DEVOIR DE MEMOIRE: C’est arrivé le… 03 mars 2013. Disparition du Professeur Alassane Salif N’Diaye

By: Africa Newsquick

DEVOIR DE MEMOIRE: C’est arrivé le… 03 mars 2013.   Disparition du Professeur Alassane Salif N’Diaye

Le professeur Alassane Salif N’diaye nous a quittés à Paris, le 3 mars 2013, avec cette discrétion qui était un trait de sa personnalité. Comment rendre pleinement justice à tant de dons, à des talents si divers ? Poète, écrivain, mémorialiste, plus encore biologiste, spécialiste en histologie, en embryologie et en microscopie électronique, professeur titulaire de chaire universitaire, chercheur, mais aussi, homme pieu, philosophe et moraliste, maire, plusieurs fois ministre, plusieurs fois ambassadeur, membre du Haut-conseil de la Francophonie, mari, père de famille et grand-père de sa petite-fille Makani pour toujours, secrétaire-général de parti politique : Le professeur Alassane Salif N’diaye était tout cela à la fois et avec un égal bonheur. Pour en parler avec justesse, quelle convergence de compétences ne faudrait-il pas convoquer ? Aussi notre hommage sera-t-il celui de la vertu de tolérance qu’il incarnait.

La tolérance est la vertu utile et nécessaire pour faire face aux temps difficiles que notre pays traverse :

Tolérance : une vertu qui définit bien son état d’esprit. Tolérante était son attitude, volontairement modeste et ouverte, car il respectait toujours autrui. Que la tolérance envers les idées et les mœurs d’autrui soit un des piliers de la vertu, voilà qui est de morale commune et que le professeur Alassane Salif N’diaye commentait souvent admirablement en se référant à Voltaire : « Le droit de l’intolérance est absurde et barbare; c’est le droit des tigres; et il est bien plus horrible, car les tigres ne déchirent que pour manger, et nous les êtres humains, nous nous sommes exterminés pour des paragraphes. »

Alors, faut-il tout tolérer ? Au point de tolérer l’intolérance ? Avait-on demandé un jour au professeur Alassane Salif N’diaye, comme pour le provoquer.

Assurément non, avait-il répondu.  « Je te tolère si tu tolères que mes idées diffèrent des tiennes; je tolère même que tu cherches à me convaincre; mais je ne tolère pas que tu me prennes à la gorge pour mieux me convaincre. Nous acceptons qu’un pays se choisisse un autre régime que le nôtre, mais nous ne pouvons accepter que les maîtres de ces autres contrées disent à ceux qui n’ont pas leurs faveurs ...(citant ainsi encore Voltaire que l’érudit professeur Alassane Salif N’diaye semblait connaitre par coeur) : «Vous serez brûlés à jamais ; et, en attendant, nous allons commencer par vous égorger.»

Parvenu à ce point de notre hommage,  permettons-nous une digression en ouvrant une parenthèse: Les biologistes comme le professeur Alassane Salif N’diaye nous enseignent que la survie d’une espèce vivante exige que les individus de cette espèce ne soient pas rigoureusement semblables. Si l’espèce staphylocoque n’a pas péri malgré la pénicilline et tient même vaillamment tête à cet antibiotique, si l’espèce moustique n’a pas succombé au DDT et si elle est devenue capable de résister à cette agression en maints endroits du monde — on pourrait citer de nombreux autres exemples — c’est avant tout parce que régnait une grande diversité parmi ces germes ou ces insectes : nombre d’individus étaient vulnérables, mais quelques-uns ne l’étaient pas, qui purent procréer des générations auxquelles cette résistance fut transmise. De même, chez l’être humain, on connaît aujourd’hui plus d’une maladie qui frappe gravement un groupe d’individus tandis qu’elle est incapable d’abattre les autres. C’est cela qui explique (peut-être) la sérodiscordance des couples dans lesquels un seul des individus est infecté par le virus du Sida et pas l’autre individu du couple.  La médecine préventive commence même à pouvoir deviner à l’avance les menaces qui planent sur la vie de celui-ci et non sur la vie de celui-là. Si par exemple un enfant naît porteur dans ses gènes d’un marqueur désigné sous le nom barbare d’HLA-B27, il a cent vingt fois plus de chances que les autres d’être atteint, adulte, d’une forme grave de rhumatisme dite spondylarthrite ankylosante. Tous les êtres humains sont ainsi donc dissemblables et inégaux devant l’hostilité naturelle à laquelle ils doivent faire face et c’est un des secrets de la survie de notre espèce.

Si nous nous sommes permis d’ouvrir cette parenthèse (que nous refermons), c’est pour mieux illustrer une hypothèse audacieuse maintes fois formulée de son vivant par le professeur Alassane Salif N’diaye : la diversité de l’esprit humain et des pensées humaines n’est-elle pas aussi nécessaire que la diversité des corps ? Un peuple unanime n’est-il pas, à longue échéance, menacé de dégénérescence ? Nous abandonnons cette hypothèse à votre réflexion, car elle n’a pas encore donné lieu à des études sérieuses sur le sujet. Et on peut le regretter car si  le droit à la différence, le droit à la diversité des convictions, était biologiquement utile à la robustesse vivace et singulière de l’espèce humaine, la tolérance pourrait s’en inspirer, qui n’est autre que le respect de cette différence.

Si, c’est le propre de l’intelligence que de concevoir des relations et de mettre ainsi en rapport des idées ou des faits entre lesquels on n’avait pas encore songé qu’il puisse y en avoir tels que (la biologie et la vertu humaine de la tolérance et du respect de la diversité) par exemple, alors le professeur Alassane Salif N’diaye possédait la forme la plus haute de l’intelligence : la sienne était édifiante. L’intelligence du professeur et docteur d’état Alassane Salif N’diaye était exceptionnelle : elle comprenait tout. Elle devançait les questions, anticipait sur les conclusions. Son expression pouvait être fulgurante. Elle aurait pu intimider, mais le professeur Alassane Salif N’diaye était aussi bon pédagogue et savait tenir compte des capacités de ses interlocuteurs. L’énonciation de ses convictions s’accompagnait ainsi d’une grande tolérance à toute contradiction qu’on pouvait lui opposer et, laissait toujours percer une sympathie qu’on devinait sincère. Toute son œuvre procède de cette démarche intellectuelle, rapprochant des disciplines diverses, conjuguant leurs apports propres.  La tolérance était donc à l’égal des dons de l’esprit du professeur Alassane Salif N’diaye. Le ressort de toute son action politique, qui a transformé l’exercice de la politique, est qu’il ne se résignait jamais à la médiocrité ou au découragement : il ne prenait pas son parti du scandale de l’ignorance des masses. Il est peu d’hommes en Côte d’Ivoire dont on puisse dire avec pareille certitude qu’ils ont marqué positivement des milliers d’existences. Le professeur Alassane Salif N’diaye savait que rien ne dure que par les institutions fortes, mais qu’il leur faut aussi relever les défis du changement et s’adapter à la nouveauté.  C’est le sens de son engagement politique.  Il a ainsi pris part à la mise en place de grandes réformes, de l’enseignement comme de la recherche en Côte d’Ivoire. Lui-même ne s’est jamais dérobé aux responsabilités : il a accepté avec humilité les charges auxquelles le désignaient sa compétence et ses immenses qualités.

Vivant, le professeur Alassane Salif N’diaye était notre fierté.

Garder sa mémoire demeurera notre honneur.

Kpadé K.

* Vendredi 3 Mars 2017 était aussi le jour de l’inhumation du grand-frère du professeur Allassane Salif Ndiaye, le professeur Mamadou Salif N’diaye dit Doudou N’diaye, professeur de Biologie à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) d’Abidjan, à la retraite, décédé le 26 février 2017. Condoléances à toute la famille N’diaye.

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE