Diplomatie Ivoirienne/Signature de lettre de présentation: A quoi joue Abdourahamane Cissé qui se presse lentement?

By: Africa Newsquick

Diplomatie Ivoirienne/Signature de lettre de présentation: A quoi joue Abdourahamane Cissé qui se presse lentement?

Alors que le gouvernement ivoirien continue encore de se plier en quatre pour satisfaire les désidératas des militaires mutins revenus à de meilleurs sentiments, des diplomates promus Conseillers des Affaires étrangères attendent depuis 2015  la signature de leur lettre de présentation par Abdourahmane Cissé, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat et les incidences financières découlant de leur promotion.

Placés sous la tutelle du ministère chargé des Affaires étrangères, les membres du Corps diplomatique composé de diplomates de carrière bénéficient, contrairement aux fonctionnaires et agents de l’Etat, d’un statut particulier régissant leur corps. C’est la loi n°2007-669 du 27 décembre 2007 portant statut du corps diplomatique qui régit ces fonctionnaires. Et pour la mise en œuvre de ladite loi, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara a, quelques mois après son arrivée au pouvoir d’Etat, pris le 21 décembre 2011, le décret n°2011-488 fixant les modalités d’application de la loi 2007. Désormais grâce à cette disposition légale, les emplois et échelons de ces fonctionnaires  particuliers sont assez précis. En fonction de leur ancienneté, ils sont presqu’automatiquement promus à des emplois supérieurs. Ainsi de Secrétaire des Affaires étrangères, le diplomate passe-t-il automatiquement, après quelques années de service, au grade de Conseiller des Affaires étrangères, puis celui de ministre plénipotentiaire pour arriver en fin de carrière à celui d’Ambassadeur. C’est donc en vertu de cette loi et de son décret d’application,  qu’une promotion de diplomates composée d’environ 70 membres devaient, après 9 années de carrière professionnelle, passer du grade de Secrétaire des Affaires étrangères à celui de Conseiller des Affaires étrangères. Siégeant en 2015 à ce sujet, la commission d’avancement, composée du ministère de Fonction publique et de la Réforme administrative et du ministère des Affaires étrangères, avait approuvé la promotion de ces diplomates. Mais après cette première étape du processus de leur avancement professionnel, cette promotion de diplomates a du mal à franchir les étapes suivantes. La raison ? « Depuis le 1er janvier 2015, nous sommes passés de Secrétaire des Affaires étrangères à celui de Conseiller des Affaires étrangères. La commission d’avancement composé du ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative et du ministère des Affaires étrangères a siégé et approuvé notre avancement. Le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative et notre tutelle ont signé un arrêté interministériel pour acter notre avancement. Suivant le processus, la lettre de présentation doit être signée avant la prise d’un décret par le président de la République. Mais depuis 2015 que la commission a siégé et approuvé notre avancement, notre carrière professionnelle est bloquée parce que la lettre de présentation qui a été acheminée au ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat à deux reprises pour signature n’a pas encore été signée par AbdourahmaneCissé, le ministre. Alors que le ministre de la Fonction Publique et de la Réforme administrative, le ministre des Affaires étrangères et le ministre de l’Economie et des Finances ont tous trois déjà signé ce document. Pourquoi ce dernier refuse-t-il de signer la lettre de présentation ? C’est injuste ce qu’il nous fait subir depuis près deux années maintenant. Car malgré, l’approbation de notre avancement professionnel, on continue de percevoir le salaire de Secrétaire des Affaires étrangères compte tenu de la réticence du ministre du Budget », s’est indigné un diplomate, sous un prudent anonymat.

La réaction des acteurs impliqués dans la résolution de ce problème

Pour comprendre ce statut quo, «L’Eléphant » a successivement approché le Secrétariat général du gouvernement, le ministère de tutelle des diplomates et celui du Budget et du Portefeuille de l’Etat. Voici leurs différentes réactions. Interrogée sur la situation de la lettre de présentation, une source du pachyderme au sein du Secrétariat général du gouvernement contactée le 13/6 a déclaré : «Je sais que c’était arrivé ici mais après, je m’étais absentée. Je vais me renseigner. Mais il faut aller au Cabinet des Affaires étrangères. Eux, ils savent ce qui se passe. De façon générale, quand les gens nous appellent, on les ramène toujours vers la structure qui a initié le document. Nous, nous ne sommes qu’une courroie de transmission. » Après cette source, «L’Eléphant» joint au téléphone, quelques minutes plus tard, TiémokoMoriko, chef de Cabinet du ministère des Affaires étrangères. «Moi, ce que je peux vous dire, c’est que tout est en train de se régler, il n’y a pas de problème à ce niveau. Le ministre des Affaires étrangères a déjà pris contact avec son collègue du Budget et du Portefeuille de l’Etat. Ça va se régler, il n’y a pas de souci particulier. C’est vrai, il y a eu un léger blocage mais tout est en train d’être levé. Donc, ça va se régler dans les semaines à venir. C’est tout un processus. Les avancements, ça correspond à des changements de grade et à des incidences financières. Il y a un coût financier pour tout ça. Forcément, en tant que technicien du Budget, /si ce n’est pas budgétisé au départ, ça crée quelques soucis. Mais c’est en train de se régulariser. Le ministre des Affaires étrangères doit rencontrer son collègue du Budget et du Portefeuille de l’Etat dès son retour de mission avec le président de la République. Ils se sont déjà parlé au téléphone, tout est en train de se régler », a rassuré TiémokoMoriko. Que dit le ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat dans tout ça ? Et ben, son responsable du Service communication et des Relations publiques contacté, à son tour à plusieurs reprises a préféré jouer au coq à l’âne avec le pachyderme en évitant soigneusement d’aborder cette question. « Le ministre n’est pas là. S’il revient de son voyage, on vous fera signe », a-t-il laissé entendre évasivement. «L’Eléphant» continue de regarder dans la direction de ce ministère. En attendant, la discrimination entre les Ivoiriens, sous la gouvernance Ouattara continue allégrement de faire son petit bonhomme de chemin. Pour preuve, se prononçant sur une question posée par un journaliste relativement au reliquat des primes des 8400, lors de la conférence de presse animée par Amadou Gon Coulibaly après  son retour de mission, le Premier ministre a fièrement révélé : « Toute l’équipe leur (les bailleurs de fonds) a expliqué que la question de la mutinerie était une question uniquement financière, que nous avons eu à faire face aux questions des 10 millions FCFA, qu’il y a 2 millions qui restent à payer et que ces deux millions seront donc payés ce mois-ci. On avait tellement anticipé sur cette question qu’avant de partir, le ministre de l’Economie et des Finances, avait, positionné dans un compte, ici à Abidjan, les ressources nécessaires pour faire face à ces deux millions.»

N’est-ce pas beau ce pays ?

N K, in L’Eléphant déchainé n°555

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE