Côte d’Ivoire-PETROCI-Révélations: Or donc, le sort de l’entreprise était scellé depuis 2009!

By: Africa Newsquick

Petroci-en-cessation-de-payementCôte d’Ivoire-PETROCI-Révélations: Or donc, le sort de l’entreprise était scellé depuis 2009!

Le gouvernement ivoirien a officiellement annoncé la cession des actifs et activités de la Société nationale d’opération pétrolière de Côte d’Ivoire (Petroci). Un acte qui crée une vive émotion dans la population tant l’heureux bénéficiaire de cette décision, l’entreprise «Puma Energy», filiale du pollueur Trafigura, jouit d’une grande estime dans la population ivoirienne.

 Retour sur une affaire qui embarrasse tout le monde…

C’est un secret de polichinelle. L’Etat de Côte d’Ivoire, par le biais de son parolier, Bruno Koné Nabagne, a annoncé après le Conseil des ministres du 10/2/16, la cession des actifs et activités du réseau de distribution de Petroci-Holding. Et cela fut l’objet de communication. La deuxième au cours de ce Conseil des ministres sous l’égide de l’empereur Ouattara II. Selon le porte-parole du gouvernement dans les colonnes du très gouvernemental journal «Fraternité Matin» du 11/2/16, «depuis la fin de l’exercice 2015, Petro-holding présente un résultat d’exploitation déficitaire, du fait de la chute du cours du pétrole brut aggravée par des pertes de l’activité de distribution». Excellente décision qui ne souffrirait d’aucun commentaire si elle avait été prise plus tôt. Surtout quand on sait que depuis la fin de l’audit de 2009, toute la crème du secteur pétrolier savait que la privatisation de Petroci était inéluctable. La compagnie pétrolière présentait «un résultat d’exploitation déficitaire». Les travaux de réfection des stations Petroci avant l’annonce de la cession des actifs et activités du réseau de distribution de Petroci-Holding, en disent long sur l’affaire…

Une annonce au pas de course.

Ça ressemblait plutôt à un marathon. Les négociations qui sont en cours avec le repreneur Puma-Energy devraient aboutir en juin 2016. Mais contre toute attente, elle a été annoncée un peu plus de quatre mois avant. La société, depuis la prise de fonction de l’ex-Directeur des hydrocarbures, Diaby Ibrahima – en tant que Directeur général de Petroci-Holding – connait des remous sans précédent. Et ce, à cause de la mise en marche d’un émergent plan de licenciement massif qui a commencé avec un dégraissage du Top management. Là où, dans les entreprises qui ont à cœur de sauver une situation dans l’intérêt de tous, on commence par un abattement salarial de 5 à 25 % sur une période donnée jusqu’à ce que l’entreprise se retrouve au point vert, le licenciement des employés sous Contrat à durée déterminée (CDD) et du petit personnel, une réduction progressive des frais généreux… Bref! Les mauvaises langues attribuent déjà ces agissements du nouveau dégé de la boîte, à un ambitieux règlement de compte. Mieux, qu’il prendrait sa revanche sur ceux qui l’avaient viré en 2006 de la boîte.

Bref, malin, notre gouvernement, s’est empressé d’annoncer cette nouvelle – la cession des actifs et activités de la Société nationale d’opération pétrolière de Côte d’Ivoire(Petroci) – à la face de la nation, le 10/2/16, pour non seulement casser le rythme de la grève à Petroci, mais aussi pour contrer une grève générale des employés du secteur Pétrolier. Ces derniers envisageaient un vaste mouvement de mécontentement qui aurait paralysé le secteur, hier lundi 16/02/16. Une grève en solidarité à leurs camarades de Petroci. Pour l’ensemble des travailleurs du secteur, si l’actuel dégé arrivait par miracle à mettre en place le plan de dégraissage de son effectif à travers l’argument massue de la chute du baril sur le marché international, cela représenterait du pain béni pour toutes les entreprises du secteur du pétrole qui en profiteraient pour ʺnettoyer sans managementʺ leurs effectifs, à tout moment. Une situation qui rendrait les emplois dans ce secteur  plus que précaires!

Chute du baril de pétrole, un argument pas très «Brut»

L’argument qui est sur les lèvres de ceux qui veulent réduire de manière draconienne les emplois dans le secteur du pétrole est unique: La chute implacable du baril du pétrole sur le marché international passé aujourd’hui à moins de 40 dollars. Mais cette chute du baril sur le marché international, depuis des années, n’a véritablement pas d’incidence aussi drastique sur le prix du carburant à la pompe et par conséquent, dans la poche de l’usager. Alors que si on devrait veritablement s’en tenir à la chute du prix du baril sur le marché international, le gasoil (Diesel) et l’essence (Super) pourraient, selon des experts consultés par «L’Eléphant», se vendre sans grande difficulté, respectivement à 280 et 200 FCFA; au lieu de 570 et 575 FCFA, actuellement. Pour ce rêve, passez demain!

Dans la foulée, c’est «Puma Energy» qui se frotte les mains. Pourvu que les mauvais souvenirs des Ivoiriens par rapport à l’affaire des déchets toxiques ne finissent pas par empoisonner tout le secteur.

A.TOURE, in L’Eléphant déchainé N°422

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE