Côte d’Ivoire-Santé publique: Quand la dialyse tue à petit feu…

By: Africa Newsquick

dialyse-13Côte d’Ivoire-Santé publique: Quand la dialyse tue à petit feu…

Ce n’est pas toujours que les solutions apportées pour traiter des maux, respectent les doses et dosages prescrits. La preuve…

Lorsque le rein n’arrive plus à éliminer les déchets que provoque le fonctionnement de notre organisme, et que notre organisme est, petit à petit, empoisonné par ces déchets, nous sommes en situation d’insuffisance rénale. Et pour permettre aux insuffisants rénaux de lutter contre cette mort précoce, ils font des dialyses. La dialyse étant une action médicale qui consiste à épurer le sang des déchets toxiques et de l’eau retenue en excès du fait de l’arrêt du fonctionnement des reins. En Côte d’Ivoire, 500 personnes, environ, sont atteintes de cette maladie. 2% parmi elles est pris en charge par l’Etat de Côte d’Ivoire au sein de son centre d’hémodialyse du Service d’assistance médicale d’urgence (Samu), et environ 1% dans les centres privés. C’est que le traitement de l’insuffisance rénale coûte extrêmement cher, surtout en ce qui concerne les médicaments. Et même si la subvention à la dialyse, pour les prises en charge, est passée de 2500 FCFA à 1750 FCFA, le suivi médical – parce qu’il faut prendre des médicaments et avoir une bonne hygiène alimentaire – n’est pas suivi, et ce n’est pas fait pour aider les insuffisants rénaux. Si une bonne dialyse nécessite, selon les normes de l’OMS, 3 séances d’épurement de sang par semaine, en raison de 6 heures la séance, en Côte d’Ivoire, les hémodialysés n’ont droit qu’à deux séances de 4 heures chacune, par semaine. Un sous traitement déjà constaté. Avec un suivi mal assuré, bienvenue les dégâts!

Une dialyse pas si salvatrice que cela!

Et pour parler de dégâts, depuis quelques années, plusieurs insuffisants rénaux se plaignent de forte douleur, voire de fractures des os. C’est que les os se sont fragilisés beaucoup plus du fait de la carence en calcium contenu dans le bain d’acide qui leur sert pour la dialyse. En effet, depuis 2012, le concentré d’acide N° 206 qui leur servait pour la dialyse a été remplacé par le bidon B.Braun. Et depuis, rien ne va comme avant! Et pour cause, dans le concentré d’acide n°206 anciennement utilisé, le pourcentage de calcium est de 1,5mmol/l, celui du potassium de 1,00mmol/l et le taux de glucose, de 0,00mmol/l. Par contre, celui utilisé maintenant, le bidon B.Braun a un concentré de calcium de 1,25mmol/l, le potassium est à 2mmol/l, et le Glucose à 1mmol/l. Des concentrés de produit qui sont loin de se rejoindre. Le faible taux de calcium contenu dans le bidon B.Braun serait-il à l’origine des problèmes osseux rencontrés par les insuffisants rénaux? Rien n’est moins sûr! Mais une chose est certaine, c’est le calcium contenu dans le sang qui est responsable de la solidité des os, la carence créera bien sûr, la fragilité de celui-ci. En plus, si la dialyse élimine le calcium contenu dans l’organisme, l’avoir en dose faible dans le nouveau bidon B.Braun n’est pas fait non plus pour arranger les choses. En tout cas, ce n’est pas M Badinan Sylvain, qui est à sa 14ème année de dialyse, qui dira le contraire. Dans un courrier adressé le 18 avril dernier au directeur général du Samu, Dr. Jacques Sissoko, portant pour objet, «autorisation d’utilisation du concentré d’acide n°206», il explique les conséquences fâcheuses de l’usage du Bidon B.Braun sur sa santé. Non sans souligner les différences au niveau des pourcentages du calcium, celui du potassium et glucose contenus dans les deux bains. Ill a surtout révélé ceci: «Je comprends maintenant que malgré le Mimpara (médicament contrôlant les taux d’hormones parathyroïdiennes), j’ai toujours une carence en Calcium, des douleurs osseuses, des fractures. Si les insuffisants rénaux ne font pas de dialyse spécifique, au moins, ils peuvent jouir des normes standards.» Un courrier auquel le directeur du Samu a donné une suite le même jour; et dans laquelle, il invite M. Badinan à se rapprocher du Prof. Gnionsahe, chef du service public d’hémodialyse. Vu que c’est lui qui gère les techniques de dialyse et les soins que reçoivent les dialysés. Le 21 avril M. Badinan achemine le courrier au Professeur Gnionsahe dans lequel il pose le problème relatif à son état de santé. Dans la réponse à ce courrier, le Prof Gnionsahe fait part à M. Badinan quelques informations relatives aux problèmes qu’il lui a posés: «Votre cas n’est pas isolé, les médecins ont constaté une augmentation relative du nombre de patients présentant des troubles minéralo-osseux. Des recherches sont en cours pour mieux comprendre les mécanismes de cette complication qui est certes inhérente à la maladie rénale chronique, mais peut-être accélérée par des facteurs intrinsèques.» Dans le courrier que le Prof Gnionsahe a adressé au directeur de Samu, à la suite de l’adresse de celui de M. Badinan, et dont nous avons reçu copie, il écrit: «…Monsieur Badinan attribue les troubles minéralo-osseux et hyperparathyroïdie dont il souffre au fait que la solution de B.Braun contient moins de Calcium. Par rapport au contenu de ce courrier, je voudrais faire des observations suivantes. La solution B.Braun contient effectivement moins de calcium, cela pourrait aggraver l’hypocalcémie inhérente à l’insuffisance rénale chronique, l’hypocalcémie chronique est elle-même responsable de l’hyperparathyroïdie, toutefois, la preuve scientifique de la responsabilité de cette solution reste à établir. Les médecins des centres publics d’hémodialyse ont relevé une augmentation récente du nombre de patients présentant des troubles mineralo-osseux surtout des patients qui ont moins de cinq ans de dialyse. Ces observations méritent de pousser plus loin les recherches pour apprécier les rôles des différents facteurs intervenant dans la physiopathologie des troubles minéralo-osseux observés actuellement chez les patients. Dans l’immédiat, il serait souhaitable de remplacer les solutions acides contenant 1,25mmol/l de calcium par des solutions contenant 1,50 mmol/l ou 1,75mmol/l de calcium pour tous les patients dialysés dans les centres publics». Une remarque non moins pertinente à l’analyse de ce courrier. On se rend compte que le Prof. Gnionsahe est loin d’être avisé dans le choix des solutions d’acide qu’utilisent ses patients, bien qu’il soit le chef du service des techniques et des soins des Hémodialysés. Deuxième remarque, on souligne qu’il précise dans le courrier que, dans «l’immédiat, il serait souhaitable de remplacer les solutions acides contenant 1,25 mmol/l…» Et sur le terrain, il se passe quoi?

Pendant ce temps…

Pendant ce temps, le directeur du Samu que quelques dialysés ont rencontré le mercredi 4 mai dernier – histoire d’avoir la suite qu’il accorde au courrier du Prof Gnionsahé – se presse lentement pour changer les solutions B.Braun. Les conclusions d’un rapport qu’il a ordonné auprès du pharmacien biologiste du Samu sur la question de la faisabilité de l’ajout ou pas de calcium dans les bidons B.Braun entreposés dans tous les recoins du Samu, tardent à être communiquées aux malades. Et si pour lui la question du changement de stocks des bidons B.Braun ne se pose pas, on n’a pas besoin de faire un dessin pour comprendre que c’est une grosse perte…Que fera-t-on de tous ces bidons entassés dans les couloirs du centre? Par  ailleurs, le directeur du Samu est à se demander (il partage sa réflexion avec les malades en face de lui) si le fait de passer d’un taux de calcium de 1,25mmol/ à 1,50 voir 1,75mmol/l n’affectera pas la santé d’autres hémodialysés. Une affaire de «on en sauve d’autres et on en tue d’autres»!? Si le chef de service d’hémodialyse a donné son appréciation, c’est en toute connaissance de cause, non? Il faudrait déjà commencer par donner les doses reconnues, comme celles conformes aux normes. La suite, les malades apprécieront…N’est-ce pas!?

MAHI MIKEUMEUNE, in L’Eléphant déchaîné n°446

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 550 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE