Côte d’Ivoire-Ebola: Le groupe Sifca souhaite l’ouverture de la frontière libérienne pour les marchandises et annonce "Biokala"

By: Africa Newsquick

Les_intervenants_Révélation_SIFCA

Le groupe Sifca a annoncé, une fois encore, ce mardi 28 octobre, que ses importations de caoutchouc en provenance du Libéria ont été interrompues, suite à la mesure de fermeture des frontières décidée par le gouvernement ivoirien pour limiter le risque d’apparition du virus Ebola sur son territoire. Du coup, ce sont plus 5000 tonnes de produits qui sont stockés dans la partie libérienne de la frontière entre ces deux pays. « Si la mesure est levée pour les marchandises, nous prendrons toutes les dispositions pour éviter que le virus Ebola arrive en Côte d’Ivoire », a promis le Directeur général du Groupe SIFCA, Bertrand Vignes, au cours d’une conférence de presse à l’hôtel Pullman. Le groupe a donc présenté son plan d’actions de lutte contre le virus Ebola à la presse, en plus de ses projets et des résultats de ses activités.

 Les journalistes 2Les journalistes

Construction d’une centrale à biomasse en 2015

Le groupe agro-industriel ivoirien, SIFCA, a également annoncé la construction de la première centrale à biomasse de Côte d’Ivoire, la plus puissante d’Afrique, qui fonctionnera grâce à des branches et des troncs de palmiers à huile, en 2015,

Baptisée « Biokala », la centrale sortira de terre à Aboisso (environ 120 km d’Abidjan), où Sifca, leader ouest-africain de l’agro-industrie et premier groupe privé ivoirien, possède de gigantesques plantations de palmiers à huile.

Un protocole d’accord a été signé fin septembre avec l’électricien français EDF, bombardé « partenaire technique de référence » du projet, d’une capacité de 46 mégawatts (MW), selon la direction du groupe.

Le bouclage financier de Biokala, estimé à 100 millions d’euros, n’est pas encore finalisé. Proparco, une filiale de l’Agence française de développement (AFD) devrait notamment s’engager auprès d’EDF et de Sifca, a précisé Bertrand Vignes, à cette conférence de presse.

« La plus grande centrale à biomasse d’Afrique », devant une unité fonctionnant au bois basée au Kenya (30 MW), créera en 25 ans « 800 emplois directs et indirects », dégagera « 30 millions d’euros de revenus supplémentaires dans la filière » et favorisera « le renouvellement de 60.000 hectares de plantations » de Sifca, a expliqué Olivier Kergall, directeur du projet.

Elle mettra surtout en avant l’immense potentiel d’énergie verte de la Côte d’Ivoire, géant agricole et premier producteur de cacao au monde (env 35% des récoltes mondiales).

La Côte d’Ivoire dispose de l’un des plus importants gisement de biomasse en Afrique, estimé à 12 millions de tonnes par an, selon les chiffres communiqués par Sifca.

Le pays multiplie les investissements dans l’énergie pour accompagner sa forte croissance, d’environ 9% depuis 3 ans. Les autorités ivoiriennes ont pour ambition que 15% de son électricité soit issue de la biomasse à l’horizon 2020.

L’électricité produite par Biokala sera « vendue à l’État », soit à la CIE (Compagnie ivoirienne d’électricité, publique), a déclaré Alassane Doumbia, le vice-président de Sifca.

L’huile de palme fait vivre au total près de deux millions de personnes en Côte d’Ivoire. La production y a atteint 450.000 tonnes en 2013, représentant 3,13 % du PIB.

L’agriculture assure à elle seule 22% du PIB ivoirien, 50% des recettes d’exportation et occupe les deux-tiers de la population active, selon le ministère de l’Economie.

 

Sifca, un chiffre d’affaire de 510 milliards FCFA en 2013

M. Bertrand VIGNES, DG du Groupe SIFCA

M. Bertrand VIGNES, DG du Groupe SIFCA

Le Groupe de la Société immobilière et financière de la Côte Africaine (SIFCA) a réalisé en 2013, un chiffre d’affaire consolidé qui s’établit à 510,9 milliards de FCFA (778,6 millions d’Euros), soit un léger repli de 5% par rapport à 2012.

Sur la même période, le résultat opérationnel et le résultat net consolidé également en baisse, sont respectivement de 44,9 milliards de FCFA, soit 62 millions d’Euros et de 23,8 milliards de FCFA, soit 36,3 millions d’Euros.

‘’Ces résultats s’expliquent par la baisse des cours mondiaux du caoutchouc (-33% en 2013) et de l’huile de palme (-15%) et ce, alors que la production de caoutchouc naturel du groupe a été en augmentation de 6% et celle de régimes de palmiers à huile en légère baisse de 5%’’, a expliqué, mardi 28 octobre 2014, le Directeur général du Groupe SIFCA, Bertrand Vignes au cours d’une conférence de presse.

M._Alassane_DOUMBIA,_Vice-Président_du_Groupe_SIFCA

M._Alassane_DOUMBIA,_Vice-Président_du_Groupe_SIFCA

‘’L’année 2013 s’est déroulée dans un environnement difficile : baisse de cours moniaux des matières premières que nous commercialisons, inflation grandissante, situation sécuritaire en nette amélioration mais encore délicate’’, a-t-il poursuivi en dénonçant « toujours trop de fraude sur l’huile de palme et le sucre’’.

Alassane Doumbia, Vice-président du Groupe a dans la foulée relevé une fiscalité évoluant de manière fortement défavorable pour le Groupe, faisant notamment allusion à une taxe de 5% sur le chiffre d’affaire dans la filière hévéa instaurée en 2012 en Côte d’Ivoire et qui est aujourd’hui suspendue.

« Malgré des productions usinées en hausse de 18%, atteignant 166 200 tonnes et des ventes en hausse de 15%, notre chiffre d’affaire dans la filière caoutchouc marque un net retrait’’, a encore souligné M. Vignes.

Dans la filière oléagineuse, a-t-il indiqué, ‘’notre production dans nos plantations PALMCI a été en hausse mais les achats aux planteurs villageois ont été en baisse en raison d’un phénomène de creux de cycle et du développement de la concurrence avec de nouvelles huileries’’.

Les Directeurs de filiales SIFCA

Les Directeurs de filiales SIFCA

Concernant la filière sucrière, la production du Groupe SIFCA a été ‘’bonne grâce à une amélioration de nos performances en terme de rendement agricole et une modernisation de nos usines de transformation’’, a précisé Bertrand Vignes, faisant remarquer que le déficit de production de l’huile de palme est de 800 000 tonnes par an en Afrique de l’Ouest.

S’agissant des plantations d’hévéa, ‘’malgré les fluctuations des cours, les renouvellements et les extensions de nos plantations au Ghana, au Libéria et en Côte d’Ivoire constituent un important potentiel de croissance dans les années à venir’’, a ajouté le Directeur général de SIFCA.

Il a en outre observé que ‘’dans chacune des trois filières, les niveaux des moyens de production auront augmenté de 30% entre 2010 et 2014 et devraient encore progresser de 40% d’ici à 2018’’.

Gilles Richard OMAEL

Laisser un commentaire

Agenda

octobre 2017
D L M M J V S
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 9 857 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE