Logement/Quand des locataires sont vidés pour leur appartenance ethnique: Le cas de notre confrère Tréta Zoumana de «Le Nouveau Réveil»

By: Africa Newsquick
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aménagement intérieur

Logement/Quand des locataires sont vidés pour leur appartenance ethnique: Le cas de notre confrère Tréta Zoumana de «Le Nouveau Réveil»

Au moment où la Côte d’Ivoire amorce son émergence et la construction d’une Nation durablement unie et forte, il y a encore des Ivoiriens qui continent de vivre en 2016, dans des bulles des années 60, à l’indépendance du pays. Lisons ensemble…

En visite de courtoisie chez notre confrère Tréta Zoumana, infographiste au quotidien « Le Nouveau Réveil », un document d’environ une cinquantaine de feuille dans lequel il était plongé a attiré notre attention.

Voulant en savoir un peu plus, il nous tend ledit document intitulé « Mémoire préavis concernant la location de mes appartements sis à Abobodoumé. Jérusalem « .

Au vu du contenu, nous avons estimé qu’il fallait en parler convaincu que beaucoup de personnes connaissent la même situation.

 

Les faits

Il y a deux ans, Tréta Zoumana, par ailleurs, secrétaire général de l’Union Nationale des Infographistes de Côte d’Ivoire (UNICI), loue un appartement à cinquante mille francs (50 000Fcfa).

Compte tenu de la grande insécurité qui règne dans le quartier Jérusalem, secteur Mosquée, le confrère demande à élever de trois (3) rangées de brique la clôture au niveau de la devanture pour sécuriser son épouse et ses deux enfants en bas âge.

Il est bon de préciser que le confrère rentre du travail entre minuit (24 heures) et une heure du matin.

Cette autorisation lui est donnée par Monsieur Biaka Eric avec qui il signe le contrat de location.

Celui-ci lui trouve même  les maçons et l’eau pour les travaux.

Toujours avec son accord, le confrère mène les démarches pour l’abonnement d’électricité vu que l’appartement n’a pas de compteur.

Il était convenu que lesdits frais devraient être déduits du loyer le moment venu.

C’est ainsi que depuis 2014, il y vit avec sa famille dans cette maison.

Extérieur du bâtiment

Extérieur du bâtiment

Il y a quelques temps, un avis lui est signifié par écrit qui stipule que Biaka Eric n’est plus le gestionnaire des appartements et que le loyer devrait désormais être perçu par Monsieur Badou, un locataire.

Le 5 septembre dernier, un autre avis est signifié à Tréta Zoumana dans lequel il est écrit ceci : « …Aucune modification de mes logements n’est autorisée. J’ai constaté des modifications sur une partie de ma villa louée provisoirement à 50 000 F par mois en raison du manque d’eau dans le quartier. Je demande au locataire concerné de faire démanteler toutes les modifications faites à l’entrée de la cour. Faute de quoi, un huissier de justice procédera à un constat qui sera sanctionné par des pénalités pour modifications non autorisées ».

Document signé : le propriétaire Biaka Y. Bonaventure avec ampliation au commissariat du 37ème arrondissement de police.

Au poste de police où tous sont entendus, Biaka Eric confirme que c’est avec son autorisation que lesdites modifications ont été faites surtout que les cas de braquages étaient fréquents dans le quartier.

Le confrère, lui, a affirmé que c’est pour la sécurité de sa famille et non par commodité que ces travaux ont été effectués. Aussi, a-t-il maintenu qu’il ne mettra jamais sa famille en danger.

Monsieur Biaka Y. Bonaventure qui, il faut préciser, était en France pour des soins durant 8 mois au moment de la signature du contrat, selon ses dires, a donc intimé à l’infographiste du quotidien « Le Nouveau Réveil » de libérer  la maison à la fin de ce mois d’octobre 2016.

 

Notre analyse

Là où le propriétaire veut faire croire que c’est pour des modifications qu’il expulse notre confrère, nous pensons qu’il y a une raison inavouée.

En effet, à la page 6 du Mémoire préavis (document remis le 20 septembre 2016 toujours avec ampliation au 37ème arrondissement de police), Monsieur Biaka Y. Bonaventure qui dit avoir été contraint à l’exil par feu le président Félix Houphouët-Boigny pour avoir réclamé les restes de son oncle Victor Biaka Boda, il est écrit ce qui  suit : « J’ai exclu une catégorie de personne de la location de mes appartements : les ressortissants de l’Ouest, les instituteurs, les ressortissants nordistes pour familles nombreuses, les journalistes privés, les agents ivoiriens travaillant dans les ambassades… ».

Difficile d’y croire, mais c’est la triste réalité.

A l’heure de la construction d’une Nation unie et forte pour son émergence, si  de tels comportement et sentiments prospèrent, une frange de la population risque de ne pouvoir se loger. Et la Nation s’écroulera sans atteindre son émergence.

Concernant le cas de notre confrère, il est claire que monsieur Biaka Y. Bonaventure qui vient de constaté que Tréta Zoumana, ressortissant nordiste occupe un appartement utilise le fallacieux prétexte de la modification de sa maison.

Sinon comment comprendre que depuis 2 ans (2014) que ce dispositif sécuritaire a été réalisé, c’est maintenant que cela cause problème jusqu’à aller jeter toute une famille à la rue de surcroit en pleine année scolaire.

Notre confrère qui ne se laisse pas abattre par cette situation difficile s’est confié au Tout-puissant.

C’est donc chaque matin qu’il part à la recherche d’un toit avant de se rendre au quotidien « Le Nouveau Réveil » pour le service.

Gilles Richard OMAEL

Laisser un commentaire

Agenda

novembre 2017
D L M M J V S
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 552 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE