Gagnoa : Les vérités et les conseils des chefs traditionnels à Maurice Kakou Guikahué, nous député de Gagnoa sous-préfecture

By: Africa Newsquick

Gagnoa: Les vérités et les conseils des chefs traditionnels à Maurice Kakou Guikahué, nous député de Gagnoa sous-préfecture

Parti pour une cérémonie dite du palmarès des élections législatives du 18 décembre 2016 dans la circonscription de Gagnoa sous-préfecture, l’honorable Maurice Kakou Guikahué a été accueilli de façon exceptionnelle et extraordinaire à Obodroupa, village frontière entre Lakota et Gagnoa, par tous les chefs des 7 cantons, des chefs de tribu et de village, avant d’aller rendre visite à la famille de Yacouba Sylla, puis la grande rencontre avec les secrétaires de section du PDCI-RDA, des militants dudit parti et les sympathisants du Secrétaire exécutif du Président Henri Konan Bédié. Ci-dessous les conseils doublés de vérités des chefs traditionnels du département de Gagnoa. Il est revenu au Président Joseph Gadji de la Chambre départementale des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire de parler au nom de tous les chefs et des populations.

« Merci chers frères, ce n’est pas pour faire un discours, mais juste pour dire un mot au nom des chefs traditionnels du département de Gagnoa dont je suis le président au niveau du département.

Cette cérémonie, elle est illustre. Mais elle est au particulière. Parce que c’est la première fois dans le département de Gagnoa, qu’un député est élu nouvellement revient chez lui et est accueilli à une frontière, parce que nous sommes à Obodroupa, à la frontière entre Gagnoa et Lakota. Donc, nous ne sommes pas venus pour accompagner la population d’Obodroupa. Nous sommes venus, en tant que chefs traditionnels du département pour rendre un hommage appuyé à notre fils. Un député, en général, a besoin d’une circonscription pour être élu. A cet effet, Guikahué a été élu dans une circonscription donnée. Mais, en réalité, pour nous, il est à la fois député d’une circonscription de Gagnoa, mais c’est un élu de Gagnoa, il est donc député de Gagnoa. Au-delà d’être député de Gagnoa, pour nous c’est un député de la Nation. C’est à ce titre qu’il va voter des lois pour toute la Côte d’Ivoire. Et nous voulons ce matin, au nom de la chefferie traditionnelle et donc des populations et nos attributions dire à Guikahué qu’il n’est pas seul. Tu as avec toi, toute la population de Gagnoa, tu as la population de ta circonscription. Tu es donc élu parce que c’est Dieu qui établit les autorités. En tant qu’autorité, tu es béni de Dieu. Et ce dimanche, jour de Dieu, nous voulons saisir l’opportunité pour le lui rappeler. Contrairement à l’habitude, nous, nous ne venons pas pour accueillir les élus. Puisqu’on n’a jamais fait ça à Gagnoa. Mais aujourd’hui, nous venons. Parce que Guikahué, c’est une autorité. Il a commencé jeune, en tant que militant du MEECI, mais il s’est retrouvé très vite devant les affaires publiques. Et il n’a jamais raté l’occasion de venir à la rencontre des populations. Donc nous, nous venons encore une fois lui rendre hommage. C’est ça que nous sommes venus faire.

Mais aussi contrairement à l’habitude, les autres députés quand ils sont élus, nous les votons et puis ils s’en vont à Abidjan. Quand ils vont à Abidjan, ils ne reviennent ici que pour quelques funérailles ou quelques baptêmes. Nous les chefs traditionnels ici présents, nous souhaitons que Guikahué innove. Parce qu’il est nouveau, il doit nous montrer des choses nouvelles. Nous souhaitons donc à Maurice, parce que c’est comme ça que nous l’appelons ici, quand on va lui donner les projets de loi de la Côte d’Ivoire, qu’il vienne nous demander un peu ce que nous pensons de la loi. Nous allons lui dire, cet article-là, il faut le réorienter comme ça. Dès lors, fort de nos suggestions, Guikahué  va retourner à l’Assemblée et les autres vont être surpris pour dire «mais comment il a fait ?». Mais c’est parce qu’il est dans la population. S’il ne nous demande pas, il va parler gros français mais pour nous c’est zéro. Ils vont voter les lois et nous allons dire que ces lois-là, c’est pas pour nous. Donc c’est ce que nous lui souhaitons. Maurice, cette fois-ci là, reviens de temps en temps pour nous informer des lois que vous allez voter. Et puis quand vous les aurez votées, reviens nous dire, ce que vous avez dit-là, ça n’a pas été pris en compte mais voici ce qu’on a décidé pour vous. Comme ça nous sommes informés et puis on va avec toi.

Honorables députés, comme il n’est pas seul ici, nous voudrions dire à tous les députés, quand vous votez le budget de la Côte d’Ivoire, parce que le budget de la Côte d’Ivoire, c’est aussi l’argent des populations qui sont ici. C’est notre cacao, c’est notre café, hévéa etc. C’est ça que l’exécutif va dépenser. Donc quand ils ont fini de dépenser et puis vous jugez-là, venez nous informer pour dire que dans les 6000 milliards de la Côte d’Ivoire-là, votre argent est dedans donc on va vous donner un peu. Si on ne nous donne pas un peu, nous ne serons pas contents. Le Président va faire la route de N’douci à Gagnoa. Monsieur le député, il faut revenir de temps en temps nous dire que la route est à telle étape ou telle autre étape. Elle est ici, elle est là. C’est votre argent qui est dans le budget là, c’est ça qui vous donne votre route.

Honorables députés, nous voulions dire ceci : Aujourd’hui, la chefferie traditionnelle est devenue une Institution de la République. Les députés, il y a longtemps que vous êtes une institution. Nous sommes nouveaux. Comme on est nouveau, on a besoin de vous et vous avez besoin de nous. Donc si on ne se tient pas la main, les chefs seront ailleurs et vous de l’autre côté. Quand vous circulez sans nous là, on n’est pas content. Donc quand vous avez des fêtes et que vous nous appelez, on ne vient pas non plus, parce que nous représentons une institution. Donc désormais, honorables députés, travaillons la main dans la main parce que la Constitution dit que les chefs traditionnels doivent œuvrer pour la paix, pour la cohésion sociale et depuis quelques années les députés aussi on inscrit cela dans leurs missions.

Donc, Maurice, nous venons te dire que c’est la main dans la main que nous sommes avec toi. Nous sommes ce matin tous, vraiment c’est la première fois que ça arrive ici à Gagnoa. Considérez cela comme un témoignage des chefs traditionnels du département de Gagnoa pour vous accompagner dans la mission que le peuple de Côte d’Ivoire vous a confiée.

Merci à vous qui accompagnez notre député Kakou Guikahué, parce qu’il est dans un nouveau challenge et il avait besoin que vous soyez là. Et nous, quand nous vous voyons à ses côtés, nous sommes rassurés, nous ses parents. Il n’est pas seul et il ne sera jamais seul.»

Propos recueillis par Gilles Richard OMAEL, à Obodroupa (Gagnoa)

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 568 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE