Crises : De la leçon ivoirienne à la leçon Grecque

By: Africa Newsquick

Nanankoua GnamantêhCrises : De la leçon ivoirienne à la leçon Grecque

Devant le péril étranger, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, s’est adressé à ses concitoyens, le dimanche 05 juillet 2015, à travers un référendum. Comme la Côte-d’Ivoire, en août 2000, pour écrire une nouvelle Constitution.

L’enjeu, de taille,  pour les Grecs était de dire « oui » ou « non » à ceux que monsieur Alexis Tsipras appelle « les créanciers » qui exerçaient sur la Grèce un chantage éhonté et voulaient lui nier toute dignité nationale, donc sa souveraineté.

L’enjeu, de taille aussi, en août 2000, pour les Ivoiriens : choisir entre la conjonction « Et »la conjonction « Ou », c’est-à-dire, entre  le jus sanguini (droit du sang) et  le jus soli, en d’autres termes, le droit du sol, sorte de maison sans porte. Sans entrer dans les détails juridiques, on a assisté à ce qu’on a appelé « la bataille du Et et du Ou » en Abidjan. Devant la menace sur la nationalité ivoirienne qui était, et qui l’est encore, du reste, bradée dans le pays.

En Grèce, le résultat du référendum est sans appel. Plus de 61% de « Non » contre « les créanciers ». Les Grecs ont envoyé un message fort à leurs dirigeants : ne jamais  brader la souveraineté nationale ! Quel qu’en soit le prix !

En Côte-d’Ivoire, le « Et » a battu le « Ou » par un score fleuve de plus de 80%. Tous les partis politiques, y compris le Rassemblement des républicains (Rdr), ayant appelé à voter la conjonction « Et ». Pour clarifier le débat entre Autochtone, Ivoirien et Ivoiritaire. Pour que chacun sache tenir sa place comme dans tout pays civilisé.

La leçon que nous retenons de la Grèce, c’est que la souveraineté nationale ne se monnaie pas. Elle ne se vend jamais ! Malgré les chantages, en tous genres, de milliards d’euros ou de sortie de l’intégration européenne.

En Côte-d’Ivoire, en août 2000,  ce fut un cas similaire. Les Ivoiriens, je ne fais d’insulte à personne en insistant, les Autochtones ivoiriens, y compris les militants du Rdr dont certains, au nom du jeu démocratique, ont marqué leur opposition dans la sous-commission Constitution, ont voté pour le « Et », à plus de 80%, pour qu’il soit  inscrit dans la Constitution ivoirienne  l’article 35 sur l’éligibilité à la présidence de la République.

Pour :

1- lutter contre le bradage de la nationalité. C’est quel Etat ça, la Côte-d’Ivoire !? Où il n’y a pas de politique d’immigration. Au point qu’on nous interdit d’évoquer nos origines ;

2- lutter contre la plus grosse plaie de la Côte-d’Ivoire : la porosité de nos frontières. Assurément, elles sont plus poreuses encore avec la construction de ponts pour détruire les frontières naturelles dont Dieu a doté le pays ;

3-éviter « la culture de la truie » que nous vivons actuellement Le ministre Jean-Louis Billon n’a de le répéter. La Côte-d’Ivoire vit une illusion de développement. Et, il en sera ainsi tant les Nationaux ne seront pas aux commandes de l’appareil économique.

Quand nous entendons certains leaders politiques ivoiriens parler de l’avenir de la Côte-d’Ivoire, nous en rions.

La première mesure du Congrès national populaire (Cnp), dès sa prise de pouvoir, c’est de dire : Non, à l’esclavage de l’intégration ouest-africaine ! Comme les Grecs viennent de dire non au chantage des « créanciers ».

« Notre combat, l’unité des Autochtones, du Sud, de l’Est, du Centre, de l’Ouest et du Nord ». Fait à Abidjan, le lundi 06 juillet 2015

Pour le Congrès national populaire (Cnp)

Nanankoua Gnamantêh

Président

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE