Nouveau Gouvernement: L’Eléphant se déchaine sur les ministres «entrants», les nouveaux à la loupe…

By: Africa Newsquick

Nouveau Gouvernement: L’Eléphant se déchaine sur les ministres «entrants», les nouveaux à la loupe…

Après les sortants et les « survivants », voilà venu le tour des « entrants ». Que peuvent-ils apporter à la Côte d’Ivoire et quelle sera leur impact dans le processus de renouvellement de la classe politique ivoirienne qui a commencé avec la mise en place du nouveau gouvernement?

Jean-Claude Kouassi, le « revenant » !

Nouveau ministre de l’emploi et de la protection sociale, Jean-Claude Kouassi revient ainsi sur la place publique après une période d’hibernation plus ou moins longue. Cette nouvelle nomination se présente comme le vrai couronnement de sa carrière même si, dans une autre vie, il a déjà goûté aux joies d’un poste ministériel en tant qu’ancien ministre de l’Environnement et de la forêt. Proche d’Henri Konan Bédié, il sait plus que quiconque qu’au Pdci, il faut savoir attendre son heure. La sienne semble enfin venue. Ministre de l’emploi et de la protection sociale, il arrive dans une période où les chômeurs n’ont jamais été aussi nombreux et ceux qui travaillent, jamais aussi déprimés. Il sait ce qu’il lui reste à faire…

Amadou Koné, retour après 10 ans d’absence…

On retiendra de lui son entrée au gouvernement sous l’intrépide Gbagbo, avec la casquette des Forces nouvelles, de 2005 à 2007, en tant que Ministre du Tourisme et de l’Artisanat.  Un poste qu’il cumulait avec celui  de Secrétaire National chargé des élections pour les Forces Nouvelles de Côte d’Ivoire. Avant de devenir en 2007 Ministre de l’Intégration Africaine, Porte-parole du Gouvernent. Cet homme apparemment calme atterrit au Transport, où il succède à l’immense Gaoussou Touré qui n’a pas su lui redonner ses lettres de noblesses. Le secteur des transports reste toujours aussi désorganisé et à la merci des mafieux appelés « syndicats » qui y règnent en maîtres absolus. Que pourra apporter Amadou Koné à ce secteur? S’il peut déjà, en enseignant son exemple, faire comprendre aux fameux « syndicalistes » que les machettes et les armes à feux ne sont pas des outils avec lesquels on règle les problèmes dans un pays de droit, il aura apporté beaucoup à la Côte d’Ivoire.

Diarrassouba Souleymane, le banquier pour rendre le sachet en papier …

Qui mieux qu’un banquier pour gérer le Ministère de l’Entrepreneuriat National, de l’Artisanat et de la Promotion des PME ? Diarrassouba Souleymane, Directeur Général du Groupe ABI (banque Atlantique) arrive dans un contexte où, grâce à l’action salvatrice de nos « amis » les militaires, la plupart des « PME » ivoiriennes ont fermé boutique et jeté dans la poussière, des milliers d’employés qui désespèrent à travers la Côte d’Ivoire. L’entreprenariat semble, d’après nos dirigeants, être la vraie solution aux problèmes d’emploi des jeunes Ivoiriens dont des milliers restent encore avec leurs projets sous la main, sans espoir de financement. On espère qu’avec Diarrassouba Souleymane, les projets des jeunes entrepreneurs à la recherche de financement ne seront plus détournés par ceux que l’Etat a mandatés pour les guider dans la réalisation de leur rêve.

Siandou Fofana : du Fer au Tourisme

S’il réussit à faire au tourisme ce qu’il a réalisé au Fonds d’Entretien Routier (FER), assurément le Tourisme ivoirien se porterait mieux. Après avoir fait du « FER » le leader du financement des routes en Côte d’Ivoire et un modèle suivi aujourd’hui par plusieurs pays africains, Fofana Saindoux atterrit au Tourisme dans un environnement moins morose grâce à son prédécesseur, Roger Kacou. Il hérite en effet d’une série de réformes institutionnelles et juridiques (le Code du tourisme, la politique générale du tourisme, le décret portant réglementation des établissements d’hébergement touristiques, etc.)  qui ont redonné un nouveau souffle au Tourisme ivoirien. Mais le tourisme, comme les affaires, n’aime pas les coups de feu. Et les efforts réalisés par Roger Kacou pour rendre la destination Côte d’Ivoire attractive viennent d’être « ruinés » par le coup de colère des mutins de Bouaké et ailleurs. Fofana Saindoux va donc devoir se mettre rapidement au travail pour rattraper ce qui est à rattraper et convaincre les touristes et autres organisateurs de grands événements de choisir la Côte d’Ivoire  qui ne se limite pas, on le sait, à la ville d’Abidjan. A l’ère du numérique, des réseaux sociaux qui favorisent l’interaction et le partage instantané des informations, il est impossible d’imaginer un tourisme sans un accès libre à l’internet et surtout un accès à une connexion de qualité. Alors que bon nombre d’hôtels et autres auberges sont en souffrances dans ce domaine y compris les grands établissements.  Enfin l’éco-tourisme qui stagne devra être emmené au niveau supérieur. Mais il suffit de voir la santé du « FER » pour avoir de l’espoir quand au Tourisme ivoirien qui constitue aujourd’hui près de 5% du PIB ivoirien.

Amédé Koffi Kouakou  remplace un monument…

Le nouveau ministre des Infrastructures Economiques, remplace, de l’avis général, un « monument), son prédécesseur, Patrick Achi. Lequel prospère maintenant du côté du Secrétariat général après avoir réalisé au ministère qu’il vient de quitter, un bilan plus que positif. Amédé Koffi Kouakou, Directeur général du LBTP avant sa nomination, c’est un ingénieur dont on dit beaucoup de biens. Maire de la commune de Divo, sa nomination à ce poste est en soi une petite surprise mais son bilan au LBTP plaide pour lui. Malgré un travail énorme abattu par son prédécesseur, il reste beaucoup à faire dans le secteur, notamment en matière de réhabilitation des voies et d’adduction d’eau. Les populations de N’Zianounan qui désespèrent d’avoir un jour de l’eau Potable, attendent du nouveau ministre qu’il accélère un dossier bouclé par son prédécesseur avec la Banque Mondiale et dans lequel il est prévu un château d’eau (enfin), pour elles. Des centaines de villages manquent aussi de pompes hydrauliques et dans de nombreux villages où il en existe, comme à Amanikro du côté de Morokro, elles sont en panne, dans cette période de sécheresse. Autant dire que c’est l’enfer. « L’Eléphant » suivra donc les pas du nouveau ministre des Infrastructures Economiques de Côte d’Ivoire notamment sur le dossier de la côtière.

Thierry Tanoh:  Du « Net » au « Brut »!

Le nouveau ministre du Pétrole, de l’Energie et du Développement des Energies Renouvelables, sait ce que sait que le « Brut » au sens propre comme au sens figuré.  Il a pour lui son parcours professionnel reconnu par tous, qui lui a valu d’attérir au cabinet de notre président. Il remplace le « pape » du Pétrole ivoirien, AdamaToungara. De gros dossiers l’attendent. Celui du coût de l’électricité que les Ivoiriens trouvent toujours étrange de même que la santé la santé financière morose de la Société ivoirienne de raffinage (Sir) qui ne fait qu’inquiéter tous les acteurs du secteur. On espère qu’il ne se couvrira pas de « Brut » dont chacun sait qu’il n’a pas son semblable pour polluer une carrière sous nos tropiques.

Général Issa Coulibaly : de la douane aux Eaux et Forêts…

Depuis le 13 janvier, sa photo est fièrement affichée sur le site Internet du ministère des Eaux et Forêts de Côte d’Ivoire. Le général Issa Coulibaly, transfuge de la Direction générale des Douanes où il a réalisé quelques exploits, remplace Dacoury-Tabley dont chacun sait qu’il avait entamé un courageux travail de protection des forêts ivoiriennes contre l’appétit des « colons » qui y sévissent sans scrupules depuis des décennies. « L’Eléphant », comme chacun le sait, enquête énormément sur les hauts faits dans les forêts ivoiriennes et avait décidé de soutenir les actions de l’ex-ministre. L’arrivée du général Issa Coulibaly, on l’espère s’inscrit dans la même ligne que celle de DacouryTabley. On attend de Issa Coulibaly qu’il continue sur la même lancée que son prédécesseur en menant une lutte sans merci contre les « colons» des forêts ivoiriennes. Toute autre attitude que « L’Eléphant » suivra sera une grosse déception.

Claude Isaac Dé : Du « château » à la construction…

Le nouveau ministre de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme remplace à ce poste un cadre actif du RDR, Sanogo Mamadou. Il a à son actif 28 ans d’expérience dans plusieurs secteurs et, de 11 à sa nomination, il prospérait en tant que conseiller au château. Très très proche d’un certain Serey Eiffel qui prospère aussi au château, c’est à lui que revient la charge de redresser la barre dans l’épineux dossier des logements sociaux et des réserves foncières constituées dans le cadre desdits logements sociaux. Un peu d’ordre a été mis dans ce ministère par son prédécesseur. On espère qu’il maintiendra le cap. Dans tous les cas, il sait que ce ministère est très suivi par « L’Eléphant Déchaîné » qui a consacré à son prédécesseur, plus de 30 articles.

Avec LA REDACTION de L’Eléphant déchainé n°513

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 547 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE