Mon coup de gueule: Quand Essy, Koulibaly et Banny prennent les Ivoiriens pour des idiots!

By: Africa Newsquick
Essy Amara

Essy Amara

Mon coup de gueule: Quand Essy, Koulibaly et Banny prennent les Ivoiriens pour des idiots!

Voilà des candidats à la présidentielle ivoirienne qui se retirent après que tous les imprimés afférents à l’élection soient distribués et la campagne lancée. Ils s’étonnent de leur maintien sur les bulletins de vote, d’avoir obtenu des voix et des pourcentages à cette présidentielle du 25 octobre 2015. Ces 3 anciens ministres et Premier ministre de la République de Côte d’Ivoire ne sont pas étrangers à la gestion d’un Etat. Ils auraient retiré leurs candidatures longtemps avant que cet article n’aurait pas été écrit. Vus par Wikipédia.org, avec les responsabilités qu’ils ont assumées dans le pays et les critiques qu’ils portent sur le scrutin du 25 octobre dernier, on peut dire qu’ils prennent les Ivoiriens pour des idiots.

ESSY AMARA

Il annonce son retrait officiel de sa candidature le 12 octobre, 3 jours après l’ouverture de la campagne. Il l’avait annoncé dans la presse 72h avant l’ouverture de celle-ci.

Essy Amara a été Ministre des Affaires étrangères de la Côte d’Ivoire du 7 novembre 1990 au 18 août 1998 (soit 7 ans 9 mois et 11 jours), puis nommé ministre d’État et ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (1998-1999).

Mais avant, Essy Amara débute sa carrière diplomatique en 1971, à l`âge de 27 ans au Brésil, comme premier conseiller de l’ambassade de Côte d’Ivoire.

MAMADOU KOULIBALY

Koulibaly366C’est le jour même du lancement de la campagne, le 9 octobre qu’il annonce la suspension de sa candidature, mais il fait campagne quand même pendant plus d’une semaine.

Ancien ministre du Budget, puis de l’Economie et des Finances du gouvernement de transition en 2000, il parvient à organiser entièrement sur fonds propres ivoiriens le référendum constitutionnel et les élections présidentielles d’octobre 2000, alors que le pays était frappé par des sanctions internationales suite au coup d’Etat de décembre 1999.

Reconduit au poste de ministre de l’Economie et des Finances dans le premier gouvernement de la 2e République, dont il était le porte-parole, le Pr. Mamadou Koulibaly est élu député de Koumassi (commune d’Abidjan) lors des législatives de décembre 2000, puis président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire en janvier 2001, fonction qu’il exercera pendant 11 ans.

 

CHARLES KONAN BANNY

Banny-candidatIl a menacé de se retirer jusqu’à 72H du scrutin, où il annonce son retrait. Comment pouvait-on le retirer du bulletin de vote dont les spécimens ont été distribués avant le 25 septembre, date d’ouverture de la précampagne ?

Charles Konan Banny commença sa carrière professionnelle, en 1969 où il a obtenu le poste de chargé de mission à la Caisse de stabilisation et de soutien des prix des productions agricoles en Côte d’Ivoire (Caistab), un fonds de solidarité et de soutien dans le domaine agricole ivoirien. En 1970, Konan Banny a rejoint l’Organisation inter-africaine du café (OIAC), dont il fut secrétaire général adjoint, puis secrétaire général.

En 1976, il entama sa carrière de banquier avec son entrée à la BCEAO. Une décennie plus tard, il est devenu directeur national de la BCEAO pour la Côte d’Ivoire.

Il a été nommé gouverneur par intérim de la BCEAO de 1990 à 1993, où son prédécesseur, Alassane Ouattara, assumait les fonctions de Premier ministre Ivoirien sous le dernier mandat de feu le président Félix Houphouët-Boigny, il en devient officiellement gouverneur le 1er janvier 1994. Il fut le grand patron de cette banque sous-régionale jusqu’en 2005. À la suite de la crise ivoirienne, il est nommé Premier ministre de Côte d’Ivoire le 4 décembre 2005. Il demeurera à ce poste jusqu’au 29 mars 2007, soit 1 an 4 mois de Primature.

Au regard de leurs carrières dans la gestion des affaires de la Côte d’Ivoire, se poser les questions qu’ils se posent, s’étonner du non retrait de leurs images du bulletin de vote, remettre en cause les voix à eux attribuées par les électeurs (selon la CEI) dénote d’un véritable mépris de l’intelligence des Ivoiriens qu’ils prennent pour des idiots. Des ignorants du système de gestion d’un Etat pouvaient le dire et agir comme ils le font, mais pas eux. Se sont-ils demandé un temps soit peu, s’ils avaient des partisans jusqu’au-boutistes dans leurs rangs qui auraient voulu qu’ils aillent au scrutin? Peuvent-ils attester que des partisans qu’ils ont entretenus depuis des années et qui vivent dans des campements sans presse, ont bien reçu leur information de retrait de candidature? Soyons sérieux un jour !? Prenons les Ivoiriens un peu au sérieux.

Guy TRESSIA

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 568 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE