Ministères de la Santé et de la Sécurité : Le Racket a la peau dure

By: Africa Newsquick

hamed-bak

Le quadrupède a passé une journée qui lui a permis de savoir que malgré les beaux discours, la fin du racket n’est pas pour demain.

Lorsque vous entrez au CHU de Cocody, vous pouvez lire une note accrochée partout, exhortant les malades à éviter la corruption en payant à la caisse. Cependant, dans les couloirs de cette bâtisse qui tente de faire peau neuve, la corruption continue son chemin tel un long fleuve tranquille. La devise? Dernier arrivé, premier servi!

Il est 8H tapantes lorsque le quadrupède pénètre la soue du CHU de Cocody. D’entrée, le vigile lui fait savoir que seuls les taxis conduisant les femmes en travail sont autorisés à passer la barrière d’accès aux différents services du CHU. Fort surpris, «L’Eléphant» ne manque pas de lui signifier que l’accouchement n’est pas la seule urgence à laquelle des malades peuvent faire face. Le patient à l’arrière du taxi ayant le pied enflé, ne peut parcourir cette distance à pied. Après insistance auprès des vigiles dont la tendance viscérale à faire du zèle est connue des habitués des centres hospitaliers, il est autorisé à passer la barrière.

L’accès aux différents services est très contrôlé pour éviter dit-on, toute forme de fraude. Tous, malades et visiteurs, sont bombardés de questions. «C’est pour quoi? Où est votre reçu, votre bulletin de rendez-vous? Etc.» Le quadrupède interrogé par le vigile, indique qu’il se rend en radiologie. Les patients sont nombreux au service radiologie, les rendez-vous ont en général la même heure: 8H. Ils sont donc reçus par ordre d’arrivée. Toutefois, la réalité y est différente.

Des malades viennent, sans rendez-vous, glissent discrètement leurs bulletins au secrétaire ou au major, et sont appelés dans les minutes qui suivent. L’attente est si longue, que les murmures ne tardent pas à se faire entendre. Chacun indiquant son heure d’arrivée et marquant sa désapprobation quant au fonctionnement dudit service.

Aux consultations externes, le scénario est le même; à la différence près que les vigiles qui y travaillent, facilitent encore plus la tâche aux malades. Car ils accompagnent eux-mêmes ces derniers et négocient auprès des agents de santé. La conséquence est que les malades qui ont voulu effectuer le circuit normal en payant à la caisse, se retrouvent lésés. Parce qu’au bout d’un moment, on vous signifie qu’il n’y a plus de films. Revenez demain! De quoi décourager plus d’un. Désormais tous mouilleront la barbe aux majors puisque c’est le secret d’un service efficace et d’un traitement respectueux!

 

Peu importe la couleur du feu, c’est 2000FCFA!

Le CHU n’est pas seul à avoir épaté le quadrupède. La police a fait mieux! En rentrant, notre taxi est aux feux tricolores de l’école de police (tout un symbole), juste derrière une voiture diplomatique. Le feu passé au vert, les voitures s’engagent vers Cocody vallon. Mais étrangement, le taxi qui est juste derrière une personnelle et le véhicule diplomatique, est le seul sifflé. Le quadrupède ne perd rien de la conversation…

La policière lui demande ses pièces et lui fait injonction d’ouvrir son coffre arrière. Une fois les pièces en main, elle lui indique son forfait: «Monsieur vous avez grillé le feu rouge.» Ébahissement pour tous! Le chauffeur, à juste titre, réfute l’accusation. «Tu veux dire que je mens? J’ai quoi à mentir sur toi ce midi? Ça fera 2 000 francs d’amende». Rétorque l’agent de police.

Après quelques minutes à vainement plaider son innocence, le chauffeur remet 500 francs à celle-ci qui trouve non seulement le montant insignifiant, mais reproche au chauffeur le fait qu’il ne fasse preuve d’aucune discrétion dans l’exécution de la « transaction ».

Goudou Raymonde-Coffie, la ministre de la Santé, et Ahmed Bakayoko ministre de l’Intérieur, gagneraient à effectuer incognito des visites sur le terrain pour voir à quoi se livrent leurs agents. Car le racket roucoule aussi bien dans l’administration que sur les routes en l’occurrence devant l’Etablissement qui leur enseigne à être de bon policiers, avec la bénédiction d’on ne sait qui…

BABETH BERIYTH (L’Eléphant déchaîné)

Laisser un commentaire

Agenda

octobre 2017
D L M M J V S
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 9 857 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE