Exclusif/58ème Session du S.E du PDCI-RDA-Pr Maurice Kakou Guikahué (Chef du S.E): «Banny, Essy, KKB, William Koffi, Adjouroufou, Yasmina, comment le Pdci va décider de leur sort»

By: Africa Newsquick

Guikahué_DSCN3658Exclusif/58ème Session du S.E du PDCI-RDA-Pr Maurice Kakou Guikahué (Chef du S.E): «Banny, Essy, KKB, William Koffi, Adjouroufou, Yasmina, comment le Pdci va décider de leur sort»

La présidentielle 2015 a pris fin. Avec l’élection brillante du candidat du RHDP dont il était le garant de la victoire avec la caution morale du président Henri Konan Bédié, Dr Alassane Ouattara, au premier tour (83,66% des voix exprimées). Suite à cette première réunion du Secrétariat exécutif (S.E)-la 58ème– du Pdci Rda, mardi 3 novembre 2015, Pr Maurice Kakou Guikahué a répondu aux questions de la presse.

 

Monsieur le secrétaire exécutif, de quoi avez-vous parlé au cours de cette première réunion, après l’élection présidentielle ?

Nous avons parlé de l’élection présidentielle, nous avons fait le bilan. Nous nous sommes félicité des résultats que nous avons obtenus et ensuite, nous avons fait un calendrier d’activités pour les prochains mois, que nous allons soumettre au président du parti. Nous avons aussi parlé des nombreux décès de nos militants, dont celui du dernier membre fondateur, le doyen Antoine Konan Kangah.

Avez-vous parlé du parti unifié qui est de plus en plus d’actualité ?

Ah non, on n’en a pas parlé. Une commission a été créée à cet effet. Elle a son programme. J’ai parlé d’un calendrier d’activités que nous allons soumettre au président du parti. Quand il va le valider, à la prochaine réunion du Secrétariat vous verrez  ce que nous faisons.

Et pourtant, le président Alassane Ouattara a dit que juste après les élections, c’est un sujet qui sera traité ?

En tant que directoire du Rhdp, depuis que le président du Pdci Rda a lancé son Appel de septembre 2014, il a décliné les différentes étapes. A savoir aller en candidat unique du Rhdp, ensuite faire un parti unifié qui va déboucher sur l’alternance en 2020 pour un militant du Pdci Rda. Le programme était tracé et donc, dans nos activités, nous avons mis en place une commission chargée de la mise en œuvre du parti unifié. Il va s’en dire que la préparation des élections depuis 6 mois, ne nous pas permis d’aller en profondeur. Sinon, c’est un sujet que nous avons inscrit dans les activités du directoire du Rhdp. Aujourd’hui, après l’élection présidentielle, nous allons accélérer ce point de notre programme de travail. Ce n’est pas maintenant que nous allons en parler, mais nous avons déjà créé une commission à cet effet. Le parti unifié sera une de nos activités phares après l’élection présidentielle qui vient d’avoir lieu.

Quel est votre commentaire sur le sujet relatif à la révision de la Constitution annoncée par le Président de la République?

Le président en avait parlé pendant la campagne électorale. Et aujourd’hui (hier), il a fait une précision. Ce sont les deux chantiers, à savoir la réconciliation et la révision de la Constitution. C’est une très bonne chose. Déjà les accords de Marcoussis avaient demandé la révision de la Constitution, mais sur l’article 35 et là, le président doit aller au-delà de l’article 35 pour donner une Constitution qui cadre avec la vision de l’émergence de la Côte d’Ivoire. Il a même dit au cours d’une de ses déclarations de faire rentrer la      Côte d’Ivoire, dans la 3ème République. Donc, les uns et les autres attendent. Tout ça, ce sont des dossiers, que nous englobons dans notre calendrier de travail.

Est-ce un toilettage de la Constitution ?

Non, le président a parlé de réforme de la Constitution pour l’adapter à la vision de l’émergence.

KKB, militant du PDCI-RDA, est allé jusqu’au bout de ses ambitions, quel est le sort que le Pdci lui réserve ?

En tant qu’individu et je reprends car, j’ai l’impression que vous ne suivez pas très bien l’actualité du PDCI-RDA. Nous avons mis en place un Comité de médiation quand les Banny, Essy Amara, KKB et Kablan Brou Jérôme, ont déclaré leur candidature. Ce comité a commencé à faire un travail. Il a rencontré le président Bédié et je pense que la décision  en ce qui concerne leur sort est une décision collégiale. Car le président du parti n’a pas décidé de faire une rupture. S’il voulait faire une rupture, il n’allait pas mettre en place un comité de médiation. Donc, là, on va regarder pour voir un peu les conclusions. C’est une question à laquelle on ne peut pas répondre comme ça.

Il n’y aura donc pas de sanction?

On ne peut pas répondre comme ça. C’est une question à étudier. Comme il y avait un comité de médiation, quelles sont les conclusions de ce comité? Voici un peu des interrogations. Les concernés avaient dit au président du parti qu’ils allaient aller jusqu’au bout, mais que s’ils échouaient, ils ne quitteraient pas le parti. Maintenant, après les élections, qu’est ce qui va se passer ? On verra. En ce moment, personne ne peut dire, voilà ce qu’on va faire. Il faut une concertation avant de prendre la décision.

Il y a aussi les cas des Williams Koffi, Adjouroufou, Yasmina Ouégnin ?

Eux, ils ont été suspendus et leur suspension vient de commencer. Il y en a qui ont écopé de 6 mois, d’autres un an, à compter du mois de septembre.

Propos recueillis par Guy Tressia, Diarrassouba Sory et Cissé Moussafa

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 540 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE