Corruption-Les étranges pratiques du cabinet Deloitte: Surprise à l’IGE et confrontation de rapports-L’audit du Conseil Coton-Anacarde, une arnaque organisée?

By: Africa Newsquick

Corruption-Les étranges pratiques du cabinet Deloitte: Surprise à l’IGE et confrontation de rapports-L’audit du Conseil Coton-Anacarde, une arnaque organisée?

Les autorités nigériennes ne décolèrent pas. Courant mars 2017, elles ont lancé un mandat d’arrêt international contre plusieurs personnes, dont Marc Wabi, associé gérant du cabinet d’expertise comptable, « Deloitte Côte d’Ivoire ». Pour « corruption », dans l’affaire qui oppose l’Etat du Niger et la société « Africard ». Les autorités nigériennes soupçonnent le cabinet Deloitte Côte d’Ivoire d’avoir participé, à travers un rapport d’expertise rédigé pour le compte d’« Africard », à une vaste opération de corruption ayant amené la Cour d’Arbitrage basée à Abidjan à trancher en la faveur de «Africard».

Cette affaire, bien que l’Etat du Niger ait chaque fois été débouté par les tribunaux tant en France qu’aux Etats-Unis (un dernier sursis vient d’être accordé au Niger), permet de s’interroger sur d’autres dossiers dans lesquels est impliqué le cabinet « Deloitte Côte d’Ivoire ».

La Présidence de la République n’a pas encore réagi. Mais elle a entre les mains deux rapports d’audit aux contenus totalement contradictoires, réalisés pour la même structure, le Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA). Le premier a été fait par le cabinet Deloitte et le second, par l’Inspection Générale d’Etat (IGE). Une situation qui a nécessité, dans la plus grande discrétion, une rencontre de confrontation des deux rapports d’audit, à la Présidence de la République, comme « L’Eléphant » l’avait évoqué, en mai 2016.

 

Les griefs du cabinet Deloitte

Suivant des fuites organisées sur un rapport d’audit financier  commandité par la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance  (HABG), le Conseil des ministres a décidé de suspendre de ses fonctions, le Directeur général du Conseil du Coton et de l’Anacarde. Quelques jours plus tôt, le confrère « Le Monde »-qui avait réussi à se procurer une copie de ce rapport avant même qu’il ne soit rendu public à Abidjan-a publié de larges extraits dans lesquels il était question d’un détournement de plusieurs centaines de millions de francs.

Dans le rapport d’audit particulièrement accablant pour la direction du « CCA », le cabinet Deloitte a relevé de nombreux manquements de gestion. Irrégularité dans la tenue de la trésorerie, non respect des règles de passation des marchés,  recours systématique au paiement en espèces, rémunération du président du conseil d’administration au-delà du seuil légal, des écarts au niveau des redevances de la sacherie et des cautions d’exportateurs, etc.

Dans le détail, le cabinet Deloitte avait relevé l’absence de rapprochement et de confirmations bancaires, des décaissements à hauteur de 543 millions sans justification, des chèques émis à l’ordre du Conseil du Coton et de l’Anacarde par des tiers et qui sont revenus impayés et non régularisés, la constitution, par la direction générale, de deux Dépôts à Terme (DAT) sans l’avis du Conseil d’Administration; l’utilisation d’un fonds de garantie, domicilié à la Bceao, sans l’accord des ministres de l’Agriculture et de l’Economie et des Finances; non respect de la limitation d’un seuil de décaissement; un prêt accordé par le Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA), d’un montant de 1,6 milliard en violation des dispositions de la convention de prêt.

Le rapport de Deloitte, chacun le sait, a fait grand bruit à Abidjan et, au-delà.

 

Surprise à l’IGE et confrontation de rapport

Pour comprendre ce qui s’est passé au Conseil du Coton et de l’Anacarde et, histoire d’avoir tous les éléments en mains avant de prendre une décision définitive à l’encontre des dirigeants du Conseil du Coton et de l’Anacarde, la Présidence de la République a instruit  l’Inspection Générale d’Etat de faire un autre audit. Vite, cela a été fait. Mais les conclusions de l’IGE étaient totalement le contraire de celles du cabinet Deloitte. De détournement de fonds, il n’y en avait point, selon l’IGE. Les deux rapports étaient si contradictoires que la présidence de la république a dû arbitrer une confrontation entre l’Inspection Générale d’Etat et le Cabinet Deloitte. Cette confrontation dont «L’Eléphant » a pu se procurer les détails, s’est tenue  le 20 juin 2016 dans la salle de conférence du 1er étage, au Palais présidentiel;

Etaient présents, pour le compte de l’IGE, les inspecteurs d’Etat, Djédji et Ehouman. Pour le cabinet Deloitte, son associé gérant, Marc Wabi qui conduisait une délégation d’experts comptables ayant réalisé l’audit du CCA. Pour la présidence de la république, le ministre, secrétaire général adjoint chargé des affaires financières et économiques, Thierry Tanoh, actuel ministre de l’Energie. Au cours de la confrontation, les Inspecteurs de l’IGE ont déclaré que sur les six griefs retenus par le cabinet Deloitte à l’encontre de la direction du Conseil du Coton et de l’Anacarde, cinq n’avaient aucun fondement. Silence de Marc Wabi et de ses experts. LIRE la suite sur  http://lelephant-dechaine.com/

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 568 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE