Interview exclusive/Pr Kakou Guikahué, S.E. du Pdci Rda : « Elections Ufpdci, Jpdci : 10 jours supplémentaires pour analyser 6700 dossiers. RHDP: président Bédié, Pdci-Rda, mission accomplie»

By: Africa Newsquick

Guikahué_DSCN3658Le Secrétaire Exécutif du Pdci-Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué s’est entretenu, avec africanewsquick.info sur les activités du Pdci-Rda, notamment les élections qui se préparent au niveau des jeunes et des femmes. Il a également abordé l’actualité politique dominée par la Convention d’investiture de Ouattara, comme candidat unique du RHDP, à la prochaine présidentielle d’octobre 2015 en Côte d’Ivoire.

 

M le Secrétaire exécutif, vous avez annoncé la tenue d’une réunion du Secrétariat exécutif, ce mardi 28 avril, qui devrait plancher sur les prochaines élections des jeunes et des femmes du Pdci. Pourquoi, en définitive, cette réunion n’a pas eu lieu?

Effectivement, après notre réunion tenue à Daoukro, nous avions deux dossiers importants. D’abord la nomination des membres du Grand Conseil régional. Nous nous sommes attelés à cela, vous avez vu les listes et le second dossier, c’est l’élection des responsables des femmes et des jeunes. Nous avons fait une première réunion de dépouillage pour faire un peu le point des candidatures, parce que si vous vous rappelez, au sortir de Daoukro, nous avons organisé des réunions avec des délégués par zone. Pour faire le point des candidatures. De 30% de taux de réalisation, nous sommes passés à 80% après les différentes réunions. Les retardataires devaient nous faire parvenir les listes. Ensuite, nous avons demandé à la Commission électorale qui est créée de statuer sur les dossiers. Elle a fait deux séances de travail, mais elle s’est rendu compte que le travail ne pouvait pas finir maintenant. Or, il s’agissait aujourd’hui, de conclure et donner les propositions au président Bédié, pour décider. D’un, les 80% d’analyse des dossiers ne sont pas terminé, de deux, les 20%, n’ont pas totalement déposé les dossiers. Avec la convention, probablement, ils n’ont pas pu s’acquitter de ce devoir.  Nous leur avons donné un délai supplémentaire de 10 jours pour leur permettre de finaliser les dossiers. D’abord, faire l’analyse exhaustive de toutes les candidatures, mais également faire rentrer toutes les autres candidatures pour qu’après la prochaine réunion du Secrétariat, après délibération, nous puissions avancer. Donc, tout est une question de calendrier. On ne pouvait pas faire le travail de façon partielle. A l’heure où je vous parle, la commission continue ses délibérations.

 

Est-ce à dire que d’éventuels candidats peuvent encore déposer leurs candidatures ?

Non, les candidatures sont arrêtées. Ce sont les délibérations qui se font pour dire si oui ou non, les postulants remplissent les critères. Mais vous savez, il s’agit de beaucoup d’élections. Il y a l’analyse des dossiers de 3350 encadreurs des jeunes et des 3350 encadreuses des femmes. Parce que partout ou il y a une section, qu’il y ait un jeune et qu’il y ait une femme. Donc, ça fait 6700 personnes. Donc, 6700 dossiers à analyser. En plus de cela, il faut voir les candidatures de la section urbaine : un jeune, une femme. Et les candidatures des sections rurales : un jeune et une femme. On finit par les candidatures de celles ou ceux qui postulent pour le poste national. Dès que nous finissons de délibérer, nous passons aux élections.

Guikahué_DSCN3659

Qu’en est-il de la campagne ? Ceux qui sont candidats peuvent-ils déjà entrer en campagne ?

Il y aura une période de campagne qui va être décidée par le Secrétariat exécutif à la prochaine réunion. Pourquoi, nous n’avons pas tenue la réunion de ce mardi, c’est parce que nous devions en même temps proposer un calendrier au président. Or nous ne savons pas, quand est-ce que la commission élection finira d’analyser les dossiers de candidature. Nous avons donc préférer leur donner du temps, pour qu’à la fin, proposer un calendrier que nous allons respecter définitivement.

 

Les candidats ne piaffent-ils pas d’impatience de voir ces élections se dérouler ? Il n’y a pas de problème à ce niveau ?

Non, je ne pense pas. Le dernier délai pour les candidatures, c’était le 13 avril. Ensuite, notre activité phare, c’était la Convention d’investiture. Nous reprenons le travail, nous pensons que d’ici la mi-mai, dans 10 à 15 jours, tous les candidats seront situés. Nous prendrons une partie du mois de mai et de juin pour faire les élections locales et probablement, avant la fin du mois de juin, nous ferons les élections nationales. En tout cas, nous avons encore du temps, mais, on ne doit pas dépasser la fin du mois de juin. Ça, c’est notre limite.

 

M  le Secrétaire exécutif, depuis le 17 septembre 2014 où l’Appel de Daoukro a été lancé, on a constaté que vous êtes à la tache avec de nombreuses réunions, des tournées, le congrès extraordinaire et maintenant la convention. Aujourd’hui, vous marquez une pause pour souffler ou alors, il y a une bataille encore à mener ?

Pourquoi une pause ? Quel est l’objectif de l’Appel de Daoukro ? Le premier objectif, c’est de faire de Ouattara, candidat unique du RHDP. Cette mission a été accomplie le 25 avril. Mais candidature pour candidature, non. Candidature pour être élu, donc, c’est le travail de la campagne qui commence pour sa réélection. A quoi ça servirait de faire de Ouattara, un candidat qui n’est pas élu ? Le résultat ne serait pas total. Ça serait un échec. Mais ce  qu’on peut dire, c’est que vous avez tout à fait raison. Il n’y a pas de repos, et vous avez bien fait de poser la question pour marquer les deux temps. Le président Bédié a lancé l’Appel à Daoukro. Il a dit « Ouattara, je ferai de toi   le candidat unique du Rhdp ». C’est ce qu’il a décidé et « je vais mettre en mouvement, toutes les structures pour que cela soit ainsi ». Et effectivement, toutes les structures ont été mises en mouvement, comme vous le dites que ce soit au Pdci, que ce soit dans les autres partis politiques. Nous avons fait un cheminement. D’abord le secrétariat, ensuite les délégués, puis les élus. Nous sommes partis en mission d’explication, nous sommes revenus. J’ai fait une tournée d’explication, nous avons fait le bureau politique, le pré-congrès éclaté, le congrès et la convention. Toutes les structures ont été effectivement mobilisées. Donc, aujourd’hui, on peut dire président Bédié, Pdci Rda, mission accomplie. Appel de Daoukro, objectif, faire d’Alassane Ouattara, candidat unique du Rhdp. Mais l’Appel de Daoukro va au-delà du président Ouattara. Le président Ouattara candidat, il est élu et il y a l’alternance en 2020. Donc, quand il y aura les élections de 2020 et que les choses vont se passer comme le président Bédié l’a dit, ça sera la victoire totale. Vous savez quand on va à une compétition de football, il y a les huitièmes de finale, les quarts de finale, les demi-finale et la finale, le parti unifié. Je pense que nous venons de gagner les quarts de finale. Et l’élection de Ouattara, c’est la demi-finale et puis le parti unifié et l’alternance, c’est la finale dans l’esprit de l’Appel de Daoukro.

 

Les gens confondent parfois parti unifié et parti unique, pouvez vous faire la clarification ?

Le parti unique, ça veut dire que toute la Côte d’Ivoire a un seul parti. Mais on dit que les enfants d’Houphouët-Boigny vont faire un parti unifié. Donc, ce sont tous les partis houphouétistes actuel qui vont se retrouver. D’ailleurs au directoire du Rhdp, nous avons  créé une commission de la mise en œuvre du parti unifié. La commission existe et elle va commencer à travailler. Déjà, il y a la volonté.

 

Nous posons la question parce qu’aux Etats-Unis par exemple, on a l’impression que… ?

Mais, ce n’est pas le parti unique, il y a le parti de droit et le parti de gauche. Il y a les républicains et les démocrates. Regardez bien, quand nous avons fait le Rhdp, il y a eu le Cnrd. Donc, il y a eu tentative de regroupement des partis de gauche. Le Cnrd vient de se muer en Afd. Donc, selon chaque sensibilité, il y a regroupement. Ne voyez pas seulement le Rhdp, il y a regroupement également à gauche. Donc, on risque d’arriver à deux grands partis politiques, une mouvance de droite et une mouvance de gauche qui vont animer la vie politique comme aux Etat-Unis, comme vous le dites. C’est l’image qui se dessine, parce que pendant que nous nous réunissons en Rhdp et que nous faisons le rassemblement à droite, de l’autre côté, ils ne sont pas inactifs. Ils se rassemblent aussi. Ils ont fait l’alliance des forces démocratiques  après avoir fait le Cnrd. Donc, il y a un besoin de rassemblement partout.

 

M le secrétaire exécutif, vous venez de finir un travail en commun. Je veux parler des partis du Rhdp en ce qui concerne la convention. Quel est votre impression sur votre propre travail et puis est-ce que vous avez l’impression que vous allez tous dans le sens de l’alternance ?

Je ne vais pas apprécier mon propre travail. C’est vous qui l’appréciez, mais je peux dire la satisfaction que j’éprouve en tant que collaborateur du président Bédié. Il a lancé un Appel. Il a voulu faire de Ouattara, candidat unique du Rhdp, cela a été. Maintenant l’élection de Ouattara, c’est tous ensemble que nous allons y arriver. Chacun y mettra du sien. Maintenant le parti unifié, c’est une démarche. Pour l’alternance, si vous suivez bien les discours du samedi, pour moi le problème de l’alternance est réglé. C’est ré-glé! Il n’y a plus de débats sur l’alternance. Le président Bédié a été le premier à parler. Il a dit quoi ? Il a dit qu’on va vers un grand parti houphouétiste dans lequel, il va y avoir des mécanismes d’alternance mais dont les premiers en 2020, feront d’un cadre issu du Pdci Rda, le président. Le président Ouattara prend la parole et dit qu’en ce qui concerne le parti unifié pour lequel il est d’accord, il y aura des équilibres et qu’en ce qui concerne l’alternance, il a la même vision que son ainé Henri Konan Bédié. Donc, l’alternance, c’est réglé. Alors, fermons la parenthèse et construisons ce grand parti. Vous avez peur qu’il y ait des irréductibles, que des gens du Rdr, ne soient pas d’accords. C’est vrai, mais il y a des gens du Pdci qui nous fatiguent en ce moment. Donc autant, il y a les irréductibles du Pdci en 2015, attendez vous aussi aux irréductibles du Rdr en 2020. Mais de la même façon que la majorité est passée avec Ouattara, la majorité passera aussi avec le cadre du Pdci.

Interview réalisée par Guy TRESSIA, Diarrassouba Sory et Moussafa Cissé

 

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 568 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE