri de fortune le long du périphérique. On aurait presque du mal à croire que la capitale ivoirienne est l’une des villes les plus vibrionnantes d’Afrique de l’Ouest.

Même le pont «HKB», infrastructure élancée qui a fait couler tant d’encre – «et que les Ivoiriens ne pourront probablement jamais rembourser» me confie un local – est bien esseulé au milieu de la lagune Ebrié. Aucune autre voiture que la mienne ne l’emprunte à cette heure pas si avancée de la nuit.

Pareille à sa semblable béninoise, pourtant bien moins peuplée, Abidjan semble donc trouver le salut dans son sommeil.

S’est-elle assagit, convaincue de la nécessité d’une sortie de crise durable et soucieuse de montrer l’exemple au reste du pays et aux persifleurs occidentaux?

Ou bien est-elle fataliste au point de s’enivrer dans les bars de Marcory, attendant, apathique,  des jours meilleurs?

La politique n’est pas étrangère à cela. Elle en est même une parfaite illustration.

S’il y a bien une chose que je ne m’explique toujours pas sur le continent africain – mais que j’observe avec délectation – c’est bien cette immense ferveur politique pré-électorale (futures élections législatives), paradoxalement doublée d’un détachement assez déconcertant pour les résultats postélectoraux.

Je m’explique.

Que vous soyez adolescent, personne âgée, jeune adulte ayant suspendu ses études, ou individu rompu à la vie publique, vous ne cessez de vous exprimer sur la politique avec un certain brio? Celle de votre pays, et même celle de vos voisins!

Braillant dans les microphones, collant des affiches sur la moindre façade vierge, feignant les meilleurs débats télévisés avec des proches, la politique s’insinue dans toutes les ramifications de la société africaine.

Et à bien des endroits sur le continent africain, une fois les résultats connus, une fois digérée la défaite et célébrée la victoire, c’est un blanc-seing que vous donnez à vos élites.

Plus question de leur demander des comptes sur leurs promesses électorales.

Promesse d’une économie plus florissante, du respect des règles déontologiques, d’une politique foncière intègre, d’un système de santé solide et égal pour tous, d’une éducation inébranlable et réellement obligatoire, d’une plus grande transparence et probité de la part de la classe dirigeante, d’un habitat digne, d’une justice impartiale et indépendante, etc.

En attendant, comme nombre de ses voisins, le peuple ivoirien marche. Le long des routes asphaltées et des pistes poussiéreuses. Pour commercer, aller étudier, se rendre au champ, visiter sa famille. Il se rassemble. Dans des conseils de quartier, des mutuelles, des associations. Il entreprend également. Dans la mode, la communication, le leadership, l’économie, le social.

La révolution est en marche. D’abord vers une conscientisation des Ivoiriens, ensuite vers l’aspiration à un mieux-être dans un pays qui ne devra son salut qu’à lui-même.

N.C, in L’Eléphant déchainé

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE