Législatives 2016-Assalé Tiémoko dénonce, dénonce et révèle : «Je sais qui s’est livré au dépeuplement des villages»

By: Africa Newsquick

Législatives 2016-Assalé Tiémoko dénonce, dénonce et révèle : «Je sais qui s’est livré au dépeuplement des villages»

L’article 9 nouveau du code électoral de côte d’ivoire dispose que tout électeur, s’il réside dans une circonscription électorale donnée, où s’il y a des intérêts économiques ou sociaux, peut s’inscrire sur la liste électorale de cette circonscription et prendre part au vote. De ce point de vu, il n’y a rien à dire. La légalité est là. Reste à savoir si elle prend sa source dans l’éthique et la morale.

Car, d’un point de vue moral, je trouve particulièrement affligeant ce spectacle de cars en provenance d’Ahouati (Taabo), de Yamoussoukro (avec sur le pare-brise des inscriptions « convoi sur Tiassalé), de Divo, de Sikensi, de Boussoué, remplis de personnes qui sont venues prendre part au choix du député de Tiassalé. Quel est le lien de ces personnes avec la ville de Tiassalé? Dans la nuit du dimanche à lundi, les journalistes que j’ai fait déployer à Tiassalé ont interrogé des jeunes filles dans la rue, qui avaient pris part au vote et qui ne trouvaient pas un endroit où rester et qui venaient toutes de Yamoussoukro. Sur la base du nombre de cars et de camions qu’on a aperçus à Tiassalé, on peut estimer ces électeurs « importés » à plus de 1000. Quel a été leur impact sur le choix du député de Tiassalé et au bénéfice de quels candidats ont-ils agi? Dans tous les rapports officiels sur l’élection législative à Tiassalé, l’on signale le rôle déterminant de ces électeurs importés. De sorte qu’à ce jour, on ne peut savoir qu’elle a été le vrai message que les enfants de Tiasalé ont voulu envoyer à la Côte d’Ivoire dans le choix de leur député. Ce phénomène a été aussi observé dans plusieurs autres villes de Côte d’Ivoire et des enfants à qui leurs parents ont fait confiance ont perdu l’élection sous la poussée injuste des électeurs importés.

Pour ma part, chacun sait que je ne fais aucunement partie de ceux qui se sont livrés à cette pratique et qui ne devraient pas en être fiers. Quand on veut représenter une population, on lui fait confiance, on lui présente un projet cohérent puisqu’il s’agit d’aller la représenter au parlement et défendre ses intérêts, de même que ceux de l’ensemble des Ivoiriens.

Au regard du résultat serré entre la candidate provisoirement déclarée vainqueur en attendant la proclamation définitive des résultats par le Conseil Constitutionnel, et moi qui suis arrivé en second, on peut légitimement s’interroger sur l’impact des électeurs importés. Quel aurait été le vrai poids des uns et des autres sans la participation de ces électeurs importés? Voilà une inquiétante question.

Je veux que les élus de Tiassalé rendent des comptes aux enfants de Tiassalé en se faisant élire exclusivement par eux. Des gens sont allés chercher des électeurs partout, dans ma sous-préfecture de Morokro, ce sont 534 personnes qui ont été convoyées à Tiassalé le jour du vote alors qu’elles n’y vivent pas. Je sais qui s’est livré à cette pratique de dépeuplement des villages de Tiassalé avec la conséquence de freiner leur développement. Car aucun régime ne peut investir dans un village où il y a moins de 10 électeurs. C’est aujourd’hui ce qui se passe dans la plupart des villages de Tiassalé où les populations qui ne comprennent rien au danger que représente cette pratique pour le développement de leur village, ont été convoyées pour être inscrites, dans la perspective des législatives et des municipales, sur la liste électorale de Tiassalé commune. Comment peut-on agir de la sorte? Comment peut-on mépriser de la sorte ceux qui vivent au quotidien à Tiassalé? Pourquoi ceux qui ne vivent pas dans la commune ou n’ont aucun lien avec la commune de Tiassalé, devraient participer au choix du maire de Tiassalé?

Je voudrais nous soumettre à tous, ces quelques questions. Des réponses que nous donnerons, jaillira l’espoir pour Tiassalé. Car, si je suis convaincu que j’ai provisoirement perdu une élection parce que mes adversaires ont utilisé des millions de FCFA pour importer des électeurs, eh bien, j’ai quatre ou cinq ans pour utiliser toutes mes ressources pour importer moi aussi, des milliers de personnes à travers la Côte d’Ivoire dans la perspective des futures élections. C’est ce qu’on appelle le « bétail électoral ». Un terme très méprisant.

Si je me livre à cette pratique, les autres vont encore en faire autant et, au final, nos élus ne seront plus désignés par nos populations mais par des gens venus de l’extérieur de nos départements. C’est une menace pour la démocratie et un violent mépris pour les populations locales. Aujourd’hui, Tiassalé a la gueule de bois parce que partout dans la ville, on ne parle que de ces électeurs venus d’ailleurs et qui ont envahi notre commune le dimanche dernier. On en a vu, se promenant de bureau de vote en bureau de vote, à la recherche du bureau de vote dans lequel ils ont été inscrits. Ils sont venus voter moyennant la somme de cinq mille francs, selon les témoignages que les journalistes ont recueillis et qui ont été publiés dans la presse. Et, le lundi matin, on a tous vu les cars repartir avec ces électeurs importés. C’est scandaleux. Je ne veux pas cela pour Tiassalé. Si on laisse prospérer cette pratique, ce sera la mort assurée de nos communes.

Heureusement que le gouvernement ivoirien, hier, en conseil des ministres, a commencé à étudier la question de l’importation des électeurs. Ce phénomène doit être stoppé sinon il débouchera au cours des élections à venir, sur de graves violences dans toutes les villes de Côte d’Ivoire.

Quand j’ai fini de dire cela, je ne peux qu’exprimer ma fierté de voir qu’en si peu de temps, j’ai pu convaincre beaucoup de parents de Tiassalé sur la crédibilité de ma vision, de mon projet. Venir pour la première fois et bousculer les choses de cette façon, on ne peut qu’en être fier. Quand le Conseil Constitutionnel se sera prononcé en dernier ressort, nous reprendrons le travail et l’avenir, chacun l’a constaté, est brillant pour nous. Il suffit d’entretenir la flamme qui vient de s’élever dans le ciel de Tiassalé et de ne pas décevoir ceux qui ont cru en nous.

Bravo aux enfants de Tiassalé qui ont commencé à comprendre qu’il faut à cette ville, un nouveau leadership moins impliqué dans les intrigues de nos devanciers qui ont quasiment tué cette ville où tout manque…et qui a besoin d’être vraiment reprise en mains.

Mon slogan était: « Soit je gagne, soit j’apprends ». En trois semaines, j’ai appris beaucoup de choses, vraiment beaucoup de choses. Merci à tous.

Pour tous ceux qui veulent me rencontrer, il y a la possibilité de prendre rendez-vous avec mon équipe au « Centre de Rencontres et d’Ecoute Assalé Tiémoko de Tiassalé » situé en face de la clinique Irié Félix de Tiassalé, non loin de la mairie.

Antoine Assalé Tiémoko, candidat indépendant aux législatives à Morokro-Tiassalé, commune et sous-préfecture.

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE