Mission du bureau politique, appel de Daoukro, alternance, sincérité du Rdr Maurice Kakou Guikahué, chef du secrétariat exécutif du Pdci, depuis Gagnoa

By: Africa Newsquick

Mission du bureau politique, appel de Daoukro, alternance, sincérité du Rdr

Maurice Kakou Guikahué, chef du secrétariat exécutif du Pdci, depuis Gagnoa :

« Mes dernières consignes aux délégations du Bureau politique »

« Ne contraignez pas, soyez persuasifs et convaincants »

« Exhortez les militants à se remobiliser et à préparer déjà 2020 »

« Ce que les militants doivent faire en attendant 2015 »

« La décision de Bédié est difficile mais… »

« On peut cheminer avec le Rdr, les murs de préjugés vont tomber »

« Ce que le Pdci et le Rdr vont faire pour que l’alliance soit une réalité à la base »

« Oui, je crois en la sincérité du Rdr »

 

En marge de la réunion d’explication de l’appel de Daoukro (nous y reviendrons demain) à la communauté baoulé de la région de Gagnoa, à son domicile à Dikonéhipalégnoa (son village natal), Pr Maurice Kakou Guikahué a livré ses dernières consignes aux délégations du Bureau politique en mission dès aujourd’hui.

 

  1. le secrétaire exécutif, les missions du Bureau politique démarrent aujourd’hui. Quelles sont vos dernières consignes aux délégations ?

Les consignes sont les mêmes que nous avons données à la réunion préparatoire. Je leur ai dit, dans un premier temps, qu’ils se disent que chacun a sa vérité. Et qu’ils n’oublient pas que nous avons pris une résolution au congrès. Mais comme nos textes le permettent, la convention, elle est souveraine pour désigner le candidat du Pdci-Rda. D’autant plus que comme je le rappelle en 2002, le congrès avait nommément cité Bédié, mais n’empêche qu’on a soumis Bédié à candidature à la convention de 2005. On a obligé Bédié à être candidat et voter. Donc c’est la même procédure. Ce n’est pas parce que le congrès a dit quelque chose que nous sommes tenus à cela. Donc, on fait la jurisprudence de 2002 et on leur a expliqué que le président Bédié n’a pas violé les textes, n’a pas tordu le cou aux textes et ne le fera pas d’autant plus que son idée ira à une convention comme lui-même, il l’a déjà annoncé. Il y aura un Bureau politique. Je leur demande également d’être humbles. L’humilité. C’est des échanges. On ne va pas contraindre, on va persuader et convaincre. Donc humilité. Qu’ils expliquent et je pense que nos parents vont comprendre. Et comme je l’ai fait le week-end du 27 septembre, d’abord à Yopougon, Anyama, Abobo, Cocody, Marcory et dans la communauté baoulé d’Abidjan, je viens de le faire à la communauté baoulé de la région de Gagnoa qui m’a, elle-même, invité, pour venir expliquer, puisque nous sommes très liés. Et chaque fois qu’il y a quelque chose, on échange. Ils voulaient d’abord écouter ce que je vais dire pour savoir marcher pour la suite. Je suis très heureux, ils sont venus nombreux. Tous ceux qu’on espérait étaient là. Ils sont venus de tous les coins et recoins de Gagnoa. Ils disent qu’ils ont compris et étant le chef de file, mes parents, militants étant derrière moi, je sais que les autres vont écouter mon message.

 

Vos propos, lors de vos séances de travail, peuvent-ils être considérés comme la feuille de route ?

Entre autres. Je mets l’accent sur la compréhension du message du président Bédié. On ne peut pas dire que c’est une décision qui n’est pas cartésienne. C’est pour cela que je disais que c’est une décision spirituelle. Et ça prend en compte plusieurs facteurs. Donc il y a des choses qu’on ne peut pas expliquer. Les chefs de missions doivent aussi dire quelle est la marche du Pdci. Ils doivent aussi exhorter les militants à se remobiliser et à préparer déjà 2020. De telle sorte que les élections de 2015 soient la répétition de celles de 2020. Ils doivent s’inscrire sur les listes électorales que la Cei va ouvrir bientôt. Ils doivent apprendre à voter et voter massivement le président Ouattara pour qu’en 2020, ce ne soit qu’une routine.

 

En recevant, mardi dernier, les chefs de mission, vous avez insisté pour que les messages soient uniformes. Pourquoi ?

Je voulais dire qu’il ne faut pas qu’il y ait beaucoup de différences dans les messages. Chaque chef de mission va y mettre son génie. Mais il faudra que le fond du message soit le même. Il faut qu’ils parlent un peu du 12ème Congrès, parce que c’est la 1ère mission depuis qu’on a été élu. Qu’ils parlent aussi du travail colossal que le secrétariat exécutif a abattu et continue d’abattre. Qu’ils parlent également des motivations de l’appel de Daoukro. Et dire aussi  ce que le Pdci gagne. Parce qu’il y aura des réglages. L’alternance sera un document accepté par tous les membres du Rhdp. Et si on gagne, le partage doit se faire avec équité. Ce n’est pas équitable, mathématique, moitié-moitié, non. Parce que celui qui est au pouvoir a un pouvoir un peu plus discrétionnaire, mais il faut que les autres se reconnaissent dedans. C’est ce qu’on appelle équité et justice. Et puis que le Premier ministre soit fort et respecté. Et qu’il soit capable de faire des propositions. C’est ce que le Pdci dit. Ce que le Pdci demande aujourd’hui, le Pdci est obligé de le faire en 2020. Si le président sort du Pdci, le Premier ministre doit sortir du Rdr aussi. On doit le mettre dans de bonnes conditions. Donc, il n’y a pas que pour le Pdci.

 

Que doit-on comprendre par Bédié a pris une décision difficile quand on parle de l’Appel de Daoukro ?

Je dis que la décision est difficile parce que tout parti politique aspire à prendre le pouvoir et tout parti politique est candidat et le congrès avait dit qu’il faut un candidat du Pdci. Donc toutes ces choses-là réunies, c’est une décision difficile. La facilité aurait voulu que Bédié dise, je suis en phase avec le congrès, on a un candidat. Mais s’il prend le contre-pied pour demander qu’on choisisse Ouattara, il faut le reconnaître, c’est une décision mûrement réfléchie. Mais elle est prise et aujourd’hui je vais vous l’avouer, avec les gens qui m’appellent et j’en suis très heureux, disent qu’en fait, c’est la décision qu’il fallait. Beaucoup de personnes qui ne sont pas seulement des militants du Rdr, même d’autres personnes qui ne s’occupent pas habituellement de la politique disent que quand on analyse, en fin de compte, Bédié a pris la bonne décision. Et ça, ça me conforte.

 

Le Pdci a souvent des difficultés avec le Rdr. N’avez-vous pas des appréhensions après l’Appel de Daoukro ?

Vous savez, quand vous êtes de nouveaux amis, il peut y avoir des incompréhensions. Mais on peut cheminer. Et ce ne sont pas des gens qui ne changent pas. Peut-être qu’eux aussi ont des appréhensions nous concernant. Autant vous avez aussi des appréhensions qui les concernent. Au fur et à mesure qu’on va cheminer ensemble, selon le comportement des uns et des autres, les murs de préjugés vont tomber. Et puis comme Bédié le dit, d’ici peut-être 15 à 20 ans, le parti va redevenir comme en 90 sous Houphouët-Boigny.

 

Que faites-vous pour que l’alliance ne soit pas seulement comprise par le sommet mais aussi par la base ?

Nous allons en mission pour aller parler de l’Appel de Daoukro, pour dire ce que le Pdci gagne et puis parler à nos militants pour qu’ils croient à la réalité du Rhdp. Ce que je peux dire et vous pouvez le noter, c’est qu’aucun militant du Pdci ne dénonce le Rhdp. Tous les militants du Pdci sont d’accord qu’il y ait Rhdp. C’est un point très positif. Seulement, ils souhaitent que le Rhdp marche, qu’il existe partout. Parce qu’on a remarqué qu’il y a le Rhdp au Sud, au Centre, à l’Ouest mais il n’y a pas le Rhdp au Nord. Aucun ne met en cause l’existence du Rhdp. Moi, je me base sur ça. Le reste, ce n’est qu’un comportement d’individus qui peut changer. Mais l’idéologie de base reste. Si les gens disaient « le Rhdp, on n’en veut plus », j’aurais eu des difficultés. Mais ils sont pour le Rhdp et ils veulent que tout le monde fasse marcher le Rhdp de la même façon. D’ailleurs, le Rdr vient de faire son Bureau politique. Ils ont décidé d’envoyer des missions comme le Pdci pour parler à leurs militants, pour dire que la nouvelle donne veut qu’ils intègrent de plus en plus la notion de Rhdp. Donc ce n’est pas le Pdci seul qui bouge, bientôt le Rdr aussi va en mission.

 

Croyez-vous en la sincérité du Rdr ?

Oui. Il n’y a pas de raison que je ne croie pas.

 

Interview réalisée à Dikouéhipalegnoa (Gagnoa) par :

-Diarrassouba Sory (Le Nouveau Réveil)

-Fofana Baba Idriss (Le Mandat)

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 558 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE