Côte d’Ivoire: Vers une institutionnalisation de la médiocrité?… Fâcheux parallèle (L’Eléphant déchaîné)

By: Africa Newsquick

Côte d’Ivoire: Vers une institutionnalisation de la médiocrité?… Fâcheux parallèle (L’Eléphant déchaîné)

Les dons s’apprécient diversement selon le sol sur lequel ils s’expriment. Depuis la révélation par le Journal du Dimanche (JDD) le  12 mars dernier, des costumes à 48 500 Euros (soit 31 813 791 F CFA) gracieusement offerts à François Fillon par des amis anonymes, le candidat « Les Républicains », déjà mis en examen par la justice française, demeure sous le feu des projecteurs et des critiques aussi.

Ces costumes, pulls et vestes forestières super chers de chez Arnys, la célèbre boutique rue de Sèvres, à Paris, indignent les français et provoquent le ras le bol du candidat qui las, répond à ses détracteurs dans une interview accordée à Les Echos : « Un ami m’a offert des costumes en février. Et alors ? » Tout à coup, l’on s’imaginerait en Côte d’Ivoire ! On croirait entendre un champion  du régime Ouattara  s’indigner de l’indignation des populations face aux grossiers scandales qui meuble leur quotidien.

Fâcheux parallèle

Le parallèle entre l’émotion et le Tollé généralisé suscités au sein de la société française par le pénélopegate (les emplois présumés fictifs de son épouse Pénélope Fillon dite Penny et ses deux enfants) et dernièrement par l’affaire des costumes au sujet desquels le parquet national financier (PNF) selon Paris Reuters « a délivré aux juges d’instruction chargés de l’enquête sur la famille Fillon un réquisitoire supplétif contre X pour « trafic d’influence » afin de prendre en compte ce cadeau vestimentaire », fait s’interroger l’Eléphant sur le large faussé qui sépare la morale politique française de celle de la société ivoirienne.

En France, la règle à l’Assemblée nationale est de refuser les cadeaux de plus de 150 euros soit 98 393 F CFA. En côte d’Ivoire quelle est la règle ? En existe-t-il d’ailleurs une?

Donner à l’infini à ceux qui en ont déjà et qui n’hésitent pas à dérober le peu qui devrait profiter aux populations semble être le mot d’ordre ! On ment, on vole, on détourne et on rackette  gaiement.

Des milliards sont effrontément gaspillés, voir détournés, sans que leurs auteurs ne souffrent d’aucune sanction. La réhabilitation en 2013 des universités publiques, pour plus de 100 milliards de francs CFA a donné lieu, on le sait, à d’affreux détournements de fonds. Résultat, les conditions d’études à l’université sont toujours aussi difficiles au point de susciter en 2015 la grande colère des étudiants en pharmacie qui depuis plus de 6 mois n’avaient pas eu de cours, pas plus que des travaux pratiques depuis 2 ans. Une salle de laboratoire désespérément vide qui avait poussé les étudiants à se révolter.

Des cadeaux, nos autorités en reçoivent des centaines et en raffolent même. Les populations, les plus pauvres sous les cieux ivoiriens c’est bien connu, sont très généreuses envers leurs gouvernants.

Et lorsque ces derniers perdent un être cher ? Des contributions sont imposées pour le traditionnel « yako » !

Mathieu BabaudDarret alors ministre des Eaux et Forêts en avait été l’heureux bénéficiaire lors du décès de son épouse survenu le 22 janvier 2014 à Paris. Une circulaire sur papier en tête et cachet du ministère des Eaux et forêts  (N°00019/ MINEF/CAB/ DAAF/ SDRH) avec pour objet « Participation aux obsèques de l’épouse de Monsieur le Ministre des Eaux et Forêts » émise par le chef de cabinet du Ministère des Eaux et Forêts Moussa Bamba, datée du mercredi 29 janvier 2014, avait imposé à tout le personnel, des cotisations en vue de la participation aux obsèques de l’épouse du ministre. Si cette circulaire avait suscité une vive émotion à la maison des Eaux et forêts, l’ébranlement était encore plus grand à la découverte des montants imposés qui eux, ne figuraient pas sur la circulaire mais qui on été susurrés aux oreilles du quadrupède. 50 000 FCFA pour les directeur centraux, 25 000 pour les directeurs régionaux et départementaux, 10 000 FCFA pour les chefs de cantonnement, aux postes, et pour les collaborateurs directs du ministre ? La bagatelle de 100 000 FCFA par tête ! Halte aux mauvaises langues ! Ce n’est ni du zèle, ni du rançonnage, c’est le traditionnel yako ! Et pour les petites gens de l’administration et les autres opérateurs ? Message subliminal ! Ils ne doivent pas hésiter à faire un geste. Lesquels savent bien que ne pas faire de geste est tout aussi préjudiciable qu’en faire un tout petit ! Toutes ces cotisations avaient bien entendu une date limite le 04 février 2014 soit une semaine jour pour jour. « L’Eléphant » dans sa parution N° 225 du 07 février 2014, avait bien entendu troublé cette sainte collecte…

Et dire que le Président allemand, Christian Wulff, reconnaissant « avoir commis une faute » avait dû démissionner de son poste de Président en 2012, pour avoir bénéficié d’un prêt immobilier à un taux préférentiel. « Un président doit être porté non seulement par la confiance d’une majorité, mais aussi par celle d’une très large majorité d’Allemands… Les développements des dernières semaines ont irrémédiablement porté atteinte à cette confiance. C’est pourquoi j’ai pris la décision de me retirer » Quel contraste !

 

Une droiture bien bancale

Jérôme Cahuzac, ministre du Budget sous François hollande qui avait fait de la lutte contre la fraude et l’optimisation fiscale son champ de bataille, s’était livré à une vilénie (quelques millions enterrés dans des paradis fiscaux) révélée en décembre 2012 par le site d’informations en ligne Médiapart. Pris la main dans la fraude – puisqu’il avait entretenu pendant de nombreuses années un compte bancaire non déclaré dans les livres de l’Union des Banques Suisses (UBS) de Genève – il avait pieusement menti et s’était durant des mois accroché à ce mensonge : « Je n’ai pas de compte en Suisse et n’en ai jamais eu. Il est clair que si vous publiez ça, j’attaquerai…  Je suis un personnage public. Je crois avoir montré que je n’ai pas été en arrière de la main quand j’étais président de la commission des finances. C’est peu dire que j’ai mis l’épée dans les reins de l’administration fiscale pour qu’un certain nombre de dossiers sortent », avait-il déclaré aux journalistes venus recueillir sa version des faits. Il fut convaincant  au point de susciter l’émoi du président Français et de son gouvernement qui à l’unanimité et dans un élan de solidarité avait défendu la bonne foi de leur champion et réaffirmé leur confiance en ce dernier. Vite rattrapé par son mensonge, il avait dû démissionner le 19 mars 2013 après l’ouverture d’une information judicaire contre X pour blanchiment de fraude fiscale, pour enfin avouer son forfait le 2 avril de la même année et se voir condamner en décembre dernier à 3 ans de prison ferme (jugement dont il a interjeté appel). «J’ai mené une lutte intérieure taraudante pour tenter de résoudre le conflit entre le devoir de vérité auquel j’ai manqué et le souci de remplir les missions qui m’ont été confiées et notamment la dernière que je n’ai pu mener à bien. J’ai été pris dans une spirale du mensonge et m’y suis fourvoyé. Je suis dévasté par le remords… Penser que je pourrais éviter d’affronter un passé que je voulais considérer comme révolu était une faute inqualifiable. J’affronterai désormais cette réalité en toute transparence».

En Côte d’Ivoire, seulement deux scandales (les plus retentissants) ont provoqués non pas la démission mais le limogeage de leurs auteurs, qui par ailleurs ne se sont jamais excusés. L’ex-ministre de l’Intégration Africaine, AdamaBictogo et l’ex-ministre des Sports Alain Lobognon. Depuis, les deux hommes ont été brillamment réélus au parlement et prospèrent en tranquillement. On ne voit vraiment pas pourquoi ils se gêneraient.

A part ça, tout roule au pays des Eléphants ! Les travaux publics sont mal réalisés, des routes mal construites au point de nécessiter des travaux de réhabilitations avant l’heure ? Ce n’est pas bien grave ! Le dégé de la SOTRA est embourbé dans la spirale de sa gestion approximative ? Circulez, il n’y a rien à voir. Si, « L’Eléphant » voit tout…

BABETH BERIYTH, in L’Eléphant déchaîné n°530

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE