Politique ivoirienne/Un cadre du PDCI très remonté: «Le PDCI ne devrait plus rien attendre de ses Alliés, il doit gérer ses propres contradictions internes pour la reconquête du pouvoir»

By: Africa Newsquick

Politique ivoirienne/Un cadre du PDCI très remonté: «Le PDCI ne devrait plus rien attendre de ses Alliés, il doit gérer ses propres contradictions internes pour la reconquête du pouvoir»
Cela n’est plus un secret pour personne. Le PDCI-RDA et le RHDP ont assuré, pour une large part, l’élection du Candidat Alassane OUATTARA à la magistrature suprême de la République de Côte d’Ivoire. Le disant, il ne faut pas seulement voir le pourcentage de voix en sa faveur, ni le taux de participation. C’est surtout l’environnement apaisé dans lequel s’est déroulé le scrutin. C’est tout cela que la Côte d’Ivoire a gagné et ce n’est pas négligeable. Et, il va de soi que c’est fort de cet acquis, que tous les Alliés politiques sont allés dans le sens de la formalisation de cette alliance pour la rendre plus opérationnelle afin qu’elle puisse aider à glaner  encore d’autres victoires dans la paix et la fraternité, logique qui colle avec la ligne philosophique du Président Félix Houphouët-Boigny, Père-Fondateur de la Côte d’Ivoire moderne. Je crois savoir qu’aucun Ivoirien n’a de problème avec cette analyse.

Mais, là où le débat risque de s’enliser au point de devenir la pomme de discorde entre Alliées, c’est quand on parle, à la fois, de Parti Unifié et d’Alternance en 2020. Pour comprendre ce débat, il est bon d’interroger notre histoire politique récente pour voir ce qui constitue les obstacles à la cohabitation future, après un bref rappel des temps forts de ladite, devoir de mémoire oblige.

 

I/ DEVOIR DE MEMOIRE

Y a-t-il un lien organique cohérent entre les pratiques politiques et la morale en tant que conscience affective ? Deux dimensions, qui collent bien à la peau de la politique, ne nous autorisent  pas cette assertion: d’abord, celle selon laquelle la Politique est la saine appréciation des réalités du moment. Ensuite, parce qu’en politique, il n’y a pas d’alliance contre-nature.

Puisque l’Appel de Daoukro, a été la porte d’entrée de l’élection présidentielle passée, nous sommes en droit de nous demander quand le 17 septembre 2014, Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA, à partir de son fief, lançait cet Appel à accorder un deuxième mandat au Candidat du RDR, Alassane OUATTARA, avec qui avait-il apprécié, de manière  saine, les réalités de ce moment-là ? Avec le RDR en tant que parti politique allié ou avec les militants de son propre parti politique, le PDCI-RDA ? On se rappelle que certains Cadres du PDCI-RDA n’étaient pas d’accord, pas forcément avec le contenu de l’appel, mais surtout avec la façon dont les choses ont  été faites. Nous n’allons plus refaire le premier niveau de ce débat. Ce qui devait  être fait a été déjà fait et ce qui devait en découler l’a déjà été.  Il faut donc pouvoir l’assumer dans toute sa plénitude !

Ce qui se fait déjà puisqu’aujourd’hui, au nom des valeurs inculquées par son Père-Fondateur, à savoir la paix, le dialogue, l’amour, l’unité nationale, la justice et autres, le PDCI-RDA s’est retrouvé dans une alliance avec ses bourreaux d’hier.

Au nom de la saine appréciation des réalités du moment mais également pour corroborer le fait qu’il n’y a pas d’alliance contre-nature  et que seuls les intérêts du moment comptent. Sinon, avec toutes ces ingratitudes politiques répétées et matérialisées, à en juger par les sacrifices qu’il consent à chaque étape décisive de notre histoire politique, sans que les Alliés veuillent lui retourner l’ascenseur, le PDCI-RDA devrait pouvoir se convaincre, s’il ne l’était pas encore, que la mauvaise foi est la chose la mieux partagée en politique et qu’il ne devrait plus rien attendre de ses Alliés.

Revenant à présent au cas précis de Parti Unifié et d’Alternance en 2020, les Alliés du PDCI-RDA ont décidé de s’installer derrière des arguments fallacieux devenus de sérieux obstacles à surmonter.

 

II/ LES OBSTACLES A SURMONTER

 

  1. De la compréhension de la notion de Parti Unifié

Il nous semble que tous les Alliés n’ont pas la même conception de la notion de Parti Unifié. Il  faut donc se retrouver pour éviter ce dialogue de sourds. A cet effet, il ne faut pas se leurrer : emprunter la voie de la construction du Parti Unifié qu’on va appeler RHDP, c’est s’engager, en même temps et du même coup, à faire mourir tous les partis constitutifs de cet idéal politique afin que sur leurs cendres naisse le RHDP. Cela veut dire que le PDCI-RDA, le RDR, l’UDPCI, le MFA, l’UPCI et le PIT sont appelés à disparaître à terme. Et c’est là tout le débat. C’est cette vérité que le Parti de Bédié n’a pas encore réussi à dire à ses militants.

 

  1. L’alternance 2020, un vrai faux débat

D’abord, parce que ce débat ne s’adosse à aucun document politique fiable écrit, ni entre le PDCI-RDA et le RDR, ni entre les Présidents Bédié et Ouattara, ni en public ni en privé. Nous avons mis l’émotion au-devant de la politique et nous  voulons passer par les sentiments pour obtenir gain de cause. Mais, ce n’est pas ce genre d‘héritage que nous allons laisser à la génération future, là où aujourd’hui, il s’impose à tous les partis politiques l’exigence de la promotion des bonnes pratiques démocratiques à enseigner dans nos écoles de formation politique.

Ensuite, parce qu’on ne peut pas vouloir d’une chose et son contraire. Si on veut aller au Parti Unifié RHDP, comme nous l’avons dit un peu plus haut, cela suppose que nous ayons donné notre accord pour la mort programmée des partis  politiques, dont le PDCI-RDA, qui composent ce Grand Ensemble qui est le RHDP. Comment  peut-on alors, à la fois, se mettre à revendiquer une quelconque alternance au profit d’un parti qui  a tiré sa révérence, en même temps que les autres  et sur les cendres desquels va naître le RHDP ?

 

III/ DE NOTRE POINT DE VUE

Nous pensons que ce débat doit être abordé avec courage et lucidité par le PDCI-RDA. En effet, au moment où on faisait cet Appel, il n’y avait pas de feu en la demeure. Nous étions au 17 septembre 2014 et les élections étaient prévues pour se tenir en 2015.

On aurait pu prendre le temps de s’organiser, de faire les consultations nécessaires afin de conclure, de façon responsable, des accords que personne ne contesterait aujourd’hui. Au lieu de cela, on a préféré s’engouffrer dans des histoires de Congrès extraordinaire dont la gestion  a fait plus de mal au PDCI en  contribuant à élargir les fossés entre militants au sein du Parti. Qui nous a demandé quoi au 17 septembre 2014? Pourquoi étions-nous pressés comme si on voulait faire plaisir à certaines personnes  et faire mal à d’autres ?

Aujourd’hui, le vin est tiré…..Si donc tant il vrai que la politique, c’est la saine appréciation des réalités du moment, nous devons pouvoir faire  amende honorable  et reconnaître que le 17 septembre 2014, nous n’avons pas eu la saine inspiration politique nécessaire. Nous voici donc rattrapés par nos propres raccourcis. Les résultants des dernières Législatives en constituent des preuves éloquentes. Il ne reste plus qu’à organiser des séances de réconciliation pour tenter de panser ces plaies béantes ouvertes par cette posture.

En ce qui me concerne, j’accepte de pardonner et de me faire pardonner. Militantes, mes Sœurs, Militants, mes Frères ! De grâce, je ne suis certainement pas la personne la mieux indiquée, mais je voudrais  humblement présenter toutes mes excuses, à tous ceux et à toutes celles à qui cette posture a bien pu causer du tort, à un moment donné de leur vie de militant. Ensemble, assumons notre position car, il en va ainsi parfois de la vie des formations politiques. L’œuvre de Félix HOUPHOUET–Boigny, le seul héritage qui en vaut plusieurs autres au monde, est à la croisée des chemins. Elevons nos cœurs et mobilisons-nous pour le sauver. Il n’y a  pas de honte à cela ! Bien au contraire ! Heureusement pour nous, il reste encore un peu de temps pour atteindre 2020.

Par ailleurs, si  ce projet de Parti Unifié n’est plus à l’ordre du jour, parce que nous ne sommes pas en mesure  d’apporter la preuve du désistement  des autres Alliés du PDCI-RDA à son profit, prenons les dispositions pour éclairer, au plus vite, la lanterne des Militants en vue de leur  remobilisation. Ce n’est la construction du RHDP qui va être le projet de société du Grand PDCI-RDA. Remettons-nous au travail pour les élections présidentielles de 2020 en désignant notre Candidat dès maintenant pour nous donner le temps de le faire connaître des Militants. Cela ne devrait plus dépendre de l’humeur du jour de nos Alliés. Qu’on  arrête de se faire peur !

Edouard KPLOWY Milacé

Enseignant, Communicateur,

Cadre du PDCI-RDA

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 568 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE