Droit de la femme: Si les femmes étaient des mutins…!

By: Africa Newsquick

Droit de la femme: Si  les femmes étaient des mutins…!

Les habitants de la commune de Yopougon, précisément ceux du côté du quartier ‘’Sable’’ se sont réveillés, jeudi, avec les bruits de sifflets et des bidons vides ! La raison, les femmes de ce quartier réclamaient simplement de l’eau. «Elles manifestaient bruyamment scandant ‘’on veut de l’eau, on veut de l’eau’’… », selon Abidjan.net. Des femmes, en à croire cette source, ont rendu impossible la circulation des véhicules, pareille que leurs ménages rendus impossibles à cause de ces coupures intempestives d’eau. Un soulèvement qui tombe justement au lendemain de la journée internationale de la femme célébrée par nos dirigeants et plus rien de concret comme d’habitude au lieu de se pencher sur les problèmes des femmes dans la société. Comment rendre la vie de la femme plus facile, par exemple? On appelle femme, toute la gente féminine. Qu’elle soit ménagère ou bureaucrate, en passant par les femmes rurales, servantes, coiffeuses, couturières, femme-mères et tout, sans négliger le moindre aspect vu qu’une journée internationale lui a été dédiée. Normalement les 08 mars, on devrait assister à la valorisation de la femme dans toute sa diversité… Et sentir cette valorisation s’accroître au fil des ans. Mais bon !

Les femmes de Yopougon après avoir crié leur ras-le-bol et dispersées par la Police, n’ont pas eu d’autres choix que de rentrer tranquillement dans leurs foyers espérant voir les choses s’améliorer. Mais, il ne se passera rien du tout. Elles n’ont pas de kalachnikov comme les militaires ou les éléments des Forces spéciales qui ont eu gain de cause après avoir tiré en l’air. Ce n’est la première fois que les femmes se soulèvent pour les questions d’eau. Pis, Yopougon-Sable n’est pas le seul quartier où il y a des coupures intempestives d’eau. Les femmes d’Abobo, de Riviera-Faya… ne peuvent pas dire le contraire. Et comme pour les énerver, ces foyers reçoivent des factures de la Sodeci chaque trimestre, malgré le vent qui leur est servi à la place de l’eau dans les robinets. Des factures payées doublement puisque pour subvenir aux besoins primaires et vitaux de leurs ménages, ces braves femmes sont obligées de débourser de l’argent afin de s’approvisionner dans les quartiers environnants selon le prix du vendeur d’eau, qui se retrouve souvent et étrangement dans les lavages d’auto. «…Les femmes sont obligées de sillonner les autres quartiers de la commune pour alimenter leur foyer en eau potable qui leur revient à 150 F CFA le bidon de 20 litres d’huile Dinor, c’est à dire l’eau à 50 F et le transport à 100F. Cependant, a signifié l’une des leurs, les maisons continuent de recevoir les factures d’eau de la société de distribution…», toujours selon la même source. C’est dommage non !

Pas tout à fait puisque son Empereur Ouattara II a réaffirmé sa « détermination à faire de la femme ivoirienne une fierté » et de parvenir à « l’amélioration de leur condition de vie » dans la « place de choix » qui leur est faite dans la 3ème République. Sans vouloir être rabat-joie, l’on a hâte de savoir ce qui se passera dans la vie de la femme lors de cette seconde mandature !

SABINE KOUAKOU, in L’Eléphant déchaîné n°527

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE