Après avoir giflé Macron: Damien Tarel, un «gamin sans histoire», a désormais son histoire

Damien Tarel, un jeune français de 28 ans a fait la Une de l’actualité dans le monde, le mardi 8 juin 2021.

Car il a administré une gifle sonore au président français, Emmanuel Macron au cours d’une tournée dans le Drôme.

Damien Tarel est présenté par ses proches et amis, comme quelqu’un de timide.

Néanmoins, son acte a indigné toute la classe politique française et internationale.

Il était jusqu’ici inconnu des services de police française. Selon certains de ses proches, l’homme est un «gamin sans histoire».

«Cela m’a laissé abasourdi parce que pour moi, il n’était pas capable de faire ça », affirme Loïc, un ami. Et de préciser qu’il « n’a jamais montré d’opinion politique ».

Damien « n’est pas quelqu’un qui a un tempérament violent, c’est quelqu’un qui a un tempérament très réfléchi », poursuit Loïc. « On m’aurait dit ‘’Damien est capable de gifler le président’’, je vous aurais dit non », insiste cet ami.

« Ce n’est pas du tout le style de la personne », abondent encore deux anciennes camarades de collège et de lycée croisées. « Et il n’a jamais montré d’opinion politique, à ce qu’on sache », soutiennent-elles.

Damien Tarel a fondé deux associations. La première – l’AMHE, à Saint-Vallier (Drôme), d’où il est originaire, est consacrée aux arts martiaux historiques européens. La seconde est quant à elle, dédiée aux jeux de plateau à figurines. Deux structures visant, selon Loïc, à faire vivre la commune et son histoire.

Lire aussi:  Lutte contre le Covid-19/L’écrivain Macaire ETTY, écœuré et indigné, s’adresse droit dans les yeux à Alassane Ouattara: «Je vous conseille d’ouvrir les oreilles…»

Il était placé en garde à vue le mercredi 09 Juin dans la matinée et risque trois ans de prison avec sursis.

Sur les réseaux sociaux, Damien Tarel, proche des “gilets jaunes”, suit quelques personnalités et sites d’extrême droite, sans être un militant actif.

Pour son ami, Loïc Dauriac, la gifle était avant tout un acte désespéré.

 « C’est un ras-le-bol. C’est quelqu’un qui bosse en intérim, qui, des fois, a du mal à lier les deux bouts à la fin du mois », confie l’ami du gardé à vue.

Devant les enquêteurs, Damien Tarel, dont le domicile a été perquisitionné, déclare avoir agi d’instinct, sans réfléchir. Un exemplaire de Mein Kampf a été retrouvé à son domicile, mais également des drapeaux de l’ancienne Union soviétique, ainsi que plusieurs armes à feu en cours d’expertise.

Nathanaël Yao

🔥2 Vues | Lectures

Laisser un commentaire